Un nouveau sondage démontre que la majorité des Canadiens endurent, mais le rhume est toujours très couteux pour le système de santé

OTTAWA, le 3 févr. 2015 /CNW/ - Selon un nouveau sondage réalisé par Produits de santé consommateurs du Canada (PSC Canada), 77 % des Canadiens qui ont récemment souffert du rhume, de la toux, de maux de tête, d'allergies ou de brûlures d'estomac ont déclaré qu'ils préfèrent soigner eux-mêmes ces affections mineures que de consulter un médecin. Soixante-treize pour cent (73 %) d'entre eux ont eu recours à un médicament sans ordonnance ou à un produit naturel (des produits de santé grand public) pour atténuer leurs symptômes. 

Le sondage suggère que de plus en plus de Canadiens choisissent de s'auto-soigner plutôt que de consulter un médecin lorsqu'ils sont atteints d'une affection mineure. Réalisé par Redfern Research, le sondage comportait plus de 1 200 répondants canadiens et a démontré que près de la moitié (49 %) d'entre eux sont davantage susceptibles de s'auto-soigner qu'il y a six ans, comparativement à 14 % qui ont déclaré être moins susceptibles de s'auto-soigner.

« La mauvaise nouvelle, c'est que près d'un Canadien sur sept (14 %) qui souffre d'une affection mineure a choisi de consulter un médecin lors de son plus récent épisode, et ce, simplement pour être rassuré », explique Karen Proud, présidente de PSC Canada. « Cela indique que nous pouvons en faire plus pour aider les Canadiens qui choisissent de s'auto-soigner. » (Tableau 1)

Tableau 1 : Attentes/résultats relativement aux consultations auprès d'un médecin pour une affection mineure

La dernière fois que vous avez consulté un médecin pour épisode de [AFFECTION], quelles étaient vos attentes à son endroit?

La dernière fois que vous avez consulté un médecin pour épisode de [AFFECTION], qu'est-ce que ce dernier a réellement fait?

Attentes/résultats relativement aux consultations auprès d'un médecin pour une affection mineure

(Trois réponses les plus populaires)

Base non pondérée : 400 personnes ayant consulté un médecin lors de leur plus récente affection mineure.

70 %

71 %

Confirmer que mon affection était réellement ce que je soupçonnais

54 %

55 %

Prescrire un médicament que j'avais déjà utilisé

49 %

47 %

Me rassurer quant au caractère bénin de mon affection

 

« La vaste majorité des Canadiens préfèrent s'auto-soigner lorsqu'ils ont une affection mineure comme une toux, un rhume, un mal de tête, des allergies ou des brûlures d'estomac », explique Mme Proud. « Cette approche fondée sur le bon sens pour traiter les affections bénignes leur confère non seulement plus de contrôle sur leur santé, mais permet au système de soins de santé d'épargner de l'argent. »

Coûts pour le système de soins de santé

PSC Canada estimei que le coût total annuel défrayé par le système de soins de santé pour les consultations médicales par les adultes pour ces quatre affections mineures, sans compter les médicaments, les analyses en laboratoire et les frais de service par les pharmacies, s'élève à 1,5 G$. Ces coûts ne comprennent pas non plus les coûts associés aux soins donnés aux enfants pour les affections mineures.

Il peut être approprié de consulter un médecin pour une affection relativement mineure. « Naturellement, il y a des situations pour lesquelles les Canadiens doivent consulter leur médecin », dit Gerry Harrington, directeur de la politique de PSC Canada. « Cela vaut particulièrement pour les gens qui sont à risque de développer des complications, par exemple les jeunes enfants, les personnes âgées et les personnes qui souffrent de problèmes de santé sous-jacents. Cela dit, des millions de Canadiens n'ont pas accès à un médecin de famille », poursuit M. Harrington.

Des 14 % de Canadiens qui ont consulté un médecin lors de leur dernier épisode d'affection mineure, 16 % l'ont fait malgré que leurs symptômes étaient relativement faibles. Si ces gens, qui représentent un peu plus de 2 % de tous les cas d'affections mineures au Canada à n'importe quel moment, avaient la certitude de pouvoir s'auto-soigner, il serait possible de libérer suffisamment de ressources médicales pour fournir des soins de première ligne à plus de 500 000 Canadiens qui n'ont pas de médecin de famille à l'heure actuelleii.

« Nous savons qu'il est possible de s'auto-soigner efficacement. Lorsque les Canadiens ont accès à des renseignements dignes de confiance et aux bons outils, y compris un accès sécuritaire à des médicaments sans ordonnance et à des produits de santé naturels, ils peuvent avoir un meilleur contrôle sur leur santé, ce qui, nous le savons, contribue favorablement à la durabilité du système de soins de santé », poursuit Mme Proud.

S'il est vrai que le gouvernement actuellement au pouvoir a fait des progrès énormes pour éliminer de nombreux obstacles administratifs, mettre à jour la Loi sur les aliments et drogues et reconnaître l'importance de l'auto-traitement, l'industrie, le gouvernement et les professionnels de la santé peuvent en faire beaucoup plus.

