Une équipe de cardiologues canadiens à l'origine d'un traitement contre le
cancer du sein

EDMONTON, le 26 oct. /CNW/ - Une équipe de cardiologues canadiens, en collaboration avec des oncologues, joue un rôle important dans la lutte contre le cancer du sein, selon les propos du Dr Michael McDonald dans le cadre du Congrès canadien de santé cardiovasculaire, organisé conjointement par la Fondation des maladies du cœur et la Société canadienne de cardiologie.

La question est de savoir comment utiliser un traitement pharmacologique hautement efficace contre le cancer du sein en stade précoce tout en protégeant la santé cardiovasculaire de la patiente. Le médicament en question, l'herceptine, empêche les cellules cancéreuses de survivre. On le prescrit comme adjuvant à d'autres traitements reconnus de chimiothérapie.

Malheureusement, certaines femmes développent de graves complications cardiaques à la suite du traitement à base d'herceptine.

"Ces femmes n'ont pas de problème cardiaque antérieur", dit Dr McDonald, cardiologue.

Dans le pire des cas, des milliers de femmes pourraient se voir refuser ce traitement pouvant sauver leurvie.

Mais une étude menée par le Dr McDonald et ses collègues de la Clinique de fonction cardiaque de l'Hôpital général de Toronto apporte un espoir à ces femmes. Les chercheurs ont découvert que les patientes affectées pouvaient cesser de prendre le médicament et faire traiter leur problème cardiaque pour ensuite reprendre le traitement contre le cancer sans inconvénient.

"Environ 25 % des patientes de cancer du sein seraient candidates au traitement à l'herceptine. De ce nombre, entre quatre et 10 pour cent souffriront d'un problème cardiaque grave pouvant entraîner l'insuffisance cardiaque congestive, ce qui les forcera à cesser le traitement", dit-il.

Ces patientes subissent un déclin de leur fonction cardiaque, appelée aussi fraction d'éjection, qui augmente leurs risques d'insuffisance cardiaque congestive.

L'équipe s'est penchée sur 18 cas consécutifs de patientes atteintes de cancer du sein traitées à l'herceptine dont la fraction d'éjection a chuté d'au moins dix pour cent ou qui affichaient des signes d'insuffisance cardiaque. Après avoir diagnostiqué leurs complications cardiaques, le traitement à l'herceptine a été suspendu chez 13 de ces patientes tandis qu'on amorçait un traitement à l'aide d'inhibiteurs d'ECA ou de bêtabloquants.

"Après trois mois de suivi, les complications cardiaques ont commencé à s'améliorer et presque toutes les patientes ont vu leur fraction d'éjection revenir près de la normale", dit Dr McDonald.

"Notre étude vient démontrer que la toxicité attribuable à l'herceptine est en grande partie réversible, dit-il. Une approche de prise en charge systématique fondée sur des lignes directrices et comprenant la référence à un centre de cardiologie, l'interruption temporaire de l'herceptine au besoin et l'utilisation judicieuse de médicaments contre l'insuffisance cardiaque peuvent entrainer des résultats concluants chez ces patientes."

Mais les bonnes nouvelles ne s'arrêtent pas là.

"Nous avons évalué 14 des 18 patientes qui ont repris le traitement à l'herceptine et elles ont été en mesure de terminer ce dernier", a dit Dr McDonald aux délégués rassemblés.

La question la plus importante demeure : l'herceptine peut-elle causer des dommages irréversibles au cœur? Avec l'apparition de nouveaux médicaments contre le cancer dont l'action est similaire à celle de l'herceptine, il est d'une importance critique de comprendre les effets de ce traitement sur le système cardiovasculaire et la réaction à l'intervention.

"Il faudra que les diverses spécialités travaillent en équipe, mais traiter les problèmes cardiaques reliés à l'herceptine représente un défi que nous sommes en mesure de relever", déclare Dr McDonald.

La porte-parole de la Fondation des maladies du cœur, Dre Beth Abramson, est d'accord. " C'est une bonne nouvelle pour les Canadiennes, dit-elle. Les maladies du cœur et le cancer sont les deux principales causes de décès chez les femmes au pays. On espère que la collaboration continue entre les médecins de ces spécialistes permettra de réduire ces deux graves menaces pour la santé des Canadiennes et ainsi, sauver des vies."

Dre Abramson dit que la prévention des maladies du cœur et du cancer du sein partagent des stratégies comparables, notamment une alimentation saine contenant peu de gras, davantage d'activité physique, l'abandon du tabagisme et le maintien d'un poids sain.

Les déclarations et conclusions des auteurs de cette étude sont uniquement celles des auteurs et ne reflètent pas nécessairement les politiques ou les points de vue de la Fondation ou de la SCC. La Fondation des maladies du cœur du Canada et la Société canadienne de cardiologie ne font aucune représentation ou garantie quant à leur exactitude ou à leur fiabilité.

Organisme bénévole de bienfaisance en santé, la Fondation des maladies du cœur (www.fmcoeur.ca) mène la lutte vers l'élimination des maladies du cœur et des accidents vasculaires cérébraux (AVC), en contribuant activement à l'avancement de la recherche et sa mise en application, la promotion de modes de vie sains, la représentation auprès des instances responsables des politiques de santé.

SOURCE Fondation des maladies du cœur et de l'AVC

Renseignements : Renseignements: ou entrevues, s'adresser à : BUREAU DES MÉDIAS DU CCSC 2009 AU (780) 969-0453 (DU 24 AU 28 OCTOBRE) Après le 29 octobre 2009: Jane-Diane Fraser, Fondation des maladies du coeur du Canada, (613) 569-4361, poste 273, jfraser@hsf.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.