Les Canadiens atteints de fibrillation auriculaire ne profitent pas des nouvelles options thérapeutiques

Le Conseil canadien pour la prévention de l'AVC chez les patients atteints de fibrillation auriculaire demande un meilleur accès aux traitements actuels et à venir

TORONTO, le 11 déc. 2012 /CNW/ - D'après un livre blanc publié récemment, l'utilisation de la warfarine, le traitement de référence actuel pour la prévention de l'AVC chez les patients atteints de fibrillation auriculaire (FA), est sous-optimale, ce qui a pour conséquence la survenue d'AVC qui auraient pu être évités.

Présenté par le Conseil canadien pour la prévention de l'AVC chez les patients atteints de fibrillation auriculaire, un conseil consultatif multidisciplinaire et indépendant, le livre blanc formule trois recommandations pour la prévention de l'AVC chez les 200 000 à 600 000 Canadiens vivant avec la FA1. Dans ce document, on laisse entendre que les traitements traditionnels comme la warfarine, bien qu'efficaces, comportent de nombreux défis.

Plus précisément, le Conseil a conclu que, dans les cas appropriés, il faut envisager les recommandations suivantes afin d'améliorer l'utilisation des traitements antithrombotiques pour prévenir les AVC chez les patients atteints de FA.

  1. Veiller à ce que les systèmes et les infrastructures appropriés soient mis en place pour assurer une prise en charge efficace de l'anticoagulothérapie.
  2. Garantir le remboursement par les régimes publics de tous les traitements antithrombotiques approuvés pour la prévention des AVC en présence de FA pour les patients à qui ces traitements conviennent.
  3. Faire connaître la FA et son traitement optimal par l'intermédiaire des associations professionnelles et des groupes de défense des intérêts afin d'améliorer les résultats.

L'amélioration des systèmes de prise en charge des traitements antithrombotiques ainsi qu'un accès élargi et une meilleure sensibilisation aux traitements plus faciles à gérer, comme les nouveaux anticoagulants oraux (ACO), pourraient prévenir les conséquences souvent mortelles ou invalidantes chez les Canadiens qui subissent un AVC attribuable à la FA. On s'attend à ce que la fréquence de la FA triple au cours des quarante prochaines années2, et le Conseil précise qu'il devient urgent d'améliorer l'accès à ces nouveaux traitements susceptibles de sauver des vies, et d'accroître la sensibilisation à la FA ainsi que les efforts pour trouver une solution au problème. Le Conseil insiste également sur l'importance de mettre en place les systèmes et infrastructures appropriés pour assurer une prise en charge efficace de l'anticoagulothérapie.

« En dépit de la capacité de la warfarine à réduire des deux tiers le risque d'AVC en présence de FA et du quart le risque de décès, le traitement impose souvent des contraintes aux patients atteints de FA, et ont des répercussions sur leur qualité de vie, déclare le DMike Sharma, président du Conseil et directeur du programme régional des AVC de Champlain à L'Hôpital d'Ottawa. Le processus peut être lourd; il comprend une surveillance hématologique systématique qui est souvent peu pratique pour le patient et coûteuse pour le système de soins de santé. »

Les recherches ont montré qu'en raison des limites de la warfarine, moins de 50 % des patients admissibles au traitement par la warfarine le reçoivent effectivement3, ce qui signifie qu'une vaste population n'est pas traitée. En outre, parmi les patients à qui l'on prescrit la warfarine, moins de la moitié reçoit une anticoagulothérapie adéquate4, ce qui révèle que le traitement par la warfarine demeure sous-optimal chez les patients atteints de FA.

Pour faire face à la hausse des coûts des soins de santé et optimiser les soins aux patients et la prévention de l'AVC en présence de FA, le livre blanc du Conseil canadien pour la prévention de l'AVC chez les patients atteints de fibrillation auriculaire souligne l'importance d'accroître la sensibilisation à la FA et aux autres traitements oraux pour la prévention de l'AVC attribuable à la FA. Comparativement à la warfarine, les nouveaux ACO produisent une réponse prévisible reposant sur la dose, éliminent la nécessité de surveiller l'effet anticoagulant et ne présentent presque pas d'interactions avec les aliments, ce qui permet d'améliorer considérablement la qualité de vie des patients. En outre, les essais cliniques comparant les nouveaux ACO et la warfarine ont démontré des avantages sur les plans de l'efficacité et de l'innocuité pour les patients5.

