L'annonce de la fermeture du centre de distribution de Penzoil/Quaker State
provoque la colère des travailleurs

MONTRÉAL, le 19 nov. /CNW Telbec/ - "La rationalisation a le dos large de nos jours. (...) C'est un prétexte pour se débarrasser de travailleurs productifs qui ont le "défaut" d'être syndiqués."

La dizaine de travailleurs à l'emploi du Centre de distribution de Penzoil/Quaker State sur la rue Cunard, à Laval, ont eu la mauvaise surprise d'apprendre le 4 novembre dernier qu'ils seront au chômage à compter de février 2010.

La pétrolière Shell a acheté ce centre de distribution il y a quelques années et l'a intégré dans ses activités en janvier dernier.

"Nos gens sont en colère, s'indigne Gerry Boutin, président de la Section locale 931 du syndicat des Teamsters, qui représente les travailleurs de l'entrepôt. Nous soupçonnons la compagnie de vouloir faire affaires avec des sous-traitants, mais l'employeur doit savoir que nous ne baisserons pas les bras."

Des contrats conclus avec de grandes entreprises laissaient portant présager le maintien des activités de l'entrepôt pour les années à venir. Les travailleurs du centre de distribution assurent le chargement et la distribution des lubrifiants de marques Quaker State et Penzoil au Québec. Ils comptent une moyenne de 12 à 13 années d'ancienneté et gagnent en moyenne 20 $ l'heure.

Les relations étaient pourtant harmonieuses entre le syndicat des Teamsters et la partie patronale. D'ailleurs, l'employeur aurait laissé savoir aux travailleurs, en début d'année, que d'importants contrats récemment signés garantiraient leur sécurité d'emploi pour un bon moment.

"L'efficacité de ces travailleurs est reconnue et la pertinence de cet entrepôt n'est plus à démontrer, explique M. Boutin. Je ne comprends donc pas la décision de l'employeur, et nous comptons communiquer avec lui pour le convaincre de préserver ces emplois."

Rappelons que Shell a fermé des centres de distribution à Calgary et en Colombie-Britannique au cours des derniers mois, jetant ainsi sur le pavé de nombreux travailleurs. Shell a justifié sa décision auprès de ses travailleurs de Laval en invoquant une "rationalisation" de ses activités.

"La rationalisation a le dos large de nos jours, termine le président de la Section locale 931 du syndicat des Teamsters. Quant à moi, c'est un prétexte pour se débarrasser de travailleurs productifs qui ont le "défaut" d'être syndiqués."

Le syndicat des Teamsters représente 125 000 membres au Canada dans tous les corps de métier. La Fraternité internationale des Teamsters, à laquelle Teamsters Canada est affiliée, compte 1,4 million de membres en Amérique du Nord.

SOURCE Teamsters Canada

Renseignements : Renseignements: Stéphane Lacroix, directeur des communications de Teamsters Canada, (514) 609-5101; www.teamsters.ca/fr/nouvelles/1306/


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.