Mise à jour - Consommation d'alcool et de drogues pendant la semaine d'orientation

OTTAWA, le 29 août 2017 /CNW/ - Pour les étudiants qui rentrent à l'université ou au collège au Canada, la semaine d'orientation (ou la semaine d'initiation) est un moment excitant qui leur permet de découvrir leur nouvelle école, ainsi que de rencontrer leurs camarades de classe et les autres étudiants des résidences. Bien que les fêtes organisées dans le cadre de la semaine d'orientation soient de bonnes façons de célébrer la rentrée scolaire, elles peuvent aussi présenter des risques pour la sécurité, surtout en ce qui concerne la consommation d'alcool et de drogues.

Vous avez probablement déjà entendu parler des risques liés à la consommation d'alcool. Toutefois, il se pourrait que vous soyez moins au courant des risques associés à la consommation de drogues. En raison de la crise des opioïdes qui sévit actuellement au Canada, il est important de faire connaître les dangers associés à la consommation de drogues et d'enseigner aux gens à reconnaître les signes d'une surdose.

Si vous ou quelqu'un de votre entourage décidez de consommer de l'alcool ou des drogues, les conseils suivants peuvent vous aider à réduire les dangers potentiels.

Ce que vous pouvez faire :

  • Connaissez vos limites de consommation : chaque personne réagit différemment à l'alcool.
  • Ne prenez pas de l'alcool avec des drogues ou des boissons énergisantes.
  • Ne mélangez pas de drogues avec d'autres drogues.
  • Ne laissez jamais votre verre sans surveillance et n'acceptez pas de verre, même d'eau, de quelqu'un que vous ne connaissez pas.
  • Sachez reconnaître les signes d'un empoisonnement par l'alcool.
  • Ne consommez pas de drogue seul : restez avec des amis ou des personnes en qui vous avez confiance.
  • Sachez que les drogues illicites peuvent contenir des substances dangereuses, telles que du fentanyl et du carfentanil, qui peuvent être mortelles à très petites doses.
  • Ne consommez jamais de médicaments sur ordonnance prescrits à quelqu'un d'autre.
  • Souvenez-vous que ce ne sont pas tous les produits qui semblent légaux qui le sont : ils peuvent être des contrefaçons et contenir des substances potentiellement mortelles.
  • Sachez que les personnes qui consomment des drogues et de l'alcool peuvent être plus à risque de subir une agression sexuelle.
  • Assurez-vous d'avoir un plan avant de quitter votre domicile, par exemple un conducteur désigné.
    • Ne conduisez pas si vous avez consommé de l'alcool ou des drogues (même s'il s'agit de médicaments sur ordonnance) et ne montez pas à bord d'un véhicule si vous pensez que le conducteur est sous l'influence de l'alcool ou de drogues.
  • Si vous êtes le parent d'un enfant qui fréquente l'université ou le collège, parlez-lui des risques associés aux drogues et à l'alcool.

Si une personne semble mal en point ou si vous pensez qu'elle fait une surdose :

  • Ne laissez pas seule une personne qui semble malade. Restez auprès d'elle et demandez immédiatement de l'aide aux bénévoles de la semaine d'orientation et aux autres responsables en cas d'urgence.
  • Composez le 9-1-1 ou la ligne d'urgence locale si vous pensez qu'une personne fait une surdose d'alcool ou de drogues.
  • Ayez de la naloxone avec vous si vous, ou quelqu'un que vous connaissez, consommez des drogues. La naloxone peut temporairement renverser une surdose provoquée par des opioïdes (p. ex. oxycodone, fentanyl, héroïne) et n'est pas nocive pour la personne qui la reçoit. Suivez les directives fournies sur la trousse et administrez la naloxone immédiatement si vous pensez qu'il s'agit d'une surdose d'opioïdes. De nombreux organismes communautaires et services de santé publique offrent des formations sur l'utilisation de la naloxone.
  • Restez sur place jusqu'à l'arrivée des secours.
    • La Loi sur les bons samaritains secourant les victimes de surdose offre une protection juridique aux personnes qui demandent une aide d'urgence dans le cas d'une surdose et qui sont elles-mêmes en possession de drogues illicites.

Sachez reconnaître les signes d'une surdose d'opioïdes :

  • difficulté à rester éveillé, à marcher et à parler;
  • pupilles très petites;
  • peau froide et moite;
  • respiration lente et faible;
  • bruits de suffocation;
  • somnolence extrême ou incapacité à se réveiller.

Le Canada fait face à une grave crise de santé publique en raison des surdoses et des décès causés par les opioïdes. Fait troublant : on dénombre près de 2 458 décès apparemment liés aux opioïdes au Canada en 2016, et on s'attend à ce que ce nombre augmente en 2017. Le gouvernement canadien est très préoccupé par la hausse du nombre de surdoses et de décès causés par les opioïdes, et il s'est engagé à protéger la santé et la sécurité des Canadiens contre les risques que présentent les opioïdes et les autres drogues.

Pour plus de renseignements :

Also available in English

 

SOURCE Santé Canada

Renseignements : Renseignements aux médias : Santé Canada, 613-957-2983 ; Renseignements au public : 613-957-2991, 1-866-225-0709


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.