La guerre du Canada contre le tabagisme a 50 ans

Dans sa déclaration historique du 17 juin 1963, la ministre de la santé du Canada a conclu que le tabagisme causait le cancer du poumon

TORONTO, le 14 juin 2013 /CNW/ - Le lundi 17 juin 2013 marque le 50e anniversaire d'une déclaration historique faite par la ministre canadienne de la Santé nationale et du Bien-être social, Judy LaMarsh, selon laquelle le tabagisme cause le cancer du poumon. Ce jour-là, la ministre LaMarsh est intervenue à la Chambre des communes pour déclarer ceci : « Il existe des preuves scientifiques comme quoi fumer la cigarette contribue au cancer du poumon et peut aussi être la cause de la bronchite chronique et des maladies coronariennes. »

Le Canada était différent en 1963. Il était permis de fumer dans pratiquement tous les lieux publics, y compris les hôpitaux, les écoles, les avions et les restaurants. Les effets du tabagisme sur la santé étaient méconnus. Les taxes étaient peu élevées et les cigarettes, peu coûteuses. Ces dernières faisaient l'objet d'une vaste publicité à la télévision, à la radio, sur les panneaux d'affichage, dans les journaux et dans les magazines. Aucune mise en garde relative à la santé ne figurait sur les paquets.

En plus de sa déclaration à la Chambre des communes, Mme LaMarsh a également annoncé qu'une conférence nationale serait organisée à l'automne de cette année afin de discuter en détail des données probantes relatives aux effets du tabagisme sur la santé : « Des propositions peuvent être soumises afin d'élaborer un programme positif et efficace en ce qui a trait à ce problème », a-t-elle déclaré. À la suite de la conférence, en 1964, le ministère de la Santé nationale et du Bien-être social a lancé une campagne de sensibilisation publique.

Fait intéressant, la déclaration de Mme LaMarsh en 1963 a été faite 7 mois avant le rapport bien plus célèbre du directeur du Service de santé publique des États-Unis, publié le 11 janvier 1964, établissant que le tabagisme cause le cancer du poumon.

Au cours des 50 années suivantes, de nombreuses batailles ont été livrées au Canada en faveur d'un changement social et d'une réglementation des produits du tabac, et de grands progrès ont été réalisés dans la réduction du nombre de fumeurs. En 1965, 50 % des Canadiens adultes fumaient (61 % d'hommes et 38 % de femmes). En 2011, ce chiffre a chuté pour atteindre 17 %.

Sans surprise, l'industrie du tabac n'a pas apprécié la déclaration publique de Mme LaMarsh sur les dangers du tabagisme, répondant par le déni. Lors de la conférence, un représentant de l'industrie a déclaré ceci : « Le fait est que les 'preuves croissantes' consistent à répéter les mêmes accusations, reformulées par différentes personnes. Ces 'preuves' étaient et demeurent non concluantes, peu importe le nombre de fois où elles sont répétées et reformulées. » Depuis, l'industrie du tabac a poursuivi ses efforts concertés visant à recruter de nouveaux fumeurs et à encourager leur dépendance.

Bilan au Canada

Les efforts déployés au Canada pour réduire le tabagisme dans les années 1960 ont été axés sur la sensibilisation du public. Par la suite, des règlements municipaux sur le tabac ont été adoptés au milieu des années 1970, puis les taxes ont été augmentées et des mesures législatives importantes ont été mises en œuvre dans les années 1980. Au fil des ans, le Canada a souvent fait preuve de leadership à l'échelle mondiale :

  • Le Canada a été le premier pays à interdire de fumer sur tous les vols intérieurs (1987) et sur les vols internationaux exploités par des compagnies nationales (1994).
  • Calgary a été la première ville à organiser des Jeux olympiques non-fumeurs (1988).
  • Le Canada a été le premier pays à exiger des mises en garde relatives à la santé sur les paquets de cigarettes sous forme de photos explicites (2001) et couvrant 50 % de la surface du paquet, sur les faces avant et arrière (2001). Plus tôt, le Canada a été le premier pays à exiger des mises en garde en noir et blanc (par opposition aux paquets en couleurs) (1994) et le premier à exiger des mises en garde couvrant 20 % (1989), puis 35 % de la surface du paquet (1994). En 2012, la taille des mises en garde a été augmentée pour couvrir 75 % du paquet.
  • La Saskatchewan a été le deuxième territoire au monde (après l'Islande) à interdire l'étalage visible des produits du tabac dans les commerces de détail (2002).
  • Le Canada a été le premier pays à interdire toutes les saveurs (à l'exception du menthol) dans les cigarettes et certains petits cigares, en vertu du projet de loi C-32 entré en vigueur en 2010.

