Salaire minimum au Québec : 10 ans après l'adoption de la Loi visant à lutter contre la pauvreté et l'exclusion sociale, le Québec en queue de peloton au Canada !

MONTRÉAL, le 13 déc. 2012 /CNW Telbec/ - Le Front de défense des non-syndiquéEs (FDNS) désire rappeler, en cette journée qui marque le dixième anniversaire de l'adoption de la Loi visant à lutter contre la pauvreté et l'exclusion sociale, que des personnes, même en travaillant 40 heures par semaine au salaire minimum, vivent toujours dans la pauvreté. Selon Mélanie Gauvin, porte-parole du FDNS : « Malheureusement, le bilan fait par notre coalition est que le salaire minimum au Québec ne s'est pas accru de façon assez significative pour sortir les personnes de la pauvreté. Le Québec a plutôt reculé de façon importante par rapport aux autres provinces. Alors qu'il était au deuxième rang au Canada en 2002, notre taux du salaire minimum est maintenant au huitième rang, à la traîne, derrière les autres provinces canadiennes.»

L'Assemblée nationale reconnaissait à l'unanimité, par l'adoption de la Loi visant à lutter contre la pauvreté et l'exclusion sociale, que la pauvreté était une menace à certains de nos droits fondamentaux et un impératif national sur lequel il fallait intervenir. Comment expliquer que le Québec, en 2012, ne se classe pas parmi les provinces qui rémunèrent le mieux ces travailleuses et travailleurs au salaire minimum ? Comment expliquer que 10 % des personnes qui ont un emploi doivent se tourner vers les banques alimentaires pour survivre ? Comment expliquer que quelqu'un qui travaille 40 heures par semaine n'arrive pas à atteindre le seuil de faible revenu ?

Le FDNS souhaite que les différents partis politiques qui siègent à l'Assemblée nationale du Québec présentent leur bilan de ces dix ans d'application de la loi. Il espère également que la ministre du Travail émette le plus rapidement possible les intentions du gouvernement sur la prochaine augmentation du salaire minimum en 2013. Toujours selon Mélanie Gauvin porte-parole du FDNS : « Une personne qui travaille 40 heures par semaine au salaire minimum devrait avoir un revenu de travail équivalant au seuil de faible revenu de Statistique Canada avant impôts pour une personne seule. Une telle mesure se base sur l'équité et l'inclusion sociale et non seulement la quantité minimale des biens nécessaires à la survie. En 2012, le taux général du salaire minimum au Québec aurait dû atteindre 11,20 $ l'heure. »

Le Front de défense des non-syndiquéEs (FDNS) est une coalition qui regroupe plus de 25 groupes populaires et syndicaux. Son principal objectif est l'amélioration des conditions de vie et de travail des personnes non syndiquées. Le FDNS mène plusieurs actions contre la précarisation du travail et pour la hausse du salaire minimum.

SOURCE : Front de défense des non-syndiqué-es

Renseignements :

Mélanie Gauvin, porte-parole du Front de défense des non-syndiquéEs;
Bur. : 514 270-7863 ou cell. : 514 795-0929
Manon Brunelle, porte-parole de l'Estrie pour le Front de défense des non-syndiquéEs : 819 569-9993

Profil de l'entreprise

Front de défense des non-syndiqué-es

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.