Un rapport d'intervention du Protecteur du citoyen accablant, mais incomplet

AMOS, QC, le 2 sept. 2015 /CNW Telbec/ - Réagissant au dépôt du rapport d'intervention du Protecteur du citoyen, le Conseil central de l'Abitibi-Témiscamingue-Nord-du-Québec de la CSN (CCATNQ) s'en dit préoccupé, comme il l'est depuis plusieurs années d'ailleurs, par la qualité des services rendus, à la suite des réformes mises en place par les ministres qui se sont succédé au fil des ans.

Le CCATNQ tient à préciser que les recommandations émises par les délégués de la Protectrice du citoyen sont orientées vers l'équipe de gestion du CHSLD Harricana d'Amos et elles viennent confirmer la désorganisation des soins et services rendus à la clientèle qui, comme le mentionne le rapport, sont fragilisés par l'adoption de la Loi 10 quant au leadership de gestion.

« La présentation du rapport d'intervention, quant à sa forme, nous laisse perplexes. Quatre jours d'enquête, deux personnes recueillant des informations et des observations auprès de 53 personnes et malgré tout, de nombreuses questions demeurent sans réponse. Pourquoi ne pas avoir pris une cinquième journée afin de compléter le travail ? Une enquête plus poussée aurait permis, quant à nous, d'éviter d'envenimer un climat de morosité de plus en plus présent dans le réseau de la Santé et des services sociaux. Hier, en une heure à peine, nous avons obtenu plusieurs réponses sur de nombreux éléments soulevés dans le rapport. Pourquoi ? Parce qu'on a posé les vraies questions, je suppose », lance le président intérimaire du CCATNQ, Giacomo Bouchard.

De son côté, la vice-présidente régionale de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN), Annick Trottier, considère que plusieurs recommandations transmises pourraient très bien s'appliquer dans une grande majorité d'établissements du réseau de la Santé et des services sociaux. « Le manque d'écoute envers les membres du personnel perdure depuis plusieurs années. L'équipe multidisciplinaire doit, de façon impérative, représenter l'ensemble des membres du personnel, quel que soit leur titre d'emploi, dans la mesure où ils dispensent des soins de proximité à la clientèle. De toute évidence, on consulte le personnel quand cela fait l'affaire des décideurs, mais en ce qui concerne les soins dispensés, on y accorde peu ou pas d'importance. Il y a une différence entre être écouté et être entendu », déclare la vice-présidente régionale.

L'exécutif du Syndicat des travailleuses et travailleurs Les Eskers de l'Abitibi-CSN considère que les effets d'un tel rapport sont dévastateurs auprès des membres qu'il représente. « Certes, les recommandations sont dirigées en très grande partie vers l'équipe de gestion de l'établissement, mais nos membres se sont aussi fait éclabousser par le traitement qu'en ont fait certains médias. Nous avons à gérer une situation de crise causée essentiellement par un rapport incomplet. Qui se questionne sur l'état du personnel ? On dirige des attaques peu voilées envers une personne en particulier, alors que l'administration se compose d'une dizaine de cadres au CHSLD ? Comme syndicat, nous avons interpellé la direction à maintes reprises au fil des ans, entre autres le 15 septembre 2014, pour que des correctifs soient apportés. Résultat : aucun changement significatif n'a été enregistré en un an. Soyez assurés qu'en tant que représentants des membres, nous mettrons les énergies nécessaires pour obtenir des réponses, plutôt que simplement lancer un pavé dans la mare comme l'a fait la protectrice. Nous croyons que la clientèle, tout comme celles et ceux qui dispensent les soins, est en droit de s'attendre au respect qui leur revient », signale la porte-parole du syndicat, Mélissa Michaud.

Nous ne pouvons passer sous silence le communiqué laconique émis par le CISSS qui, d'aucune façon, ne nuance certains propos contenus dans le rapport. Nous citons particulièrement la conclusion émise par M. Boissonneault qui indique : « Sous ma gouverne, nous appliquerons une tolérance zéro sur des situations semblables ». Que veut-il insinuer ? Pourtant, selon le rapport du Protecteur du citoyen, des recommandations faites par la Commissaire aux plaintes en juin 2014 n'auraient pas été suivies par la direction de l'Agence de la Santé de l'époque. Est-ce que ce sera différent cette fois ? La question est pertinente.

 

SOURCE Conseil central Abitibi-Témiscamingue-Nord-du-Québec-CSN

Renseignements : Giacomo Bouchard, Président par intérim du CCATNQ, 819 218-3482; Annick Trottier, Vice-présidente régionale FSSS-CSN, 1-855-207-0338; Mélissa Michaud, Présidente STT CSSS Les Eskers de l'Abitibi-CSN, 819 732-3737

Profil de l'entreprise

Conseil central Abitibi-Témiscamingue-Nord-du-Québec-CSN

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.