Les gagnants des prix Judith-Jasmin 2009

SHERBROOKE, QC, le 14 nov. /CNW Telbec/ - La Fédération professionnelle des journalistes du Québec a attribué samedi soir lors de son congrès annuel le prestigieux prix Judith-Jasmin, le prix des meilleures oeuvres journalistiques de l'année au Québec. Elle est heureuse d'annoncer les gagnants :

Le Grand prix Judith-Jasmin 2009 est attribué au journaliste Frédéric Zalac et au réalisateur Alex Shprintsen pour leur reportage intitulé "Taser : essai-choc" diffusé à l'émission Enquête de Radio-Canada.

Le jury considère remarquable le travail d'enquête journalistique entrepris à la suite de la mort du touriste polonais Robert Dziekanski à l'aéroport de Vancouver.

M. Zalac a mis des mois à convaincre des corps policiers américains et des laboratoires américains d'accepter d'effectuer des tests sur le Taser. À partir de la question bien simple de savoir si tous les pistolets Taser fonctionnent comme ils le devraient, ces tests sont devenus le plus large banc d'essai indépendant au monde.

Les résultats de l'enquête ont eu un impact immédiat et considérable : la semaine suivante, la GRC a mis hors service 1600 de ses plus vieux pistolets pour en vérifier la puissance; la plupart des autres provinces ont emboîté le pas. L'effet direct de ce reportage a été d'éliminer près de 200 Tasers défectueux au pays. Et dorénavant, au Québec comme ailleurs au pays, tous les Tasers doivent d'abord être certifiés avant d'être mis en service et sont soumis à des vérifications périodiques.

Les membres du jury notent qu'en plus du caractère inédit de l'information générée et de son intérêt public, le reportage de M. Zalac et de son équipe constitue un modèle de déontologie journalistique et de sobriété dans la forme.

Le jury du Grand prix est formé d'anciens présidents et présidentes de la FPJQ.

    
                                    (xxx)
    

Le prix Judith-Jasmin Enquête est attribué à Sue Montgomery de la Gazette pour son reportage "Brothers Stand Accused".

Les membres du jury veulent souligner par ce prix une enquête fouillée, percutante et dérangeante sur l'une des institutions religieuses les plus réputées au Québec, la Congrégation de Sainte-Croix. Sue Montgomery a révélé dans son reportage que plusieurs élèves du Collège Notre-Dame ont été agressés sexuellement pendant des années par des Frères de Ste-Croix.

Elle a aussi révélé que ces Frères, qui possèdent notamment l'Oratoire St-Joseph, ont acheté le silence pendant 20 ans, avec des fonds dont la moitié proviennent du Collège Notre-Dame -- un collège lui-même financé en partie par le gouvernement.

Depuis la publication de son reportage, une demande en action collective a été déposée contre le collège et les Frères. Les membres du jury veulent enfin souligner la grande qualité de l'écriture de ce reportage. Du journalisme d'enquête à son meilleur.

Le jury était formé de Alec Castonguay, Jonathan Trudel et Jean-Bernard Faucher.

    
                                    (xxx)
    

Le prix Judith-Jasmin Grand reportage est attribué à Katia Gagnon de La Presse pour son reportage "Grandir à Montréal Nord".

Le jury a noté la force de son écriture, mais aussi son travail journalistique très complet sur le terrain. Les sources sont nombreuses, les histoires racontées ont une grande résonnance, et on y sent une réelle compréhension des enjeux. La lauréate a superbement expliqué la problématique sociale que vivent les gens de Montréal Nord. Les entrevues réalisées sont tout à fait saisissantes et les compte rendus, empreints de sensibilité.

Le jury était formé de Jean Roy, d'Alain Dubuc et de Daniel Leblanc. Le jury tient à souligner que "l'ensemble des pièces soumises à leur attention étaient d'une excellente qualité journalistique."

    
                                    (xxx)
    

Le prix Judith-Jasmin Nouvelles - médias locaux et régionaux est attribué à Nancy Beaulieu de La Voix de l'Est pour sa nouvelle "De longues minutes d'angoisse".

La journaliste a jeté son dévolu sur un fait divers en apparence banal sur le délai de réponse d'une ambulance à Granby. En creusant le sujet, elle a réussi à expliquer comment et pourquoi les délais d'attente varient autant selon l'heure, le jour et le lieu de résidence des citoyens de la région. Ces problèmes, décrits avec minutie dans l'article, sont peu connus du grand public. Le reportage revêt un indéniable caractère d'intérêt public, en exposant une cruelle réalité: tous ne sont pas égaux quand la tragédie frappe. Il s'agit d'une question cruciale de vie ou de mort pour les citoyens de la région. La recherche est fouillée, rigoureuse. La cueillette d'informations porte sur 54 municipalités. La journaliste ne s'est pas contentée d'explorer un seul cas. Ses conclusions sont si lucides qu'elles suscitent un sain questionnement sur la possibilité, bien réelles, que d'autres régions soient frappées par les mêmes carences.