Que peut-on faire pour améliorer l'incidence de l'auto-traitement sur le système de soins de santé canadien?

Pour les Canadiens

  • Prendre des décisions plus éclairées en discutant des possibilités d'auto-traitement avec son médecin ou son pharmacien
  • Chercher des sources crédibles d'information sur Internet, par exemple les portails santé des gouvernements fédéral ou provincial, les sites Web associés à des institutions ou à des ordres professionnels accrédités et d'autres sources d'information fondée sur la recherche
  • Toujours lire et suivre les directives sur les étiquettes de produits de soins de santé destinés au grand public

Pour le gouvernement fédéral

  • Permettre aux médicaments de conserver leur admissibilité au crédit d'impôt pour frais médicaux et leur exemption de TPS lorsqu'ils n'ont plus le statut de médicaments d'ordonnance
  • Continuer d'améliorer le processus pour transférer des médicaments de la liste des médicaments d'ordonnance à la liste de médicaments disponibles sans ordonnance de manière à ce que les Canadiens aient des choix plus sécuritaires et efficaces lorsqu'ils choisissent de s'auto-soigner

Que fait l'industrie des produits de santé grand public pour améliorer l'auto-traitement?

  • Proposer de nouveaux choix en matière d'auto-traitement en continuant de commercialiser des produits de santé grand public qui soient à la fois novateurs, sécuritaires et efficaces, et en mettant au point des outils conviviaux comme des étiquettes amovibles qui présentent des renseignements plus détaillés et plus clairs aux Canadiens qui choisissent l'auto-traitement
  • Recourir à de nouveaux dosages et à de nouvelles techniques de conditionnement pour rendre les produits de soins de santé grand public plus sécuritaires et plus faciles à utiliser

Produits de santé consommateurs Canada
L'organisme Produits de santé consommateurs Canada est une association commerciale qui représente les sociétés fabriquant des médicaments sans ordonnance et des produits de santé naturels élaborés en fonction de données scientifiques. Ce sont des produits que l'on retrouve dans les pharmacies de tous les Canadiens. De l'écran solaire aux vitamines, en passant par les analgésiques et les antihistaminiques, les gens utilisent des produits de santé grand public pour protéger leur santé et soigner des affections mineures. Il s'agit donc d'un élément essentiel de l'auto-traitement qui, à son tour, est essentiel à la bonne santé des Canadiens et à la durabilité de notre système de soins de santé.

Suivez-nous :
www.chpcanada.ca 
Twitter : @chp_canada
Facebook : Produits de santé consommateurs Canada
Mots-dièses : #auto-traitement, #santécan

Recherche réalisée par Produits de santé consommateurs Canada
* Le sondage a été réalisé par Redfern Research du 12 au 18 janvier 2015, auprès d'un échantillonnage de 1 304 Canadiens. Les répondants ont été contrôlés pour identifier ceux qui avaient souffert d'une des quatre affections mineures au cours des deux derniers mois (n = 1 201) et ceux qui avaient consulté un médecin pour l'une de ces quatre affections au cours des deux derniers mois (n = 400).

Bobine B disponible au : http://cnw.ca/YJj3d

__________________________
i Selon la méthodologie utilisée dans Willemsen KR, Harrington G. From Patient to Resource : The Role of Self-Care in Patient-Centered Care of Minor Ailments. SelfCare 2012; 3(3) : 43-55
ii Willemsen KR, Harrington G. From Patient to Resource: The Role of Self-Care in Patient-Centered Care of Minor Ailments. SelfCare 2012; 3(3) : 43-55


SOURCE Consumer Health Products Canada

Bas de vignette de la vidéo : "Video: Rouleau B - UN NOUVEAU SONDAGE DÉMONTRE QUE LA MAJORITÉ DES CANADIENS ENDURENT, MAIS LE RHUME EST TOUJOURS TRÈS COUTEUX POUR LE SYSTÈME DE SANTÉ". Lien URL de la vidéo : http://stream1.newswire.ca/cgi-bin/playback.cgi?file=20150203_C8185_VIDEO_FR_11742.mp4&posterurl=http%3A%2F%2Fphotos.newswire.ca%2Fimages%2F20150203_C8185_VIDEO_FR_11742.jpg&order=1&jdd=20150203&cnum=C8185

Lien URL du PDF : http://stream1.newswire.ca/media/2015/02/03/20150203_C8185_PDF_FR_11743.pdf

Renseignements : Pour une entrevue ou plus d'information : Danielle Côté, Produits de santé consommateurs Canada, Cellulaire : 613 799-9057, Téléphone : 613 723-0777, poste 226, Courriel : danielle.cote@chpcanada.ca ; Susan Smith, Bluesky Strategy Group, Cellulaire : 613 371-0624, Téléphone : 613 241-3512, poste 221, Courriel : susan@blueskystrategygroup.com

Profil de l'entreprise

Consumer Health Products Canada

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.