Situation actuelle au Canada

Tandis que d'énormes progrès ont été réalisés, les efforts visant à réduire le taux de tabagisme continuent d'être contrariés par les tactiques de marketing de l'industrie du tabac et son opposition à des mesures plus rigoureuses de lutte contre le tabagisme.

Il y a toujours 5 millions de fumeurs au Canada, soit 17 % de la population (14 % de femmes et 20 % d'hommes).

Le cancer du poumon est la principale cause de décès par cancer au Canada, tuant plus de personnes que les 3 principaux cancers combinés suivants (cancer du sein, cancer de la prostate et cancer colorectal). En 2013, 20 200 Canadiens au total mourront d'un cancer du poumon.

Le tabagisme est responsable de 30 % de tous les décès dus au cancer. Il est associé à un risque accru de développer de nombreux types de cancer, notamment le cancer du poumon, du larynx, de la bouche, colorectal, de l'estomac, du pancréas, du col de l'utérus, de l'ovaire, de la vessie et du rein.

Au Canada, le taux de mortalité associé au cancer du poumon a chuté chez les hommes, car le taux de tabagisme chez les hommes a commencé à diminuer dans les années 1960. Toutefois, le nombre de décès dus au cancer du poumon chez les femmes n'a pas encore diminué (le taux de tabagisme chez les femmes n'a baissé que plus tard, dans les années 1980).

Prochaines étapes dans la guerre contre le tabagisme

« Bien que nous ayons remporté d'importantes victoires dans la lutte contre le tabagisme, il reste encore beaucoup à faire », a déclaré Rob Cunningham, analyste principal des politiques, Société canadienne du cancer. Il est essentiel que les initiatives gouvernementales en matière de réglementation et de programmation soient renforcées pour que le taux de tabagisme chute aussi rapidement que possible. »

Par exemple, les mesures de lutte contre le tabagisme devraient comprendre les éléments suivants :

  • interdiction de tous les produits du tabac aromatisés, pas uniquement des cigarettes et de certains petits cigares régis par la loi fédérale
  • emballages neutres, adoptés par l'Australie le 1er décembre 2012 et annoncés en Irlande le 28 mai 2013. Les emballages neutres continueront d'afficher des images de mises en garde relatives à la santé.
  • exigences antitabac dans certains lieux extérieurs comme les terrasses, les parcs et les aires de jeu
  • hausses supplémentaires des taxes sur le tabac et renforcement des mesures de prévention de la contrebande
  • répercussions positives sur la santé publique de poursuites intentées par les gouvernements provinciaux pour recouvrer auprès de l'industrie du tabac les dépenses de soins de santé liées au tabagisme
  • réduction du nombre de détaillants vendant du tabac
  • programmes gouvernementaux viables et bien financés portant sur la prévention et l'abandon du tabagisme

« Depuis 50 ans, l'industrie du tabac fait preuve d'un comportement répréhensible », a déclaré M. Cunningham. Si cette industrie avait agi de façon responsable après la déclaration de la ministre de la Santé, Mme LaMarsh, le taux de tabagisme aurait chuté beaucoup plus rapidement et un nombre considérable de Canadiens n'aurait pas succombé à un cancer ou à toute autre maladie invalidante. Au lieu de cela, l'industrie du tabac s'est lancée dans une campagne soutenue axée sur le déni des effets du tabac sur la santé, mettant de l'avant le côté glamour des cigarettes, faisant de la publicité auprès des jeunes, diffusant des messages trompeurs aux fumeurs sur des cigarettes soi-disant "légères" et "douces", et faisant appel à des lobbyistes et à des avocats afin de bloquer les projets de loi. Il est tragique de constater qu'un si grand nombre de décès auraient pu être évités. »

Société canadienne du cancer

Depuis 75 ans, la Société canadienne du cancer est avec les Canadiens dans le combat pour la vie. Toutes ces années, nous avons travaillé sans relâche à prévenir le cancer, à financer la recherche et à soutenir les personnes touchées par la maladie. Forts de cette expérience, nous continuons de lutter avec les Canadiens pour changer le cancer à jamais afin qu'ils soient moins nombreux à y faire face et plus nombreux à y survivre. Pour en savoir plus, consultez cancer.ca ou communiquez avec nous au 1-888-939-3333 (ATS 1-866-786-3934).

Bas de vignette : "Nombre de décès estimés au Canada en 2013 par type de cancer. (Groupe CNW/Société canadienne du cancer (Bureau National))". Lien URL de l'image : http://photos.newswire.ca/images/download/20130618_C9338_PHOTO_FR_28168.jpg

SOURCE : Société canadienne du cancer (Bureau National)

Renseignements :

Rob Cunningham
Analyste principal des politiques
Société canadienne du cancer
rcunning@cancer.ca
613-565-2522, poste 4981

Profil de l'entreprise

Société canadienne du cancer (Bureau National)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.