Une étude démontre que les femmes ont les MÊMES symptômes de crise cardiaque
que les hommes ... et plus encore

EDMONTON, le 25 oct. /CNW Telbec/ - L'écart entre les sexes est beaucoup plus faible qu'on serait porté à le croire concernant les symptômes de crise cardiaque, selon une nouvelle étude présentée devant le Congrès canadien de santé cardiovasculaire 2009, organisé conjointement par la Fondation des maladies du cœur et la Société canadienne de cardiologie.

"Autant les médias que certains documents d'information destinés aux patients suggèrent fréquemment que les femmes ressentent des symptômes différents de ceux des hommes lors d'une crise cardiaque, dit l'infirmière cardiovasculaire Martha Mackay, chercheure en perfectionnement clinique subventionnée par les Instituts de recherche en santé du Canada et étudiante au doctorat à l'école de soins infirmiers de UBC. Toutefois les résultats suggèrent que ce n'est tout simplement pas le cas."

L'étude menée par son équipe sur 305 patients consécutifs d'angioplastie, qui occasionne brièvement des symptômes qui ressemblent à ceux d'une crise cardiaque, n'a décelé aucune différence entre les sexes au plan de l'inconfort thoracique et d'autres symptômes "typiques" comme l'inconfort dans un bras, l'essoufflement, les sueurs, les nausées, la peu moite et les symptômes qui ressemblent à une indigestion.

Bien que les femmes et les hommes ressentent tous deux des symptômes typiques et atypiques, la principale différence est que les patientes sont plus susceptibles de souffrir à la fois des symptômes classiques de la crise cardiaque en plus d'inconfort à la gorge, à la mâchoire et au cou.

"Il faut rédiger des messages éducatifs clairs afin de nous assurer que les femmes et les professionnels de la santé reconnaissent que les symptômes classiques sont aussi courants chez les hommes que chez les femmes", affirme Madame Mackay.

Ainsi, étant donné la vaste gamme de symptômes, pourquoi les études ont-elles conclu que les patientes cardiaques ne ressentent pas d'inconfort thoracique ou d'autres symptômes "typiques" aussi fréquemment que les hommes?

Madame Mackay fait remarquer que les études précédentes comportaient certaines carences. Elle pense aussi que les problèmes de communication ont pu y jouer un rôle. "Aujourd'hui, dans nos urgences débordées, les médecins tentent de rassembler l'information sur les symptômes des patients de façon rapide et efficiente, dit-elle.

Malheureusement, ça signifie souvent que les questions qu'ils posent portent sur une liste limitée de symptômes et que certains d'entre eux puissent passer entre les mailles du filet." Elle conseille donc aux patientes de mentionner à leur médecin tous leurs symptômes, pas seulement ceux sur lesquels elles sont questionnés.

Madame Mackay suggère également aux médecins et aux infirmières d'éviter les questions "fermées" lors de l'évaluation des patients. Par exemple, au lieu de demander "Souffrez-vous de douleurs thoraciques?", question à laquelle il est facile de répondre par oui ou par non, on peut y ajouter "ou de tout autre inconfort?" afin de solliciter d'autres réponses capables d'éclairer le diagnostic.

"Dans le cas des femmes, des questions supplémentaires pourraient permettre un diagnostic plus précoce et plus complet", dit-elle. C'est important parce que le traitement contre une crise cardiaque (autant chez les hommes que chez les femmes) doit être donné moins de quelques heures après l'apparition des symptômes afin d'être efficace, ce qui signifie que tout délai supplémentaire peut nuire à l'efficacité du traitement. C'est aussi important parce que les femmes sont 16 pour cent plus susceptibles de succomber à une crise cardiaque que les hommes.

La porte-parole de la Fondation des maladies du cœur, Dre Beth Abramson, mentionne que bien que les femmes puissent décrire leur douleur différemment de celle des hommes, les symptômes les plus courants chez les femmes demeurent les douleurs thoraciques. Elle souligne aussi que le défi réside dans le fait que les femmes sont moins portées à croire qu'elles sont en proie à une crise cardiaque et plus portées à attendre avant de demander d'être traitées.

"Les maladies du cœur et les AVC sont la principale cause de décès chez les Canadiennes, dit Dre Abramson. Être consciente des signes avant-coureurs et agir sans délai peut vous sauver la vie ou celle d'une personne chère et minimiser les dommages à votre santé." Elle dit que les femmes et les membres de leur famille devraient consulter leur médecin, être attentifs aux symptômes et comprendre que les crises cardiaques pourraient les frapper eux aussi.

Les signes avant-coureurs d'une crise cardiaque chez les hommes comme chez les femmes sont les suivants :

    
    -   Douleur
        -  malaise soudain ou douleur soudaine qui ne disparaît pas avec du
           repos;
        -  douleur à la poitrine, au cou, à la mâchoire, à l'épaule, aux bras
           ou au dos;
        -  douleur qui se manifeste par une sensation de brûlure, de
           serrement, de lourdeur, de tension ou de pression;
        -  chez les femmes, la douleur peut être plus vague;
        -  douleur ou malaise thoracique qui apparaît à l'effort et qui
           disparaît au repos;

    -   Essoufflement
        -  difficulté respiratoire;

    -   Nausée
        -  indigestion;
        -  vomissements;

    -   Sueurs
        -  froides, peau moite;

    -   Peur
        -  anxiété;
        -  déni.
    

Si vous ressentez l'un ou l'autre de ces signaux, vous devriez COMPOSER LE 9-1-1 ou le numéro d'urgence local immédiatement.

Pour plus de renseignements sur les femmes et les maladies du cœur, visitez le site lecoeurtelquelles.ca.

Les déclarations et conclusions des auteurs de cette étude sont uniquement celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement les politiques ou les points de vue de la Fondation ou de la SCC. La Fondation des maladies du cœur du Canada et la Société canadienne de cardiologie ne font aucune représentation ou garantie quant à leur exactitude ou à leur fiabilité.

Organisme bénévole de bienfaisance en santé, la Fondation des maladies du cœur (www.fmcoeur.ca) mène la lutte vers l'élimination des maladies du cœur et des accidents vasculaires cérébraux (AVC), en contribuant activement à l'avancement de la recherche et sa mise en application, la promotion de modes de vie sains, la représentation auprès des instances responsables des politiques de santé.

SOURCE Fondation des maladies du cœur et de l'AVC

Renseignements : Renseignements: ou pour entrevues, s'adresser à: BUREAU DES MÉDIAS DU CCSC 2009 AU (780) 969-0453 (DU 24 AU 28 OCTOBRE); Après le 29 octobre 2009: Jane-Diane Fraser, Fondation des maladies du coeur du Canada, (613) 569-4361 poste 273, jfraser@hsf.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.