Une étude de l'École Polytechnique remet en question l'interdiction du chauffage au bois à Montréal

« Il ne faut pas jeter le bébé avec l'eau du bain »

MONTRÉAL, le 21 oct. 2013 /CNW Telbec/ - Une étude de l'École Polytechnique remet en question le projet de règlement de la Ville de Montréal visant à interdire et condamner tous les appareils de chauffage au bois d'ici 2020. Selon cette étude les conclusions de la ville ne sont « non seulement pas fiables, mais aussi biaisées ». L'Association des professionnels du chauffage (APC) demande aux candidats à la mairie de bien prendre connaissance des faits et de prendre position de façon éclairée sur ce projet de règlement.

En effet, les appareils de chauffage au bois de nouvelle génération vendus au Québec depuis plus de 5 ans sont tous certifiés selon la norme EPA et émettent jusqu'à 90 % moins de particules fines que les vieux appareils. Ils procurent ainsi une énergie propre et renouvelable.

Dans son étude, le professeur de chimie à l'École Polytechnique de Montréal, Monsieur Jamal Chaouki, dénonce le fait que la technologie utilisée dans les nouveaux appareils ne soit pas considérée par les autorités montréalaises. Il questionne également la fiabilité des stations d'échantillonnage de particules fines sur l'Île de Montréal et s'interroge sur le fait que des contributeurs majeurs au smog, comme les poussières de routes pavées, n'aient pas été considérés dans l'analyse.

Le professeur Chaouki recommande plutôt d'interdire seulement les vieux appareils polluants, comme cela se fait dans de nombreux pays, ce qui aurait un effet immédiat sur la qualité de l'air. Selon M. Chaouki, « interdire le chauffage au bois, sans faire la distinction entre les appareils d'ancienne et de nouvelle génération, revient à rejeter les nombreux avantages environnementaux inhérents à l'utilisation du bois et à confondre les piètres performances des poêles. Bref, à jeter le bébé avec l'eau du bain ».

Insatisfaction face à l'interdiction du chauffage au bois
Un sondage CROP révèle que plus des deux tiers des Québécois sont opposés au bannissement des appareils de chauffage au bois de nouvelle génération. À Montréal, des professionnels du chauffage, dont des distributeurs de poêles et foyers et des ramoneurs, rencontrent énormément d'insatisfaction de la part de Montréalais qui souhaitent conserver leur liberté de profiter et de choisir des appareils au bois de nouvelle génération, reconnus pour leur grande efficacité énergétique et leurs faibles émissions de fines particules dans l'air.

À propos de l'APC
Depuis 1983, l'APC représente 250 membres et partenaires de l'industrie du chauffage d'appoint (manufacturiers, distributeurs, détaillants, installateurs, ramoneurs, assureurs, service de prévention incendie, laboratoires, inspecteurs). Son rôle est de promouvoir, servir et protéger les intérêts de l'industrie québécoise du chauffage d'appoint auprès des pouvoirs publics, des membres et du consommateur.

SOURCE : Association des professionnels du chauffage (APC)

Renseignements :

et demandes d'entrevues :

Mathieu Lavallée
TACT Intelligence-conseil
514-947-7628
mlavallee@tactconseil.ca

Profil de l'entreprise

Association des professionnels du chauffage (APC)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.