Une date historique selon l'Association des dermatologistes du Québec (ADQ)

MONTRÉAL, le 11 févr. 2013 /CNW Telbec/ - « L'entrée en vigueur de la Loi 74 - Loi visant à prévenir les cancers de la peau causés par le bronzage artificiel - constitue la plus grande victoire de santé publique de l'histoire de l'Association des dermatologistes du Québec », selon la présidente de l'association, Dre Dominique Hanna.

À compter du 11 février 2013, la Loi 74 interdira la vente de service de bronzage artificiel aux jeunes de moins de 18 ans. Elle permettra également de mettre sur pied un registre québécois des commerces offrant des services de bronzage artificiel. Finalement, elle restreindra les pratiques publicitaires des salons de bronzage.

Augmentation notable des cas de cancer

Au Québec, le nombre de cancers de la peau ne cesse d'augmenter. On évalue à plus de 30 000 le nombre de nouveaux cas de carcinomes et de mélanomes diagnostiqués chaque année par les dermatologistes.  Plus de 1 000 mélanomes sont opérés annuellement et le cancer de la peau entraîne plus de 120 décès par année.

Le mélanome est le cancer le plus meurtrier et l'un des plus fréquents chez les jeunes femmes âgées de 25 à 30 ans. Une dizaine d'études épidémiologiques démontrent, d'ailleurs, une augmentation du risque relatif de développer un mélanome surtout chez les jeunes femmes qui ont fréquenté les salons de bronzage puisque l'exposition au bronzage artificiel avant l'âge de 35 ans augmente de 85 % le risque de développer un mélanome. « C'est avant l'âge de 18 ans que survient 80 % de toute l'exposition des rayons ultraviolets. Or, le bronzage artificiel, très populaire chez les jeunes filles, est un grand facteur de risque » d'expliquer Dre Hanna.

Au fil des années, la littérature scientifique a démontré que les rayons ultraviolets de type UVB, mais également de type UVA, sont nocifs pour la peau. Les UVB sont fortement carcinogènes, et, les UVA abaissent le système immunitaire et permettent même la réactivation d'infections (herpès, infections à champignons, etc.), sans compter le vieillissement prématuré de la peau causé par les rayons ultraviolets, tant naturels qu'artificiels. Rappelons que le développement d'un cancer peut survenir plusieurs années après les expositions aux rayons.

En 2009, l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) classait les appareils de bronzage dans la catégorie des risques de cancers les plus élevés pour l'humain, au même titre que le tabagisme. « L'entrée en vigueur de la Loi 74 permettra certainement de freiner le développement des cancers de la peau au Québec. Évidemment, une vigilance de tous les instants demeure nécessaire et nous ne rappellerons jamais assez que l'exposition au soleil doit se faire de façon modérée et que chacun doit s'assurer de suivre les consignes pour une protection appropriée », a conclu la présidente de l'association des dermatologistes du Québec.

Un travail de longue haleine

Rappelons qu'en 1988, l'ancien président de l'ADQ, Dr Pierre Ricard, a été le premier à demander une réglementation des salons de bronzage dans une lettre transmise à Mme Thérèse Lavoie-Roux, ministre de la Santé et des Services sociaux dans le gouvernement de Robert Bourassa, qui lui-même, en 1996, a succombé à un cancer de la peau. Par la suite, Dr Joël Claveau, très actif au sein de l'Association, a pris le relais et a travaillé sans relâche avec les différents partenaires afin que cette loi voie enfin le jour.

L'Association des dermatologistes a travaillé de concert avec la Société canadienne du cancer (SCC) et l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), pour mener à bien cet important dossier de santé publique.

L'Association des dermatologistes du Québec regroupe 180 membres qui détiennent une certification en dermatologie délivrée par le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada et qui œuvrent au sein du réseau public de santé. L'Association est membre de la Fédération des médecins spécialistes du Québec.

SOURCE : Association des dermatologistes du Québec

Renseignements :

Hélène Bourgeois
Association des dermatologistes du Québec
Téléphone : (514) 350-5111
www.adq.org

NOTE : La Présidente de l'Association des dermatologistes du Québec, Dre Dominique Hanna, ainsi que le dermatologue responsable de ce dossier, Dr Joël Claveau, sont disponibles pour des entrevues.


Profil de l'entreprise

Association des dermatologistes du Québec

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.