La renégociation de l'ALENA doit préserver notre prospérité collective

MONTRÉAL, le 1er août 2017 /CNW Telbec/ - « La renégociation de l'ALENA, qui a défini les économies nord-américaines depuis 1994, est un enjeu de grande importance particulièrement pour le Canada et le Québec, car les États-Unis sont, de loin, notre premier partenaire commercial à l'échelle mondiale. Cette relation commerciale de longue durée a constitué la pierre angulaire de notre sécurité et de notre prospérité depuis des générations, et sa remise en question avec des intentions protectionnistes américaines peut avoir pour effet de nuire au dynamisme économique des deux côtés de la frontière et du Mexique », affirme Yves-Thomas Dorval, président-directeur général du CPQ (Conseil du patronat du Québec), qui a partagé ses commentaires dans le cadre des consultations du gouvernement du Canada sur la renégociation de l'ALENA.

Le CPQ a formulé différentes recommandations sur les aspects de l'ALENA qui ont bien fonctionné pour les Canadiens et qui devraient demeurer inchangés, de même que les éléments où des changements ou des améliorations seraient souhaitables. Ces recommandations sont autant de nature stratégique que technique, et portent sur une approche par secteurs d'activité.

En fait, l'organisme a analysé certains secteurs économiques qui bénéficient de chaînes de valeurs complexes des deux côtés de la frontière, ce qui a permis d'engendrer des milliards de dollars en valeur ajoutée pour l'économie américaine et canadienne, notamment les secteurs agricole et de la transformation alimentaire, du bois d'œuvre, aérospatial, automobile, énergétique, de l'aluminium, du camionnage et de la culture. Ces secteurs et bien d'autres pourraient être profondément touchés par une renégociation de l'ALENA, au Canada comme aux États-Unis et au Mexique.

Le CPQ a rappelé qu'il existe une étroite corrélation entre l'importation et l'exportation au sein des mêmes entreprises, car l'exportation exige une grande compétitivité et celle-ci demande de recourir aux approvisionnements étrangers afin de réduire autant que possible les coûts de production. Pour cette raison, toute mesure protectionniste pourrait être néfaste pour les entreprises au Sud ou au Nord de la frontière.

De façon générale, le CPQ a recommandé de protéger les éléments importants de l'accord, surtout en ce qui  trait aux chaînes de valeurs nord-américaines, et ce, pour éviter de créer des barrières à l'entrée pour les entreprises des pays membres, ne pas avoir des prix plus élevés et de plus petites gammes de produits pour les consommateurs, et ne pas nuire à la compétitivité des exportations canadiennes à forte valeur ajoutée sur des marchés lucratifs.

« L'ALENA est un accord commercial et non pas un outil de politique économique. Il faut utiliser les politiques macroéconomiques plutôt que la politique commerciale pour traiter des soldes commerciaux. Le Canada devrait préserver le cadre actuel de droits, bénéfices et privilèges, accès au marché américain. Tout nouvel accord doit respecter les principes de réciprocité d'accès et de traitement entre les trois parties », a évoqué M. Dorval en faisant écho aux recommandations du CPQ.

L'organisme a d'ailleurs rappelé l'importance, au final, de diversifier les opportunités en commerce international, notamment avec les pays émergents comme la Chine, l'Inde, et le Brésil.

« La très grande majorité des économistes partout dans le monde se prononcent en faveur du libre-échange, car les échanges commerciaux entre les pays sont une source de prospérité des peuples. Nul doute qu'il y a beaucoup à renouveler dans l'ALENA pour tenir compte des changements structurels de l'économie qui ont eu lieu au cours des deux dernières décennies. Mais ces négociations doivent avant tout préserver et favoriser notre prospérité et notre sécurité » a conclu M. Dorval.

Pour consulter l'ensemble des recommandations du CPQ et ses commentaires généraux, veuillez cliquer ici : https://www.cpq.qc.ca/publications/dossiers/commentaires-du-cpq-sur-la-renegociation-de-l-alena

 

Regroupant plusieurs des plus grandes entreprises du Québec, le Conseil du patronat du Québec réunit aussi la vaste majorité des associations patronales sectorielles, ce qui en fait la seule confédération patronale du Québec. Il représente directement et indirectement plus de 70 000 employeurs de toutes tailles, tant du secteur privé que public, ayant des activités au Québec. www.cpq.qc.ca

 

SOURCE Conseil du patronat du Québec

Renseignements : Camilla Sironi, Conseillère principale - Communications et relations avec les médias, Conseil du patronat du Québec, csironi@cpq.qc.ca, Bureau : 514-288-5161 poste 243, Cell. : 514-265-5471

LIENS CONNEXES
http://www.cpq.qc.ca

FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.