La FA est le trouble du rythme cardiaque le plus courant et la principale cause d'AVC au Canada; une donnée trompeuse si l'on considère que la maladie n'est pas diagnostiquée chez une importante proportion de patients qui en sont atteints6. Parmi les Canadiens atteints de FA, 20 % de ceux qui subissent un AVC meurent en l'espace d'un an et 60 % doivent vivre avec une importante incapacité neurologique3. Au Canada, avec le vieillissement de la population, on estime que le nombre de cas de FA devrait presque tripler au cours des quarante prochaines années2; pour cette raison, accroître la sensibilisation à la FA est une nécessité.

L'augmentation de la prévalence de la FA entraînera des coûts encore plus importants pour le système de soins de santé si aucune mesure n'est prise. Les AVC coûtent à l'économie canadienne environ 2,7 milliards de dollars par année7, et l'on estime que les coûts directs et indirects des soins de santé pour les nouveaux patients ayant subi un AVC atteignent 50 000 $ en moyenne dans les six mois qui suivent8.

« Les nouveaux ACO pourraient représenter un traitement très avantageux pour les personnes qui ne sont pas traitées par la warfarine, ou dont la prise en charge avec ce médicament est inadéquate, explique Tammy Bungard, directrice, Service de prise en charge de l'anticoagulothérapie, Services de santé de l'Alberta, Edmonton (Alberta) et professeure agrégée de médecine, Division de cardiologie, Université de l'Alberta. Pour obtenir des résultats optimaux, les professionnels de la santé doivent être en mesure de choisir le traitement qui convient. Une part importante de ce choix repose sur le remboursement de tous les anticoagulants par les régimes publics. Ce remboursement constituerait un important progrès dans la prévention des AVC attribuables à la FA en réduisant le fardeau de la FA dans un système de soins de santé déjà surchargé. »

À propos de la fibrillation auriculaire (FA)

La fibrillation auriculaire (FA) est le trouble soutenu du rythme cardiaque le plus fréquent. On estime qu'entre 200 000 et 600 000 Canadiens en sont atteints1, et ce nombre ne cesse d'augmenter en raison du vieillissement de la population.

La FA se caractérise par une fréquence cardiaque irrégulière et souvent rapide, qui entraîne fréquemment une mauvaise circulation sanguine et constitue un important facteur de risque d'AVC ischémique et de décès. La FA prédispose le patient à la formation d'un caillot de sang dans le cœur, qui peut se détacher avant de stagner dans les vaisseaux sanguins du cerveau et provoquer un AVC. On compte environ 50 000 hospitalisations en raison d'un AVC par année; on estime que 15 % de ces AVC sont liés à la FA9. Les AVC causés par la FA ont tendance à être plus dévastateurs. Parmi les patients atteints de FA, 20 % de ceux qui subissent un AVC meurent dans l'année qui suit, et 60 % doivent vivre avec une incapacité neurologique3.

À propos du Conseil canadien pour la prévention de l'AVC chez les patients atteints de fibrillation auriculaire

Le Conseil canadien pour la prévention de l'AVC chez les patients atteints de fibrillation auriculaire est un conseil consultatif multidisciplinaire et indépendant formé afin de fournir des conseils, de l'information et une orientation aux décideurs et aux autres parties concernées (comme les groupes de défense des intérêts des patients et les professionnels de la santé) dans tout le Canada.

Les membres du conseil :

Mike Sharma, M.D., M. Sc., FRCPC, directeur du programme régional des AVC de Champlain, L'Hôpital d'Ottawa (président).

Dean Ast, B. Sc. pharm., conseiller en pratiques et politiques pharmaceutiques

Alan Bell, M.D., CCMF, professeur adjoint, Département de médecine familiale et communautaire, Université de Toronto

Tammy J. Bungard, B. Sc. pharm., Ph. D, directrice, Service de prise en charge de l'anticoagulothérapie (AMS), Services de santé de l'Alberta, Edmonton, Alberta et professeure agrégée de médecine, Division de cardiologie, Faculté de médecine et de dentisterie, Université de l'Alberta

Alexis Dishaw, directrice, Milieu communautaire, transition des patients et services connexes, Hôpital régional Humber River (vice-présidente)

John Eikelboom, MBBS, M. Sc., FRCPC, professeur agrégé, Division d'hématologie et de thromboembolie, Département de médecine, Université McMaster

Vidal Essebag, M.D., Ph. D., FRCPC, FACC, directeur de l'électrophysiologie cardiaque, Centre universitaire de santé McGill

Theresa Green, inf. aut., Ph. D., professeure adjointe, Faculté des sciences infirmières, Université de Calgary

Gerry Jeffcott, conseiller en santé et politiques pharmaceutiques

Janet McTaggart, directrice générale, Stroke Survivors Association of Ottawa

Harry Zwanenburg, M.D., M.G.S.S, conseiller en soins de santé

Pour en savoir plus sur les recommandations du conseil, consulter le lien vers le livre blanc ci-dessous.
http://files.newswire.ca/1163/livre_blanc_dec.pdf

Le Conseil a reçu une subvention inconditionnelle de Bayer Inc.; il a toutefois toute liberté de tirer ses propres conclusions et de faire connaître son avis.

