Un variant du gène GFI1 prédisposerait à un certain sous-type de leucémie

MONTRÉAL, le 18 janv. /CNW Telbec/ - Un vaste groupe de recherche international coordonné par le Dr Tarik Möröy, chercheur à l'Institut de recherches cliniques de Montréal (IRCM, une institution affiliée à l'Université de Montréal), a découvert qu'un variant du gène Growth Factor Independence 1 (GFI1) entraînerait chez l'humain une prédisposition à contracter la leucémie aiguë myéloïde (LAM), un certain sous-type de leucémie. L'étude a été coordonnée par le Dr Möröy à l'IRCM en collaboration avec de nombreux groupes d'étude internationaux situés en Allemagne, aux Pays-Bas et aux États-Unis. Cette découverte vient d'être publiée en ligne dans la revue Blood, la publication officielle de l'American Society of Hematology. Le Dr Cyrus Khandanpour, qui est médecin et stagiaire postdoctoral au sein du groupe du Dr Möröy à l'IRCM, est le premier auteur de l'article.

L'étude décrit et valide l'association entre une forme variante du GFI1 (GFI136N) et la LAM dans deux importantes cohortes de patients (comprenant environ 1 600 patients de l'Allemagne et des Pays-Bas) et leurs groupes contrôle respectifs. L'association entre le GFI136N et d'autres marqueurs bien établis dans le domaine de la LAM a été examinée en collaboration avec plusieurs cliniques d'étude à Rotterdam, Nimègue (Pays-Bas), Dresde, Essen, Munich (Allemagne), Columbus et City of Hope (É.-U.). Il en est ressorti que le GFI1136N était un nouveau marqueur indépendant de la prédisposition à la LAM. "Ce projet collaboratif d'envergure a conduit à l'une des plus vastes études d'association qui aient été publiée dans le domaine de la LAM", souligne le Dr Möröy.

Les chercheurs ont réalisé divers examens qui ont démontré que le variant GFI136N se comportait différemment de la forme plus commune de GFI1. "Une explication de la prédisposition à la LAM que ce variant confère serait possiblement qu'il ne peut interagir avec toutes les protéines avec lesquelles GFI1 interagit normalement", précise le Dr Khandanpour. "L'une des explications est une localisation différente de ce variant à l'intérieur de la cellule, mais des fonctions différentes du variant au niveau moléculaire seraient aussi responsables de ce comportement."

Les personnes porteuses de ce variant ont un risque 60 % plus élevé de contracter la LAM. L'étude apporte un regard neuf sur le développement de la LAM et suggère de plus que le GFI136N pourrait être utilisé prochainement en tant que nouveau biomarqueur pour évaluer le pronostic des patients atteints de LAM.

Ces travaux ont été appuyés en partie par une subvention de la SRC - La Société de recherche sur le cancer (Canada) octroyée au Dr Möröy et par la Fondation COLE qui a attribué une bourse postdoctorale au Dr Khandanpour.

Référence bibliographique de cet article :

http://bloodjournal.hematologylibrary.org/papbyrecent.dtl

Blood First Edition Paper, mis en ligne le 15 janvier 2010; DOI 10.1182/blood-2009-08-239822

Le Dr Tarik Möröy est président et directeur scientifique de l'IRCM, professeur titulaire de recherche IRCM et directeur de l'unité de recherche en hématopoïèse et cancer. Il est également chercheur titulaire au département de microbiologie et immunologie et est membre accrédité au programme de biochimie de l'Université de Montréal. Par ailleurs, il est membre associé du département de biochimie et membre de la Division de médecine expérimentale de l'Université McGill. Le Dr Möröy est titulaire de la Chaire de recherche du Canada (niveau 1) en hématopoïèse et différenciation des cellules immunitaires. Le Dr Cyrus Khandanpour est médecin et stagiaire postdoctoral au laboratoire du Dr Möröy et boursier de la Fondation COLE.

Créé en 1967, l'IRCM (www.ircm.qc.ca) regroupe aujourd'hui 36 unités de recherche spécialisées dans des domaines aussi variés que l'immunité et les infections virales, les maladies cardiovasculaires et métaboliques, le cancer, la neurobiologie et le développement, la biologie intégrative des systèmes et la chimie médicinale, et la recherche clinique et la bioéthique. Plus de 450 personnes y travaillent. L'IRCM est une institution autonome, affiliée à l'Université de Montréal et sa clinique est associée au Centre hospitalier de l'Université de Montréal (CHUM). L'Institut entretient une collaboration étroite avec l'Université McGill.

SOURCE Institut de recherches cliniques de Montréal (IRCM)

Renseignements : Renseignements: Tarik Möröy, Ph. D., Directeur de l'unité de recherche en hématopoïèse et cancer et président et directeur scientifique de l'IRCM, http://www.ircm.qc.ca/fr/recherche/statique/unite45.html; Olivier Lagueux, Chargé de communication, (514) 987-5555, olivier.lagueux@ircm.qc.ca; www.ircm.qc.ca

Profil de l'entreprise

Institut de recherches cliniques de Montréal (IRCM)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.