Des militants communautaires et des syndicalistes exigent que de réels changements soient apportés au Programme des travailleurs étrangers temporaires

Les manifestants se dirigent vers le bureau de Joe Oliver, ministre conservateur

TORONTO, le 10 juin 2013 /CNW/ - Des dizaines de militants communautaires et de syndicalistes se sont dirigés aujourd'hui vers le bureau du député conservateur, Joe Oliver, pour exiger que l'on mette un terme à la stratégie économique reposant sur de faibles salaires du gouvernement Harper ainsi qu'aux abus dont sont victimes les travailleurs étrangers temporaires.

« Le Programme des travailleurs étrangers temporaires n'est pas une politique d'immigration légitime », a déclaré Sid Ryan, président de la Fédération du travail de l'Ontario.

« Ce programme autorise les employeurs à baisser les salaires et à diminuer les avantages sociaux. Ce programme entraîne l'exploitation de travailleurs vulnérables qui se retrouvent pris au piège dans un emploi faiblement rémunéré, sans espoir d'obtenir un jour le statut de résident permanent, malgré leur contribution à notre économie et à nos communautés », a souligné M. Ryan.

La manifestation d'aujourd'hui fait partie de la campagne Une chance pour tous pour l'avenir du Canada (lien en anglais) lancée par le Syndicat des Métallos. Cette campagne vise à dénoncer les abus commis par les entreprises canadiennes qui bénéficient du Programme des travailleurs étrangers temporaires (PTET) et le rôle que celui-ci joue dans le modèle économique à faibles salaires du gouvernement Harper pour le Canada.

« Nous avons pu constater nous-mêmes les conséquences de ce programme sur nos communautés », a fait remarquer Nigel Barriffe, membre de la Good Jobs for All Coalition, qui souhaite améliorer les conditions de vie et de travail dans la région de Toronto.

« Notre communauté est du même avis que les syndicats sur cette question », a déclaré M. Barriffe. « Pour faire échouer Joe Oliver et ce mouvement conservateur ridicule qui éliminent les bons emplois chez nous, au Canada, un partenariat s'avère nécessaire ».

Selon Ken Neumann, directeur national du Syndicat des Métallos, les récentes modifications apportées par le gouvernement Harper au PTET ne sont que de la poudre aux yeux, et elles ne répondront pas aux nombreux abus commis dans le cadre du programme.

« En affaiblissant le secteur public, les conservateurs s'assurent qu'il n'y aura ni surveillance rigoureuse ni modifications réelles à ce programme de suppression des salaires », a souligné M. Neumann. « Les travailleurs étrangers très vulnérables gagnant de faibles salaires continueront d'être exploités, ne bénéficieront d'aucune protection juridique et n'auront pas la possibilité d'obtenir la citoyenneté canadienne. »

Abdi Dirshe, directeur de l'information de l'association iTaxiworkers, qui représente des centaines d'immigrants, a dénoncé les abus commis dans le cadre du PTET.

« Quand je suis arrivé ici, à titre d'immigrant, je me suis retrouvé dans la même situation », a expliqué M Dirshe. « Les travailleurs arrivent ici et n'ont aucun droit. Ils devraient pouvoir adhérer à des syndicats pour ne pas être isolés et ne pas se faire exploiter constamment. »

« Les travailleurs, qu'ils soient immigrants ou non, sont menacés par le gouvernement Harper. Les politiques favorisées par le gouvernement Harper portent atteinte aux droits des travailleurs. »

Selon John Cartwright, président du Conseil de la main-d'œuvre du district de Toronto et de York des TCA, le développement du PTET ainsi que certaines politiques, comme les coupes dans l'assurance-emploi, font partie de la stratégie délibérée des conservateurs de Harper d'adopter un modèle économique de faibles salaires pour le Canada.

« Ces questions sont absolument liées, parce qu'ils veulent que les travailleurs gagnent de faibles salaires », a expliqué M. Cartwright.

Les manifestants ont accusé les conservateurs et les entreprises, qui sont leurs alliés, de fuir leur responsabilité d'investir dans des programmes de formation à une période où le taux de chômage est élevé, particulièrement chez les jeunes et dans les communautés autochtones.

« Le gouvernement Harper n'a pas assumé sa responsabilité de protéger les Canadiens et de s'assurer que les travailleurs étrangers particulièrement vulnérables ne sont pas exploités », a souligné Carolyn Egan, présidente du conseil régional du Syndicat des Métallos de Toronto.

« Nous exigeons que tous les travailleurs aient accès à la justice », a déclaré Mme Egan. « Nous manifestons devant le bureau de M. Oliver parce que c'est un membre clé du gouvernement Harper qui fait équipe avec les multinationales pour favoriser leur stratégie économique reposant sur les faibles salaires pour le Canada. »

Pour obtenir plus de renseignements sur la campagne Une chance pour tous pour l'avenir du Canada, consultez le site : www.everyoneschance.ca (en anglais).

SOURCE : Syndicat des Metallos

Renseignements :

Ken Neumann, directeur national du Syndicat des Métallos pour le Canada, 416-544-5951
Jackie Edwards, Campagnes stratégiques, Syndicat des Métallos, 416-544-5962, 416-886-0962, jedwards@usw.ca
Bob Gallagher, Communications, Syndicat des Métallos, 416-544-5966, 416-434-2221, bgallagher@usw.ca

Profil de l'entreprise

Syndicat des Metallos

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.