Un sondage démontre que la gestion des médias sociaux gagne vite en importance pour les professionnels en relations publiques au Canada

TORONTO, le 18 août 2014 /CNW/ - La majorité des professionnels canadiens des relations publiques reconnaît que la gestion des médias sociaux de leur organisation est  désormais l'une de leur tâches les plus  importantes. Il s'agit là de l'un des principaux résultats de deux études sur les relations publiques au Canada que publie aujourd'hui la Fondation des communications et des relations publiques. L'organisme a financé ces deux études.

Lien vers le résumé graphique : www.CPRFoundation.ca/infographic0.png?v=1u1k0ciz6txs77

Menée conjointement par la Société canadienne des relations publiques et l'Université Mount Saint Vincent d'Halifax, la CPRS GAP VIII Study (8e étude annuelle sur les pratiques généralement acceptées de la Société canadienne des relations publiques) trace, à l'intention des communicateurs et de leurs employeurs,  un premier portrait national de l'industrie des relations publiques et de ses principaux enjeux.

L'étude dévoile également une différence fondamentale entre les métiers de la communication au Canada et aux États-Unis. La comparaison avec des études comparables réalisées au sud de la frontière montre clairement qu'un grand pourcentage des professionnels canadiens des communications travaille pour l'État et les organismes sans but lucratif, tandis que les données américaines indiquent une plus forte concentration dans les relations publiques d'entreprise.

La seconde étude, Do They Have What it Takes? (Ont-ils ce qu'il leur faut?) menée en collaboration avec l'Université McMaster, révèle que les aptitudes d'écriture demeurent la compétence la plus recherchée en relations publiques et en gestion des communications. Viennent ensuite la stratégie, le leadership et la familiarité avec les technologies de l'information et des communications.

« Ces études montrent combien les pratiques de relations publiques sont  aujourd'hui pertinentes pour les entreprises canadiennes, souligne Bruce MacLellan, ARP, FSCRP, président du consei l de la Fondation. Avec la l'intégration de nouvelles formules de médias et d'édition électronique aux canaux traditionnellement dignes de foi, il existe un besoin plus fort que jamais pour des communications crédibles, authentiques, stimulantes et de grande qualité. Notre fondation s'engage à continuer d'alimenter les professionnels des relations publiques en information pertinente et à montrer le rôle important et croissant des relations publiques et des communications en milieu de travail. »

L'étude CPRS GAP VIII: Canada Report 2014, rédigée par Amy Thurlow, PhD, ARP, de l'Université Mount Saint Vincent à Halifax, est une composante d'une étude internationale plus vaste portant sur les tendances et les pratiques en relations publiques. En plus du Canada, cette étude internationale couvre les États-Unis, le Brésil, l'Afrique du Sud, l'Australie et la Nouvelle-Zélande. Les résultats de cette recherche, coordonnée par l'Université Southern California, seront rendus publics dès le mois de septembre par la Global Alliance for Public Relations and Communications Management (Alliance mondiale pour les relations publiques et la gestion des communications) à Madrid, en Espagne.

L'étude de l'Université McMaster, Do They Have What it Takes?, dirigée par by Terry Flynn, PhD, ARP, FSCRP,  s'est pour sa part consacrée aux perceptions des professionnels débutants et des cadres supérieurs de l'industrie des relations publiques sur la question des compétences, des habiletés et des savoirs que les jeunes professionnels devraient maîtriser pour connaître le succès sur le marché du travail actuel des relations publiques, exigeant et complexe.

GAP VIII - Une référence pour les futures études sur les relations publiques
Complétée en mars 2014, la partie canadienne de cette étude apporte de nouvelles et utiles mesures de référence sur l'état des relations publiques au Canada et propose quatre idées maîtresses :

  1. Les activités de relations publiques et de communications sont utiles selon 75 % des membres de la haute direction interrogés et elles contribuent à la croissance des revenus selon 52 % des dirigeants d'entreprise.
  2. Les professionnels des relations publiques et des communications sont considérés comme les joueurs dominants de l'utilisation stratégique des médias sociaux dans les organisations, loin devant les services du marketing et des ventes, des technologies de l'information, des ressources humaines et des relations avec la clientèle.
  3. Les médias sociaux constituent le principal outil de mesure et d'évaluation utilisé par le service des relations publiques. La majorité des répondants (55,7 %) a toutefois recours à des outils développés à l'interne pour mesurer et évaluer les activités de relations publiques, tandis que 35,2 % ne mesurent pas du tout leurs activités de relations publiques et que 27,9 se fient aux outils normalisés ou propriétaires dont se servent les consultants.
  4. Comme aux États-Unis, 95,9 % des répondants citent les relations avec les médias comme l'activité de base du service des relations publiques et des communications.

Université McMaster - L'étude Do They Have What it Takes?
L'étude de l'Université McMasters, qui s'intéressait aux compétences, aux habiletés et aux savoirs que devraient maîtriser les professionnels débutants pour connaître le succès sur le marché du travail actuel des relations publiques, offre un instantané du milieu de travail en relations publiques à un moment précis. Il apporte un nouvel éclairage sur des tendances connues et souligne l'écart entre les attentes et les résultats. Ses quatre principales conclusions :

  1. Une immense majorité des répondants, soit 95 %, voit positivement l'avenir des relations publiques comme profession au Canada, du point de vue de la croissance comme du développement.
  2. Les professionnels débutants et ceux en début de carrière sont raisonnablement bien formés, dans la mesure où 29 % d'entre eux détiennent un diplôme universitaire de premier cycle en relations publiques et en communications et 22 %, un diplôme d'études supérieures.
  3. Il existe un gouffre entre l'évaluation (élevée) que les jeunes répondants font de leurs connaissances, de leurs compétences et de leurs qualités et celle (plus basse) qu'en font leurs employeurs.
  4. Les aptitudes d'écriture demeurent la compétence la plus recherchée en relations publiques et en gestion des communications, suivies par la stratégie, le leadership et la familiarité avec les technologies de l'information et des communications. Selon les résultats de l'étude, les cadres supérieurs souhaitent de toute évidence engager des candidats passionnés, créatifs, professionnels et enthousiastes capables d'un excellent niveau de rédaction, de pensée critique, de créativité et de confiance en soi. Ils désirent des individus capables de gérer des besoins multiples dans un environnement en constante évolution.

Pour consulter la version intégrale de l'étude GAP,  visitez http://cprs.ca/education/research.aspx ou http://cprfoundation.ca/thepresent.html#anchor-research.   Pour l'étude de l'Université McMaster, visiter http://cprfoundation.ca/thepresent.html#anchor-research.

La Fondation des relations publiques et des communications est une organisation nationale réunissant des entreprises, des universitaires et des leaders de l'industrie des relations publiques qui souhaitent favoriser l'éducation et la recherche en relations publiques. Elle diffuse depuis 1979 de la formation et des renseignements  sur la valeur et l'efficacité des relations publiques au Canada.

La Société canadienne des relations publiques est le seul organisme voué aux relations publiques qui compte des membres partout au Canada. Il définit des normes élevées de conduite professionnelle, de déontologie et de formation dans le domaine des relations publiques et invite à leur respect.

SOURCE : Communications + Public Relations Foundation

Renseignements : Bruce MacLellan, président du conseil, Fondation des relations publiques + des communications, 416 920-9000 ; Karen Dalton, directrice générale, Société canadienne des relations publiques, 416 239-7034 ; Barbara Sheffield, directrice générale, Fondation des relations publiques + des communications, 416 242-6146

Profil de l'entreprise

Communications + Public Relations Foundation

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.