Une économie forte ou des services de sauvetage? Selon l'AFPC, les Canadiens ont besoin des deux

ST. JOHN'S, le 3 févr. 2012 /CNW/ - L'Alliance de la Fonction publique du Canada (AFPC) a tenu une conférence de presse aujourd'hui à St. John's pour lancer une vidéo montrant à quel point il est absurde de mettre des vies en danger pour éliminer le déficit. Étaient présents : Oakley Johnston, un pêcheur rescapé grâce à une opération de recherche et sauvetage, des membres de la coalition MayDay de St. John's et  le délégué syndical des coordonnateurs de recherche et sauvetage.

Il y a deux jours à peine, la Garde côtière canadienne (GCC) avait annoncé que les centres secondaires de sauvetage maritime de St. John's et de Québec fermeront plus tôt que prévu.

La vidéo s'insère dans une campagne menée dans les médias sociaux pour souligner le choix insensé qu'on impose à la population canadienne entre une économie forte et de bons services publics, comme la recherche et le sauvetage.

On voit dans la vidéo un homme accroché aux flancs d'une falaise, appelant au secours. Une intervenante en recherche et sauvetage s'apprête à lui venir en aide lorsqu'apparaît un écureuil géant, qui semble inoffensif, mais se met à tout saccager. L'homme en péril est abandonné à son sort.

« Tout comme Stephen Harper, cet écureuil n'est rien de plus qu'un rat déguisé, affirme Jeannie Baldwin, vice-présidente de l'AFPC dans la région de l'Atlantique. Bien sûr, on peut penser que c'est une bonne idée d'éliminer le déficit, tout comme on peut penser que cet écureuil est mignon jusqu'à ce qu'il se mette à tout détruire. Harper a beau nous raconter ce qu'il voudra, la réduction des services de recherche et de sauvetage met des vies en danger. »

Le gouvernement fédéral aurait l'intention de transférer les services du centre de St. John's à Halifax à compter du 1er avril 2012. Les services du centre de Québec seront transférés en deux étapes : Halifax prendra en charge certains services à compter de l'automne 2012 et les autres services seront transférés à Trenton en Ontario au printemps 2013.

« Le ministère tient à mettre des vies en danger. Pourquoi? Ça me dépasse! Dès que les fermetures ont été annoncées, nous avons réclamé la tenue d'un examen indépendant impartial. »  Ce sont les propos de Christine Collins, présidente de l'Union canadienne des employées des Transports, l'Élément de l'AFPC qui représente les intervenants en recherche et sauvetage.

La coalition MayDay réclame un examen indépendant de la décision du gouvernement fédéral avant la fermeture des centres secondaires de sauvetage maritime de Québec et de St. John's, prévue ce printemps.

« De nombreuses études et enquêtes sur les tragédies maritimes ont déjà révélé que ces centres sont essentiels puisque le personnel possède les connaissances et l'expertise locales qu'il faut pour sauver des vies », ajoute Merv Wiseman, coordonnateur SAR, présent aujourd'hui en tant que délégué syndical de l'UCET (section locale 90915) représentant tous les coordonnateurs de recherche et sauvetage du Centre de sauvetage maritime de St. John's. « C'est encore vrai aujourd'hui. »

« Des dizaines de milliers de Canadiens, notamment des pêcheurs professionnels, des exploitants de traversiers, des voyagistes et des travailleurs de l'industrie pétrolière et gazière gagnent leur vie sur les eaux les plus dangereuses au monde », soutient Lana Payne, présidente de la Fédération du travail de Terre-Neuve-et-Labrador, également coordonnatrice de la coalition MayDay. « Pourquoi le premier ministre Harper met-il leur vie en danger? »

Le centre de sauvetage maritime de St. John's est seul responsable d'un territoire couvrant plus de 900 000 kilomètres carrés d'océan et comprenant un littoral de 28 956 kilomètres. Ce centre répond à plus de 500 appels de détresse tous les ans.

Le 7 juin dernier, près de la baie Placentia, M. Oakley Johnston, pêcheur de homard depuis 59 ans, a été rescapé alors qu'il se trouvait en danger sur une mer agitée, quelques heures seulement avant qu'Ottawa annonce la fermeture des centres. M. Johnston et les pêcheurs professionnels sont convaincus que la décision du gouvernement mettra des vies en danger.

« Je ne serais pas ici aujourd'hui si ce n'était de l'expertise du personnel du Centre de sauvetage maritime de St. John's », confie M. Johnston.

Visitez troisiemechoix.ca pour visionner la vidéo ou rendez-vous sur le site de YouTube http://bit.ly/yCueHP

Bas de vignette de la vidéo : "La vidéo s'insère dans une campagne menée dans les médias sociaux pour souligner le choix insensé qu'on impose à la population canadienne entre une économie forte et de bons services publics, comme la recherche et le sauvetage". Lien URL de la vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=hwy0kcrYnb0

SOURCE AFPC

Renseignements :

Lesley Thompson, AFPC, à St. John's : 902-471-6201
Ariel Troster, AFPC, à Ottawa : 613-292-8363
www.troisiemechoix.ca

Profil de l'entreprise

AFPC

Renseignements sur cet organisme

ALLIANCE DE LA FONCTION PUBLIQUE DU CANADA

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.