Journée des locataires : des centaines de locataires manifestent à Montréal pour le droit fondamental au logement!

MONTRÉAL, le 24 avril 2016 /CNW Telbec/ - À l'occasion de la Journée des locataires, des centaines de militant-e-s de plusieurs régions du Québec ont répondu à l'appel du Regroupement des comités logement et associations de locataires du Québec (RCLALQ). Rassemblé-e-s dans le quartier St-Henri à Montréal, les locataires ont manifesté pour demander au nouveau ministre responsable de l'habitation, Martin Coiteux, d'appliquer des mesures concrètes afin de faire respecter le droit au logement. Les manifestant-e-s ont profité de l'occasion pour répliquer au ministre sur sa récente ouverture envers la légalisation du dépôt de garantie : ils et elles s'opposeront farouchement à un éventuel projet de loi allant en ce sens.

La manifestation s'est arrêtée devant les bureaux d'une des collègues de M. Coiteux, la ministre de l'Économie et députée de St-Henri-St-Anne, Dominique Anglade, pour souligner l'inaction du gouvernement libéral vis-à-vis des droits des locataires. « Nous profitons de la Journée des locataires pour rappeler au gouvernement qu'il doit protéger les plus démunis par des mesures comme le contrôle obligatoire des loyers plutôt que de les appauvrir et les précariser avec des mesures comme le dépôt de garantie » plaide la porte-parole du RCLALQ, Isabelle Monast-Landriault.

Assez d'être mal-logé-e-s!

Selon le RCLALQ, les enjeux de logement n'ont jamais été aussi préoccupants. « Le vieillissement du parc locatif crée des problématiques de salubrité et de sécurité, les prix des loyers augmentent beaucoup plus vite que les revenus des locataires et la frénésie des conversions de logements en copropriétés ne ralentit pas » explique la porte-parole du RCLALQ. Les manifestant-e-s se sont d'ailleurs arrêté-e-s devant les bureaux d'un promoteur de condos pour protester contre la gentrification des quartiers et les ravages causés par la conversion d'appartements locatifs en condominiums.

Le RCLALQ constate que ce sont surtout les ménages les plus vulnérables, victimes de discrimination et de la cherté des loyers, qui se trouvent contraints de louer des logements en mauvaise condition. « La règlementation actuelle est clairement désuète : des milliers de locataires vivent avec des problèmes d'insalubrité et sont étranglé-e-s par les augmentations de loyers années après années » explique Mme Monast-Landriault. La porte-parole rappelle que les loyers ont augmenté en moyenne de 47 % au Québec entre 2000 et 2015.

Des solutions concrètes et reconnues

Selon le RCLALQ,  M. Coiteux a le devoir de permettre aux locataires de trouver justice face aux abus des propriétaires. « Des mesures comme l'instauration d'un contrôle universel et obligatoire des loyers, l'adoption d'un code du logement provincial, l'encadrement de la recherche de logement, des mesures de protection du parc locatif et une meilleure accessibilité à la Régie du logement permettraient aux locataires de se loger dans le respect de la dignité humaine » déclare la porte-parole.

La déclaration Assez d'être mal-logé.e.s! du RCLALQ a été appuyée par 316 organismes à travers le Québec. « Le nouveau ministre ne peut pas ignorer ce fort appui : il doit agir dès maintenant pour répondre aux besoins criants des 1 300 000 ménages locataires du Québec.» 

 

 

SOURCE Regroupement des comités logement et associations de locataires du Québec (RCLALQ)

Renseignements : Isabelle Monast-Landriault, RCLALQ, 514-781-2220


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.