Une étude de Royal LePage effectuée à l'échelle nationale révèle que la majorité des bébé-boumeurs n'ont pas l'intention d'emménager dans une propriété plus petite

Les maisons unifamiliales ont toujours la cote chez les bébé-boumeurs et les membres de la génération Y, selon une étude de Royal LePage

TORONTO, le 26 févr. 2013 /CNW/ - Bien que l'on soit porté à croire que les bébé-boumeurs vieillissants auraient tendance à emménager dans des propriétés plus petites, entraînant un surplus de maisons unifamiliales traditionnelles sur le marché, une nouvelle étude des Services immobiliers Royal LePage dévoile que la demande pour les maisons individuelles de banlieue demeure élevée chez les bébé-boumeurs et la génération Y.

Le sondage de la firme Léger Marketing indique que des 40,6 pour cent des bébé-boumeurs (nés entre 1947 et 1966) qui songent à déménager dans une autre résidence principale, près de la moitié d'entre eux (43,5 pour cent) désirent acheter une autre résidence principale de la même grandeur ou plus grande que celle qu'ils possèdent actuellement. Parmi les réponses obtenues auprès des bébé-boumeurs qui avaient l'intention d'acheter leur prochaine résidence principale, 66,8 pour cent d'entre eux ont affirmé être prêts à le faire au cours des cinq prochaines années.

« Les bébé-boumeurs sont issus de la génération la plus aisée dans l'histoire canadienne. Ils vivent dans de grandes maisons avec amplement d'espace pour contenir leurs nombreux biens. Ils apprécient avoir un garage et une cour arrière. Cette étude indique clairement que, contrairement à la croyance populaire, la plupart des bébé-boumeurs ne sont pas près d'emménager dans une maison plus petite », affirme Phil Soper, chef de la direction des Services immobiliers Royal LePage.

Chez les bébé-boumeurs qui prévoient déménager, ce sont les hommes plus que les femmes qui sont davantage susceptibles de vouloir une propriété plus grande. En effet, 23,0 pour cent d'entre eux, comparativement à 12,1 pour cent de femmes, indiquent qu'ils songent à emménager dans une résidence plus grande. Des bébé-boumeurs qui songent à acheter un appartement en copropriété, 54,5 pour cent préfèrent une réduction des services et des frais d'entretien plus bas, alors que 39,1 pour cent souhaitent obtenir un grand nombre de services. Soixante-dix-huit pour cent des bébé-boumeurs possèdent actuellement leur propre maison.

Le fait que les adolescents demeurent plus longtemps avec leurs parents est un facteur qui incite les bébé-boumeurs à continuer à investir dans de grandes maisons de banlieue. Selon l'étude, un quart des membres de la génération Y ne paie pas de loyer en raison des arrangements avec des membres de la famille ou des amis, mais ce nombre augmente à 33,4 pour cent dans les provinces des Prairies, à 29,7 pour cent au Québec et à 27,2 pour cent en Ontario.

« Devenus adultes, les enfants des bébé-boumeurs ne sont pas pressés de quitter le nid familial. Comme il est plus difficile pour eux de trouver un bon travail, ils poursuivent leurs études tout en demeurant chez leurs parents. Il n'est donc pas étonnant de constater que changer une maison pouvant accommoder une famille pour une petite habitation n'a plus aucun attrait » poursuit M. Soper.

Par ailleurs, les membres de la génération Y (nés entre 1980 et 1994) qui songent à acheter une prochaine propriété sont plus intéressés à une maison unifamiliale à plusieurs étages (50,6 pour cent) ou à une maison de plain-pied (19,0 pour cent). Seulement 15,7 pour cent des personnes de la génération Y affirment songer à acheter un appartement en copropriété ou un appartement. Alors que chez les bébé-boumeurs, c'est 22,9 pour cent des acheteurs potentiels qui souhaitent acheter un appartement en copropriété ou un appartement.

L'étude montre que plus de la moitié des personnes de la génération Y ont l'intention d'acheter leur prochaine propriété en banlieue (55,7 pour cent), comparativement à une propriété située en plein cœur du centre-ville (21,7 pour cent). Quarante-trois pour cent des personnes, qui ne sont pas propriétaires de maison en ce moment, mais qui planifient en acquérir une au cours des cinq prochaines années, affirment vouloir fonder une famille prochainement. Parmi ce groupe de personnes plus jeunes qui songent à acheter une maison, les points qui comptent le plus dans le choix d'une nouvelle maison sont : un quartier sécuritaire et la proximité du lieu de travail, de la famille et des amis. En tenant compte du fait que près de la moitié des personnes de la génération Y ont indiqué être motivées à acheter une maison, car elles planifient à court terme d'avoir des enfants (42,0 pour cent), les facteurs les moins importants sont la proximité du centre-ville, des restaurants et des lieux de divertissement.

« Les jeunes gens de la génération Y sont les acheteurs d'une première maison. Comme leurs parents, ils rêvent de posséder une belle maison de banlieue, qui offre une bonne valeur ainsi qu'un accès aux parcs pour les enfants et une sensation de sécurité pour la famille, déclare M. Soper. Même si les appartements en copropriété sont de plus en plus populaires au Canada, les résultats de l'étude ne révèlent pas pour autant de baisse de la demande pour des maisons unifamiliales traditionnelles. Pour les bébé-boumeurs qui déménagent au centre-ville, il y a une nouvelle génération qui est prête à prendre leur place. »

Parmi les raisons qui motivent le plus les bébé-boumeurs à emménager dans une propriété plus petite, il faut mentionner un entretien moins exigeant (73,7 pour cent), l'accès aux liquidités pour la retraite (48,1 pour cent) et pour les voyages (30,9 pour cent).

