RAT-LE-BOL de l'insalubrité: Le RCLALQ met le gouvernement en demeure
d'instaurer un code du logement provincial

LAVAL, QC, le 11 nov. /CNW Telbec/ - Le Regroupement des comités logement et associations de locataires du Québec (RCLALQ) réclame du gouvernement un code du logement provincial. Pour plaider en faveur de cette option, le RCLALQ organisait aujourd'hui une animation haute en couleur allant même jusqu'à mettre en demeure le gouvernement du Québec!

À l'appel de l'organisme, plus d'une centaine de locataires se sont rassemblés devant un taudis de Laval. Des manifestantEs avaient récupéré les pancartes électorales du maire Vaillancourt pour les recycler en tableaux d'exposition de taudis! Le choix de tenir le rassemblement à Laval, troisième ville en importance au Québec, n'était pas fortuit. En effet, l'administration Vaillancourt a été durement critiquée pour son bilan en matière de logement et pour avoir balayé du revers de la main l'idée d'adopter un règlement sur la salubrité. Surenchérissant sur ce point, France Emond, porte-parole du RCLALQ a déploré que "1 100 municipalités sont toujours sans protection quant aux conditions minimales de santé et de sécurité dans leur logement."

Selon l'organisme, le nombre de plaintes concernant le mauvais état des logements est en recrudescence un peu partout au Québec. Les locataires se plaignent de la présence de vermine, de problèmes électriques, d'infiltration d'eau, de moisissures, de chauffage et de problèmes au niveau du cadre bâti (fenêtre, porte, balcon, escalier, rampe). Pour illustrer le "rat-le-bol" de l'insalubrité des locataires, un rat géant muni d'un grand bol a déambulé dans la foule pour recueillir les éléments de preuve de la détérioration du parc locatif apportés pour l'occasion par les locataires et les intervenantEs des comités logement et associations de locataires.

Les manifestantEs se sont ensuite dirigéEs au bureau de monsieur Vincent Auclair, député de Vimont et ont lu à haute voix une mise en demeure réclamant du gouvernement l'instauration immédiate d'un code du logement provincial. "Si les villes baissent les bras, le gouvernement doit prendre le relais." a ajouté Mme Emond. D'ailleurs, il serait grand temps, toujours selon Mme Emond, d'harmoniser et d'uniformiser la réglementation en matière de salubrité. "Pour le moment, nous sommes dans un système à deux vitesses. Dans les municipalités qui ont adopté un règlement sur la salubrité, les ménages peuvent avoir recours à un inspecteur pour forcer le propriétaire à entretenir leur logement; dans les autres municipalités, les ménages devront attendre près de 16 mois avant d'obtenir une audience à la Régie du logement sur l'état du logement" a dénoncé France Emond. "Nous pressons le gouvernement d'agir sans autre délai ni avis", a-t-elle conclu.

SOURCE Regroupement des comités logement et associations de locataires du Québec (RCLALQ)

Renseignements : Renseignements: France Emond, porte-parole du RCLALQ, (514) 781-2220


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.