Réponse du gouvernement au Front commun syndical: des offres réalistes et
responsables pour un retour à l'équilibre budgétaire

QUÉBEC, le 30 nov. /CNW Telbec/ - La présidente du Conseil du trésor et ministre responsable de l'Administration gouvernementale, Mme Monique Gagnon-Tremblay, accompagnée de la ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport, Mme Michelle Courchesne et du ministre de la Santé et des Services sociaux, le docteur Yves Bolduc, a rendu publiques aujourd'hui les offres patronales au Front commun des secteurs public et parapublic dans le cadre des négociations sur le renouvellement des conventions collectives. Ces offres sont déposées un mois seulement après le dépôt des demandes du Front commun, et ce, bien avant le délai de 60 jours qu'accorde la loi encadrant ces négociations. Le gouvernement fait ainsi preuve de diligence et démontre sa volonté d'accélérer les négociations et d'en arriver à une entente signée d'ici le 31 mars 2010, soit avant la fin des présentes conventions collectives.

Des conventions collectives d'une durée de cinq ans

Le gouvernement propose une convention collective d'une durée de cinq ans au lieu de trois ans, ce qui permet, en plus de garantir une plus grande stabilité sociale, de dégager la marge de manœuvre nécessaire pour proposer, malgré le contexte économique, des hausses salariales à ses employés.

    
    Des améliorations à l'organisation du travail et à la prestation de
    services
    

Les offres du gouvernement visent à solutionner en priorité des problèmes de prestation de services liés aux difficultés d'organisation du travail et à la rareté de main-d'œuvre dans les secteurs de l'éducation, de la santé et des services sociaux et de la fonction publique. Le gouvernement veut notamment corriger des dispositions de conventions collectives qui constituent un frein à l'organisation du travail et réinjecter les économies générées pour résoudre des problèmes prioritaires de prestation de services. En outre, il examinera les propositions de ses partenaires syndicaux en matière d'amélioration de l'organisation du travail.

Également, le gouvernement répond favorablement à certaines demandes syndicales visant à revoir diverses modalités de financement du régime de retraite (RREGOP).

Une hausse de la rémunération globale de 7 %

Les offres du gouvernement comportent une hausse de la rémunération globale des employés de 7 % sur cinq ans, ce qui correspond à un ajout à terme de 2,3 milliards de dollars. Durant les trois premières années de la convention collective, les hausses salariales devront être limitées. Toutefois, le gouvernement propose de mettre en place un mécanisme permettant d'ajuster la progression des salaires si la croissance de la richesse collective est plus élevée que le 4,2 % prévu dans le plan de retour à l'équilibre budgétaire.

Les priorités sectorielles

Pour la fonction publique québécoise, qui compte 85 000 des 550 000 employés de l'État, Mme Gagnon-Tremblay propose d'axer les présentes négociations autour de trois priorités : le renouvellement de la main-d'œuvre, l'organisation du travail et la souplesse de gestion.

Dans le secteur de l'éducation, la période de négociations qui s'amorce offre une occasion privilégiée de revoir les conventions collectives pour chercher des façons d'améliorer la réussite scolaire des jeunes et de mieux répondre aux nouveaux besoins de souplesse, d'adaptabilité et de stabilité qui s'expriment. "Il est important de valoriser les gens qui œuvrent dans notre réseau d'éducation car ils accomplissent un travail exceptionnel pour façonner l'avenir de tous les Québécois. De nombreux défis méritent notre attention et demandent des solutions imaginatives. C'est dans cet esprit que nous entreprenons les prochaines négociations. Nous souhaitons que les partenaires syndicaux partageront ces mêmes objectifs qui visent essentiellement le succès de nos enfants" a déclaré Mme Courchesne.

Le Dr Bolduc a quant à lui affirmé le rôle prépondérant des travailleurs, éléments essentiels du réseau de la santé et des services sociaux. "Leur contribution est absolument indispensable à son bon fonctionnement. Je souhaite que cette ronde de négociations se déroule à l'enseigne de la collaboration et qu'ensemble, avec les employeurs et les organisations syndicales, nous puissions trouver des solutions qui pourront être à la hauteur des attentes à la fois du personnel et de la population" a soutenu le Dr Bolduc.

Des demandes syndicales en décalage par rapport à la réalité

Selon l'analyse du gouvernement, les demandes du Front commun pourraient atteindre plus de 8 milliards de dollars sur trois ans si on les appliquait à l'ensemble des employés des secteurs public et parapublic et aux professionnels de la santé et des services sociaux. Soulignant que dans le contexte actuel, il est tout à fait impossible d'acquiescer à toutes ces demandes, Mme Gagnon-Tremblay convient que le gouvernement doit absolument régler certaines problématiques criantes dans divers secteurs. "Que l'on pense aux difficultés liées au travail de nuit et de fin de semaine dans nos hôpitaux ou encore à la rareté de main-d'œuvre dans des domaines névralgiques pour l'État" de préciser Mme Gagnon-Tremblay.

"Les offres que notre gouvernement dépose aujourd'hui tiennent compte à la fois de l'importance de préserver les services publics et de la capacité de payer des contribuables. Ce sont des offres réalistes et responsables qui respectent notre plan de retour à l'équilibre budgétaire" a affirmé la ministre.

Pour le maintien des services publics

D'autre part, le gouvernement est conscient qu'il reste beaucoup de travail à faire pour parvenir à des ententes négociées avec l'ensemble des employés de l'État toujours avec le souci d'améliorer les façons de faire et la qualité des services aux citoyens.

La ministre a réitéré sa volonté d'être à l'écoute des partenaires syndicaux mais aussi d'être attentive aux besoins des citoyens. "Car après tout, c'est pour eux, les élèves et les étudiants, les parents, les malades et l'ensemble des bénéficiaires de notre système de santé et de services sociaux ainsi que tous les autres groupes de notre société, que nous avons le devoir de nous entendre d'ici le 31 mars prochain" a conclu Mme Gagnon-Tremblay.

Il est possible de suivre l'évolution des négociations en consultant le site www.negociations.gouv.qc.ca.

-%SU: CPN,LBR

-%RE: 37

SOURCE CABINET DE LA PRESIDENTE DU CONSEIL DU TRESOR, MINISTRE RESPONSABLE DE L'ADMINISTRATION GOUVERNEMENTALE, MINISTRE RESPONSABLE DE LA REGION DE L'ESTRIE

Renseignements : Renseignements: Harold Tremblay, Conseiller en communication, Direction des communications, Secrétariat du Conseil du trésor, (418) 643-7562; Pierre Noël, Conseiller en communication, Direction des communications, Ministère de l'Éducation, du Loisir et du Sport, (418) 528-2265 poste 3144; Karine White, Conseillère en communication, Direction des communications, Ministère de la Santé et des Services sociaux, (418) 266-8878; Sources: Geneviève Villemure-Denis, Attachée de presse, Cabinet de la présidente du Conseil du trésor et ministre responsable de l'Administration gouvernementale, (418) 643-5926; Tamara Davis, Attachée de presse, Cabinet de la ministre de l'Éducation, du Loisir et du Sport, (418) 644-0664; Marie-Ève Bédard, Attachée de presse, Cabinet du ministre de la Santé et des Services sociaux, (418) 266-7171

Profil de l'entreprise

CABINET DE LA PRESIDENTE DU CONSEIL DU TRESOR, MINISTRE RESPONSABLE DE L'ADMINISTRATION GOUVERNEMENTALE, MINISTRE RESPONSABLE DE LA REGION DE L'ESTRIE

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.