La montée en flèche des frais de garde d'enfants exige une intervention fédérale

Un nouveau sondage sur les frais de garde d'enfants confirme l'aggravation de la crise dans le secteur des services de garde; des militant-e-s demandent que les négociations en cours pour une entente-cadre fédérale-provinciale-territoriale aboutissent à un système de services de garde à l'enfance qui tienne la route.

OTTAWA, le 12 déc. 2016 /CNW/ - La rapidité alarmante de la hausse des frais de garde d'enfants dans la plupart des grandes villes, documentée dans le rapport que rend public aujourd'hui le Centre canadien de politiques alternatives, met en relief l'urgence pour le gouvernement fédéral de conclure une entente avec les provinces et les territoires qui tracera la voie de changements en profondeur dans le système, dit l'organisation nationale de promotion des services de garde au Canada.

« Le rapport confirme qu'un peu partout au pays, les familles à faible et moyen revenu doivent supporter seules les coûts exorbitants des services de garde lorsqu'elles ont la chance de trouver une place, » a dit Morna Ballantyne, directrice générale de  l'Association canadienne pour la promotion des services de garde à l'enfance (ACPSGE).

« Elles n'auront de répit que lorsque les gouvernements cesseront de verser des subventions directement aux familles et qu'ils financeront directement les services de garde, en géreront l'offre et fixeront une grille tarifaire qui rend les services de garde abordables pour les familles, peu importe leur seuil de revenu », dit-elle.

Le sondage annuel sur les frais de garde du CCPA, le troisième depuis 2014, indique qu'une famille à revenu moyen avec un bébé et un enfant âgé de trois ans vivant à Toronto doit débourser près de 36 000 dollars par année pour une place dans un service de garde réglementé si elle parvient au sommet de la longue liste d'attente pour une place. Un nombre restreint de familles à faible revenu peut être admissible à une subvention pour frais de garde, mais dans plusieurs villes, les familles qui ont droit à la subvention doivent néanmoins payer des milliers de dollars de plus de leur poche; à Saskatoon, par exemple, elles doivent débourser 6 000 dollars de plus par année.

Madame Ballantyne dit que l'exposé du CCPA sur la hausse du coût des services de garde d'enfants et les grands écarts au pays devraient inciter les gouvernements des deux ordres à repenser leur approche bigarrée, sous-financée et inefficace pour tout le monde.

« Le gouvernement fédéral a indiqué que le nouveau cadre national en matière d'éducation préscolaire et de garde à l'enfance en cours de négociation s'appuierait sur les principes d'abordabilité et de qualité. Mais pour s'attaquer à ces questions, ainsi qu'au manque de places, les gouvernements doivent convenir de traiter les services de garde comme un service public et les organiser commet tel, au lieu d'en faire des biens de consommation soumis aux règles du marché », dit-elle.

 

SOURCE ASSOCIATION CANADIENNE POUR LA PROMOTION DES SERVICES DE GARDE A L'ENFANCE

Renseignements : Morna Ballantyne, directrice générale, Association canadienne pour la promotion des services de garde l'enfance, 613-791-3411, ed@ccaac.ca

LIENS CONNEXES
www.ccaac.ca

FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.