Une nouvelle directive clinique de la SOGC met l'accent sur la façon d'aider les Canadiennes positives pour le VIH à planifier une grossesse sûre

OTTAWA, le 20 juin 2012 /CNW/ - Le numéro de juin du Journal d'obstétrique et gynécologie du Canada présente une nouvelle directive clinique visant à aider les médecins, les infirmières et les sages-femmes à appuyer les personnes ou les couples positifs pour le VIH dans leur prise de décisions quant à la fertilité et à la planification de la grossesse.

Les personnes infectées au VIH vivent plus longtemps et en meilleure santé qu'il y a à peine dix ans. Cela est principalement attribuable aux progrès réalisés sur le plan des traitements médicaux, comme la création du traitement antirétroviral combiné (cART). Cette amélioration de l'espérance et de la qualité de vie s'est traduite par un nombre croissant de grossesses chez les Canadiennes positives pour le VIH.

Nous comprenons, depuis de nombreuses années, comment réduire de façon considérable la transmission du VIH de la mère au bébé. Ces connaissances ont ouvert la voie à des avancées récentes montrant que le fait de traiter le VIH permet de réduire la transmission entre les partenaires (« traitement en tant que mesure de prévention »). En fait, le recours au cART, le choix sélectif de pratiquer une césarienne, ainsi que la décision d'éviter l'allaitement maternel aident à réduire considérablement le risque de transmission du VIH de la mère au bébé.

Même si les personnes ou les couples positifs pour le VIH disposent de nouvelles possibilités en matière de planification familiale, ils doivent souvent composer avec des problèmes supplémentaires sur le plan psychosocial et de la santé mentale en raison de la stigmatisation qu'entraîne la maladie elle-même et les risques de transmission du VIH.

« À une certaine époque, on considérait comme impossible ou, à tout le moins, inacceptable, le désir de parents positifs pour le VIH de vouloir avoir un enfant. Aujourd'hui, ces points de vue ne sont plus valables ou appropriés, surtout lorsque la conception et la grossesse sont approchées de façon responsable », explique le Dr Mark Yudin, l'un des principaux auteurs de la nouvelle directive clinique et président du comité sur les maladies infectieuses de la SOGC.

Cette nouvelle directive clinique fournit aux professionnels de la santé l'information clinique et les recommandations dont ils ont besoin pour aider les personnes et les couples positifs pour le VIH à combler leurs besoins en matière de fertilité, de contraception et de planification de la grossesse. Ce document appuie la déclaration de l'Organisation mondiale de la Santé relativement à la reconnaissance du droit qu'ont « tous les couples et les individus de décider librement et avec discernement du nombre de leurs enfants et de l'espacement de leurs naissances, et de disposer de l'information, de la formation et des moyens nécessaires pour ce faire. » Les personnes vivant avec le VIH ou le sida ne devraient pas faire exception à cette règle.

Ces patientes doivent bénéficier d'un soutien additionnel pour être en mesure de gérer la crainte et le stress additionnels qu'elles pourraient ressentir. Elles doivent aussi avoir accès à des services de fertilité et de planification de la grossesse. Jusqu'à tout récemment, l'accès à ces services était malheureusement limité au Canada; celui-ci s'est amélioré au cours des dernières années, et une plus grande attention est maintenant accordée aux préoccupations des femmes en matière de santé génésique.

Le Dr Deborah Money, aussi auteure principale de la directive clinique, a déclaré ce qui suit : « Les Canadiennes positives pour le VIH peuvent, à l'aide d'une planification appropriée, avoir un bébé en santé. Bien qu'il existe un certain nombre de facteurs dont il faut tenir compte et qui sont particuliers à une femme enceinte positive pour le VIH, certaines recommandations en ce qui a trait à la préconception, à la contraception et à la fertilité demeurent les mêmes que celles qui s'appliquent à toutes les autres femmes. »

Bien que la SOGC soit heureuse d'avoir publié cette directive clinique, visant tout particulièrement la plamification de la grossesse pour les Canadiennes positives pour le VIH, il est important de noter que la Société déploie maintenant des efforts en vue de mettre la touche finale à une directive clinique portant sur la prise en charge du VIH pendant la grossesse.

SOURCE Société des obstétriciens et gynécologues du Canada

Renseignements :

Relations avec les médias :

Natalie Wright
Société des obstétriciens et gynécologues du Canada
Communications et éducation publique
Tél. : (613) 730-4192 ou sans frais : 1-800-561-2416, poste 366
Cellulaire : (613) 240-0169
Courriel : nwright@sogc.com  Site Web : www.sogc.org

La directive clinique est disponible sur la page d'accueil de la SOGC dans la section des directives clinique. 

Profil de l'entreprise

Société des obstétriciens et gynécologues du Canada

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.