Un retour à la normale plus ardu que prévu, selon les économistes de Desjardins

Les marchés financiers aiguisent leur patience

LÉVIS, QC, le 20 déc. 2012 /CNW Telbec/ - Selon les Études économiques du Mouvement Desjardins, les marchés financiers internationaux demeurent sensibles à tout événement non anticipé. L'équilibre relatif qui s'est établi depuis quelques mois est manifestement très fragile. « La saga du fiscal cliff aux États-Unis devrait se conclure bientôt, enlevant une importante source d'incertitude. L'impact sur l'économie nord-américaine et la réaction des marchés pourraient être plus ou moins importants selon son dénouement », a déclaré le vice-président et économiste en chef de Desjardins, M. François Dupuis.

Le Canada en perte de vitesse
L'économie canadienne ressent de plus en plus les contrecoups de la faiblesse de la demande mondiale et l'évolution des exportations est très explicite à ce sujet. À cela s'ajoutent un secteur public en période d'austérité et un marché de l'habitation qui s'engage dans un ralentissement. La bonne performance de l'emploi pourrait avoir des impacts positifs sur les revenus et sur la consommation des ménages, malgré leur endettement élevé. « Les entreprises devraient poursuivre leurs investissements pour contrebalancer la faiblesse de la productivité, mais certaines pourraient aussi être refroidies par une demande restreinte pour leurs produits », souligne le directeur principal et économiste en chef adjoint de Desjardins, M. Yves St-Maurice.

L'environnement actuel est moins favorable à l'économie canadienne. Le PIB réel canadien devrait afficher une hausse de 2,0 % en 2012 et de 1,8 % en 2013, pour s'approcher de son potentiel en 2014 avec une croissance de 2,5 %. Les matières premières, particulièrement le pétrole, restent un moteur important de l'économie et expliquent en grande partie les différences régionales. Ainsi, les provinces de l'Ouest seront les plus performantes en 2013 et en 2014. Elles seront favorisées par un prix du baril de pétrole WTI (West Texas Intermediate) qui devrait atteindre respectivement 96 $ US et 104 $ US à la fin de 2013 et de 2014.

Le contexte difficile persistera au Québec et en Ontario qui ne profitent pas autant de la présence des ressources énergétiques. Leur secteur manufacturier, fortement orienté vers le commerce extérieur, va encore souffrir des impacts négatifs du fiscal cliff et de la récession en zone euro. Le dollar canadien subira des pressions à la hausse et il pourrait rejoindre 1,05 $ US vers la fin de 2014. En revanche, la force relative du huard devrait encourager les entreprises à poursuivre leurs investissements pour améliorer une productivité parfois défaillante.

Au Québec, le PIB réel devrait augmenter de 1,4 % en 2013. Celui de l'Ontario devrait subir les contrecoups de la forte hausse de la production automobile en 2012 et n'enregistrer qu'une progression de 1,7 % en 2013. Les deux provinces seront aussi affectées par le ralentissement du marché immobilier, les plans de restriction budgétaire des gouvernements et le rééquilibrage du bilan financier des ménages. La croissance économique remontera à 2,2 % en 2014 au Québec et à 2,3 % en Ontario, stimulée par la relance mondiale, notamment aux États-Unis.

Ce sera plus long qu'anticipé en Europe
La récession se poursuivra plus longtemps que prévu en zone euro, même si son ampleur restera plutôt limitée. Celle-ci ne retrouvera une croissance positive qu'en 2014 avec une hausse anticipée de 0,6 % du PIB réel. Pour 2013, une baisse de 0,4 % devrait être enregistrée. Par ailleurs, les inquiétudes à l'égard de l'économie chinoise se sont passablement atténuées, car les récents indicateurs montrent de légers signes de retournement. Avec une hausse de leur PIB réel de 5,1 % en 2013 par rapport à 4,6 % en 2012, les pays émergents permettront à l'économie mondiale d'enregistrer une croissance légèrement plus élevée en 2013, à 3,3 %.

Sans surprise, les enjeux liés au fiscal cliff et au plafond de la dette monopolisent l'attention aux États-Unis. La tension risque de monter au fur et à mesure que la fin de l'année approche. Après une hausse de 2,2 % en 2012, la croissance américaine devrait retraiter à 2,0 % en 2013, atténuée par l'issue des négociations en cours. « La croissance devrait ensuite s'accélérer pour rejoindre les 2,8 % en 2014, favorisée par une reprise du marché immobilier, de la consommation et des investissements des entreprises », a ajouté M. Dupuis.

L'espoir d'autres bons rendements boursiers est légitime
Les marchés boursiers nord-américains devraient profiter d'une meilleure conjoncture en mi-2013 et en 2014. Les rendements seront supérieurs à ceux attendus sur le marché obligataire dont les possibilités d'appréciation sont limitées. En l'absence d'une reprise économique ferme et à cause des risques de dérapage élevés, les banques centrales resteront en mode expansionniste. « La Banque du Canada s'assurera que la reprise est bien enclenchée avant d'agir, ce qui ne devrait pas se confirmer avant la mi-2014 », ont conclu les économistes de Desjardins.

Pour plus de renseignements, consultez la plus récente étude à l'adresse suivante : www.desjardins.com/fr/a_propos/etudes_economiques/previsions/financieres_trimestrielles/.

À propos du Mouvement Desjardins
Avec un actif de près de 200 milliards de dollars, le Mouvement Desjardins est le premier groupe financier coopératif du Canada. S'appuyant sur la force de son réseau de caisses au Québec et en Ontario, ainsi que sur l'apport de ses filiales dont plusieurs sont actives à l'échelle canadienne, il offre toute la gamme des produits et services financiers à ses 5,6 millions de membres et clients. Le Mouvement Desjardins, c'est aussi le regroupement d'expertises en Gestion du patrimoine et Assurance de personnes, en Assurance de dommages, en Services aux particuliers ainsi qu'en Services aux entreprises.  Reconnu en 2012 comme la meilleure entreprise citoyenne au Canada et classé parmi les 100 meilleurs employeurs au Canada, il mise sur la compétence de ses 44 645 employés et l'engagement de près de 5 400 dirigeants élus. Desjardins offre un programme en éducation et coopération à l'intention de ses membres et du grand public. Pour en savoir plus, visitez le site www.desjardins.com/coopmoi.

Bas de vignette : "Sommaire des prévisions économiques (Groupe CNW/LE MOUVEMENT DES CAISSES DESJARDINS)". Lien URL de l'image : http://photos.newswire.ca/images/download/20121220_C2498_PHOTO_FR_22164.jpg

SOURCE : LE MOUVEMENT DES CAISSES DESJARDINS

Renseignements :

(à l'intention des journalistes uniquement) :

Francine BlackBurn
Relations de presse
514 281-7000 ou 1 866 866-7000, poste 7544

François Dupuis
Vice-président et économiste en chef
514 281-7322 ou 1 866 866-7000, poste 7322

Yves St-Maurice
Directeur principal et économiste en chef adjoint
514 281-7009 ou 1 866 866-7000, poste 7009

Profil de l'entreprise

LE MOUVEMENT DES CAISSES DESJARDINS

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.