Honoré par l'Université de Sherbrooke, Raif Badawi adresse un message par la voix de son épouse

SHERBROOKE, QC, le 8 juin 2017 /CNW Telbec/ - C'est devant un auditoire ému que l'Université de Sherbrooke a remis aujourd'hui un doctorat honorifique à Raif Badawi, pour son apport exceptionnel à la défense de la liberté d'expression. Son épouse, Ensaf Haidar, a reçu le titre honorifique en son nom. Elle a surpris l'assistance lors de la cérémonie en adressant un mot de reconnaissance provenant directement de lui : « Votre formidable position m'a permis de comprendre que le monde extérieur ne m'a pas oublié, ni oublié ma cause. Elle m'a aussi permis de comprendre que nous nous tenons solidaires dans notre humanité. Solidaires dans notre combat pour la liberté d'expression et d'opinion » lui a-t-il confié de sa cellule.

« Par la remise de ce doctorat honorifique institutionnel, l'Université de Sherbrooke veut rendre hommage à un homme de cœur qui paie très chèrement le prix de son engagement pour les droits de la personne, l'avancement et le respect des femmes et des minorités, la tolérance religieuse, l'ouverture aux autres et l'esprit critique, explique le recteur, Pierre Cossette. Les valeurs qu'il défend rejoignent celles de l'Université de Sherbrooke, qui place au cœur de sa mission la promotion du savoir critique et la quête de nouvelles connaissances par l'enseignement, la recherche, la création et l'engagement social. Ces valeurs impliquent l'ouverture, le dialogue et, nécessairement, la liberté d'expression », ajoute-t-il.

L'éloge a été prononcé par le professeur Hervé Cassan, de la Faculté de droit, ayant conduit une double carrière d'universitaire et de diplomate, notamment à titre de conseiller du secrétaire général des Nations Unies à New York. « Nous avons bien conscience, aujourd'hui, de participer, ensemble, à une cérémonie atypique, et j'ai presque envie de dire, à une cérémonie militante. En conférant le grade de docteur honorifique à Raif Badawi, notre institution ne fait pas un choix ordinaire. Elle ne consacre ni un chercheur illustre, ni un savant reconnu, ni une personne publique. En réalité, elle fait mieux que cela. Notre Université veut honorer ici - de la manière la plus officielle et la plus visible - un homme - un jeune homme - qui vit présentement seul, isolé, condamné, emprisonné, menacé des pires tortures. Notre Université veut honorer un homme qui souffre au nom de ses convictions, un homme né il y a une trentaine d'années au cœur de l'Arabie, et dont l'étrange destin fait que c'est une ville du Québec, notre ville de Sherbrooke, qui, à plus de 10 000 km de là, s'est tout entière mobilisée pour lui. Nous voulons l'honorer parce que Raif, étranger à notre langue, à notre pays et à notre culture, nous transmet pourtant le message le plus universel qui soit : les droits de la personne représentent la quintessence des valeurs par lesquelles nous affirmons ensemble que nous appartenons tous à la même Communauté humaine! »

Raif Badawi est un blogueur saoudien, accusé d'insulte à l'islam, après avoir lancé un blogue qui défend les valeurs plus libérales, dont la liberté d'expression. Il a été condamné à une peine de dix ans d'emprisonnement, à mille coups de fouet et à une amende de près de 300 000 $ US. Raif Badawi est devenu un symbole du combat pour le respect de la liberté d'expression, la protection des droits de la personne ainsi que la promotion de la démocratie et de l'État de droit. Son épouse Ensaf Haidar et ses enfants résident à Sherbrooke. La communauté et les institutions sherbrookoises ont accueilli cette famille à bras ouverts et ont rapidement adopté la cause du blogueur.

Pour échanger sur la mobilisation entourant cette cause, l'Université de Sherbrooke a également organisé plus tôt dans la journée une table ronde ayant pour thème « Mobilisation politique et citoyenne : comment défendre Raif Badawi? » Étaient présents pour discuter avec l'auditoire de cet enjeu, Mireille Elchacar responsable d'Amnistie internationale Estrie et porte-parole de la section canadienne francophone de l'organisation; la professeure Marie-Ève Carignan, spécialiste des pratiques journalistiques qui intervient régulièrement dans les médias concernant les enjeux reliés à la liberté de presse; le professeur Daniel Proulx, constitutionnaliste réputé invité à enseigner et à prononcer des conférences au Canada et en Europe et à offrir des formations en matière de droits et libertés à divers publics et le professeur Hervé Cassan, avocat et consultant international.

Note aux directeurs de l'information : Des photos officielles sont disponibles sur demande.

 

SOURCE Université de Sherbrooke

Renseignements : Judith Lavallée, conseillère en relations médias, Service des communications | Université de Sherbrooke, 819 821-8000, poste 65472 | 819 578-9976 | Medias@USherbrooke.ca

LIENS CONNEXES
http://www.usherbrooke.ca/

FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.