Comparaisons régionales relatives aux personnes qui songent à déménager

Pour la génération Y, les comparaisons régionales ont démontré qu'un plus grand nombre d'Ontariens et d'Albertains accordent de l'importance à la proximité du centre-ville que les Québécois ou les habitants des provinces des Prairies. De même, une salle d'exercices ou un centre de conditionnement physique est plus important pour les Ontariens, les Albertains et les habitants de Colombie-Britannique que pour les Québécois ou les Canadiens de l'Atlantique. Ces derniers attribuent également moins d'importance à la proximité du transport collectif, des restaurants ou des lieux de divertissement que les personnes de la génération Y vivant ailleurs au pays.

Les comparaisons effectuées entre les bébé-boumeurs partout au Canada révèlent que les Ontariens, les Québécois et les Albertains sont ceux qui sont les plus susceptibles d'acheter une résidence à la campagne, par rapport à ceux qui habitent en Colombie-Britannique, car un plus grand nombre d'entre eux attribuent de l'importance à la proximité du transport collectif lorsqu'ils achètent une propriété, comparativement aux Ontariens et aux Albertains. De plus, il n'existe pas de différences régionales significatives entre les bébé-boumeurs qui souhaitent acheter une propriété plus grande ou une propriété plus petite ou encore continuer à vivre dans une résidence de même grandeur.

Étude de Royal LePage portant sur les bébé-boumeurs et la génération Y

Résultats de l'étude à l'égard des répondants qui songent à acheter une nouvelle résidence principale

  Bébé-boumeurs (de 1947 à
1966)
Génération Y (de 1980 à 1994)
Si je déménage, je songe à...
Acheter une propriété plus
grande
17,6 % 63,2 %
Acheter une propriété de la
même grandeur
25,9 % 20,9 %
Acheter une propriété plus
petite
54,0 % 12,9 %
Ne sais pas/ préfère ne pas
répondre
0,7 % 2,2 %
Quel type de propriété choisiriez-vous pour votre prochaine résidence principale?
Habitations multifamiliales
Appartement en
copropriété/appartement
22,9 % 15,8 %
Maisons unifamiliales
Maison en rangée 6,8 % 7,3 %
Maison de plain-pied 39,0 % 19,0 %
Maison unifamiliale à plusieurs
étages
18,8 % 50,6 %
Sous-total 64,5 % 76,8 %
Autre    
Propriété récréative 5,9 % 1,7 %
Autre 3,0 % 2,8 %
Ne sais pas/ préfère ne pas
répondre
3,3 % 2,9 %
Dans le choix de votre prochaine résidence principale, quels éléments/services vous importent le plus?
Sécurité du quartier ou de la
région
61,9 % 63,2 %
Cour arrière ou balcon 69,6 % 66,3 %
Style de la propriété 63,5 % 60,9 %
Garage ou entrée 67,8 % 57,7 %
Superficie de la propriété 50,2 % 49,9 %
Maison écologique/à haut
rendement énergétique
27,2 % 20,2 %
Piscine 12,7 % 8,9 %
Proximité du lieu de travail 16,7 % 47,1 %
Proximité du transport collectif 29,0 % 31,2 %
Proximité de la famille et des
amis
23,3 % 34,3 %
Proximité du centre-ville/noyau
urbain
26,3 % 24,3 %
Proximité des restaurants/lieux
de divertissement
22,8 % 19,8 %
Proximité des écoles ou des
garderies
6,8 % 29,9 %
Comprend une salle d'exercices
ou un centre de
conditionnement physique
7,0 % 7,9 %

Méthodologie

Le sondage a été réalisé en ligne entre le 13 et le 21 septembre 2012 par un panel en ligne de Léger Marketing, LegerWeb, avec un échantillon de 1013 Canadiens nés entre les années 1980 et 1994 (génération Y) et de 1011 Canadiens nés entre les années 1947 et 1966 (boumeurs).  Un échantillon aléatoire de même taille donnerait une marge d'erreur de  ± 3,08%, 19  fois sur 20, pour chaque échantillon respectif.

À propos de Royal LePage

Au service des Canadiens depuis 1913, Royal LePage est le premier fournisseur au pays de services aux maisons de courtage immobilier, grâce à son réseau de plus de 14 000 professionnels de l'immobilier répartis dans 600 bureaux partout au Canada. Royal LePage est la seule entreprise immobilière au Canada à posséder son propre organisme de bienfaisance, la Fondation Un toit pour tous de Royal LePage, qui vient en aide aux centres d'hébergement pour femmes et enfants ainsi qu'aux programmes éducatifs visant à mettre fin à la violence familiale. Royal LePage est une société affiliée de Brookfield Real Estate Services Inc., entreprise inscrite à la Bourse de Toronto sous le symbole « TSX : BRE ».

Pour en savoir davantage, veuillez consulter le site www.royallepage.ca.

SOURCE : Royal LePage Real Estate Services

Renseignements :

Teresa Cugliari
Fleishman-Hillard Canada
Numéro direct : 416 645-8201
teresa.cugliari@fleishman.ca

Tammy Gilmer
Directrice, Communications mondiales et Relations publiques
Services immobiliers Royal LePage
416 510-5783

Profil de l'entreprise

Royal LePage Real Estate Services

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.