1 Tiré de Kerr CR et coll. Rapport de la conférence consensuelle de la Société canadienne de cardiologie sur la fibrillation auriculaire de 2004, consulté à l'adresse http://www.ccs.ca/download/CCS_Consensus_Report.pdf le 29 novembre 2011.

FA et AVC - Qu'est-ce que la FA?, consulté à l'adresse http://www.parlonsavcetfa.ca/fa-et-avc/Quest-ce-que-la-FA.aspx le 4 décembre 2011.

Fondation des maladies du cœur du Canada. Problèmes de santé cardiovasculaire : La fibrillation auriculaire, consulté à l'adresse http://

http://www.fmcoeur.com/site/c.ntJXJ8MMIqE/b.5052191/k.764F/Maladies_du_coeur__La_fibrillation_auriculaire.htm le 4 décembre 2011.

Dewar RI et Lip GYH. Identification, diagnosis and assessment of atrial fibrillation, Heart, 2007: 93: 25-28. Consulté à l'adresse http://heart.bmj.com/content/93/1/25, extrait le 4 décembre 2011.

Kirchhof P et coll. Outcome parameters for trials in atrial fibrillation: executive summary. Recommandations provenant d'une conférence consensuelle organisée par le German Atrial Fibrillation Competence NETwork (AFNET) et la European Heart Rhythm Association (EHRA), European Heart Journal, 2007: 28: 2 817-2803.

Wiesel J et coll. Detection of Atrial Fibrillation Using a Modified Microlife Blood Pressure Monitor, American Journal of Hypertension, 2009, vol. 22, 848-852.

2 Tiré de Go AS et coll. Prevalence of diagnosed atrial fibrillation in adults : national implications for rhythm management and stroke prevention : the Anticoagulation and Risk Factors in Atrial Fibrillation (ATRIA) Study, Journal of the American Medical Association, 2001 : 285 : 2370 - 2375.

Miyasaka Y et coll. Secular trends in incidence of atrial fibrillation in Olmsted County, Minnesota, 1980 to 2000, and implications on the projections for future prevalence, Circulation, 2006: 114: 119-125.

3 Gladstone DJ et coll. Potentially Preventable Strokes in High-Risk Patients with Atrial Fibrillation who are not Adequately Anticoagulated, Stroke, 2009: 40: 235-240

4 Bungard TJ et coll. Adequacy of anticoagulation in patients coming to hospital with atrial fibrillation, Pharmacotherapy, 2000: 20: 1060-1065.

5 Ahrens I et coll. What do the Re-LY, AVERROES and ROCKET AF trials tell us for stroke prevention in atrial fibrillation, Thrombosis and Haemostasis, 105.4/2011.

6 Kamel H et coll. Delayed Detection of Atrial Fibrillation after Ischemic Stroke, Journal of Stroke and Cerebrovascular Diseases, 2009: vol. 18, n° 6: 453-457.

7 Fondation des maladies du cœur de la Nouvelle-Écosse, Stroke Statistics, consulté à l'adresse http://www.fmcoeur.com/site/c.ntJXJ8MMIqE/b.3562179/k.9FCD/Statistiques.htm#acc le 29 novembre 2011.

8 Sharma M et coll. Costs of an ischemic stroke patient in Canada: 6 month costs, résumé du 1er Congrès canadien de l'AVC, Stroke 2010: 41: e473-e510.

9 Fondation des maladies du cœur du Canada, Problèmes de santé cardiovasculaire : La fibrillation auriculaire, consulté à l'adresse http://www.fmcoeur.com/site/c.ntJXJ8MMIqE/b.5052191/k.764F/Maladies_du_coeur__La_fibrillation_auriculaire.htm le 4 décembre 2011.


Lien URL du PDF : http://stream1.newswire.ca/media/2012/12/11/20121211_C8034_DOC_FR_21813.pdf

SOURCE : Canadian Council for Stroke Prevention in Patients with Atrial Fibrillation

Renseignements :

Gerry Jeffcott
Conseil canadien pour la prévention de l'AVC chez les patients atteints de fibrillation auriculaire
613-851-1602
gerry.jeffcott@gmail.com

Profil de l'entreprise

Canadian Council for Stroke Prevention in Patients with Atrial Fibrillation

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.