Le jury était formé de Brian Myles, de Geneviève Guay et de Karina Marceau.

    
                                    (xxx)
    

Le prix Judith-Jasmin Opinion est attribué à Yves Boisvert de La Presse pour sa chronique "Je n'irai pas" à propos du film sur le drame de Polytechnique.

Cette chronique a touché le jury en raison de la qualité de son écriture, de l'émotion qu'elle contenait et de la capacité de l'auteur de faire revivre ce qu'il a lui-même ressenti il y a 20 ans, au moment du drame de Polytechnique. Yves Boisvert avait 25 ans à l'époque, c'était un jeune homme, selon ses mots "un peu perdu", "confusément honteux", qui a tenté sans succès à l'époque d'utiliser ses compétences de journaliste judiciaire pour comprendre le geste de Marc Lépine. Il avoue humblement qu'il ne sait pas, qu'il ne comprend pas, rejetant avec force les différentes théories sociologiques qu'on a tenté de plaquer sur la tragédie.

Le jury était formé de Diane Bérard, Julie Miville-Deschêne et Janett Bagnall

    
                                    (xxx)
    

Le prix Judith-Jasmin Journalisme de service est attribué à Esther Normand et Claudine Blais, pour leur reportage "Enviromondiale" diffusé à Radio-Canada.

Le jury a été impressionné par la qualité de l'enquête et de la recherche qui soutient un reportage rigoureux et pertinent en prise totale avec son époque. L'équipe de La Facture y dénonce ici un double travers de notre temps: le greenwashing, ou l'art d'abuser des aspirations et ambitions vertes de la population, mais aussi la fraude financière qui affecte ici autant des petits investisseurs souvent naïfs que des universitaires détroussés d'une technologie écologisante à des fins douteuses.

Dans la foulée de l'affaire Norbourg et quelques mois avant le drame orchestré par le "financier" Earl Jones, ce document journalistique de grande envergure vient donc questionner l'illusion du profit boursier facile et rapide tout en interpellant l'ensemble des acteurs de la société: consommateurs, citoyens, législateurs, industriels de la finance, universitaires, organismes de contrôles... Cela confirme la portée sociale indéniable de ce document dont l'esprit général s'inscrit parfaitement dans un prix baptisé à la mémoire de Judith-Jasmin.

Le jury était formé de Fabien Deglise, Ginette Haché et Maryse Guénette.

    
                                    (xxx)
    

Le prix Judith-Jasmin Portrait ou entrevue est attribué à Maxime Bergeron de La Presse pour son portrait "Qui est Michael Sabia?"

Le jury a particulièrement apprécié le caractère inédit de ce portrait de Michael Sabia. Il a été séduit par la grande pertinence du sujet, par la qualité de la recherche ainsi que par la capacité du journaliste à bien faire comprendre son sujet. Même huit mois après la nomination du nouveau président de la Caisse de dépôt, le portrait brossé par le journaliste Maxime Bergeron demeure pertinent et d'un grand intérêt public.

Le jury était formé de Fabrice de Pierrebourg, Rima Elkouri et Claude St-Laurent

    
                                    (xxx)
    

Le prix Judith-Jasmin Nouvelles - médias nationaux est attribué à Normand Grondin et Emmanuel Marchand pour leur reportage "Cancer du sein : des tests erronés au Québec aussi" diffusé à Radio-Canada.

Le jury a particulièrement apprécié la pertinence de ce sujet, dans la foulée d'un scandale similaire à Terre-Neuve, qui a éclaté quelque temps auparavant. L'originalité de cette nouvelle, doublée d'une recherche minutieuse, ont fait de ce reportage un élément déclencheur d'une vaste opération médicale ordonnée par les plus hautes instances gouvernementales. Sans cette nouvelle, on peut se demander si les victimes de cancer du sein auraient jamais su avoir été victimes aussi de l'incurie du ministère de la Santé et des Services sociaux.

Le jury était formé de Fabrice Brasier, Monique Grégoire et Éric Grenier.

Le prix Judith-Jasmin est organisé par la FPJQ en partenariat avec la Fondation Reader's Digest du Canada.

SOURCE Fédération professionnelle des journalistes du Québec

Renseignements : Renseignements: Claude Robillard, FPJQ, (514) 522-6142

Profil de l'entreprise

Fédération professionnelle des journalistes du Québec

Renseignements sur cet organisme

Actualités - Médias

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.