Un nouveau document vient souligner les répercussions du TDAH sur l'économie canadienne

La semaine de sensibilisation au TDAH a lieu du 14 au 20 octobre et pour l'occasion, le CADDAC demande à tous les Canadiens de faire leur part et de s'informer sur la maladie afin de reconnaître les coûts qui y sont associés

MONTRÉAL, le 15 oct. 2013 /CNW/ - Afin de souligner la semaine de sensibilisation au TDAH, le Centre for ADHD Awareness Canada (CADDAC) dévoile un nouveau document présentant l'importance des répercussions du trouble du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) sur l'économie canadienne. Ce rapport démontre que l'impact du TDAH sur la société canadienne va bien au-delà des conséquences chez les individus qui en sont atteints et leur famille. En effet, le TDAH a des répercussions considérables sur la réalisation du capital humain et social, entraînant l'augmentation des coûts socioéconomiques pour le Canada, ainsi que l'augmentation des coûts dans le milieu de la santé, de l'éducation, du travail, des services sociaux et du système judiciaire. Les résultats compris dans ce document ont été transmis aux représentants législatifs provinciaux et fédéraux du Canada au cours de l'été.

« Ce que nous devons savoir, c'est que la désinformation constante et la stigmatisation sous-jacente associées à tort au TDAH font continuellement augmenter les coûts engendrés par un sous-diagnostic du trouble et un traitement non approprié à la condition réelle du patient », mentionne Heidi Bernhardt, présidente et directrice générale du CADDAC.

Le rapport s'est penché sur certains des coûts reconnus comme étant directement associés au TDAH et indique de quelles façons le gouvernement fédéral et les gouvernements provinciaux seront affectés par ces coûts à long terme.

Le saviez-vous ? :

  • On estime que le Canada perd entre 6 et 11 milliards de dollars chaque année en raison des pertes de productivité de certains employés en milieu de travail.
  • Le « coût canadien du TDAH » est évalué à plus de 7 milliards de dollars, excédant le coût lié aux troubles dépressifs majeurs.
  • Les individus atteints d'un TDAH sont plus susceptibles d'entrer sur le marché de l'emploi en tant que travailleurs non qualifiés ou non spécialisés; d'être victimes de périodes de chômage plus longues; d'être mis à pied; de changer d'emploi plus souvent et de gagner beaucoup moins d'argent au cours de sa vie qu'un individu qui n'en souffre pas.
  • Au Canada, il  y a une corrélation directe entre le TDAH et l'augmentation des coûts de la santé.
  • Les impacts du TDAH sur les services sociaux canadiens continuent d'augmenter.

Mark Stabile, directeur fondateur de l'École de politique publique et de gouvernance de l'Université de Toronto et professeur à l'École de gestion Rotman de cette même université, a commenté ledit document : « Le TDAH affecte réellement un grand nombre d'enfants. Comme le démontre le rapport, les conséquences sur la vie de ceux qui en sont atteints ne sont pas négligeables! Le TDAH nuit à la concentration en classe et donc, joue sur la capacité d'un individu à réussir et, éventuellement, pouvoir mener une vie productive. »

Dre Rosemary Tannock, Ph.D., professeure émérite en éducation spécialisée à l'Université de Toronto et chercheuse en chef au Programme de recherche en neuroscience et en santé mentale à The Hospital for Sick Children, ajoute aux commentaires de Mark Stabile : « L'impact économique de ce trouble neurologique courant et déstabilisant (en parlant du TDAH) est en grande partie attribuable au faible niveau d'éducation de la population qui en est victime. D'autre part, cela se transpose par une diminution de la qualité de vie des patients, une augmentation des problèmes de santé et une diminution des revenus; globalement, on parle donc d'une augmentation des coûts pour notre société. Pour que les jeunes atteints d'un TDAH puissent se réaliser à leur plein potentiel à l'école et par la suite, jouir d'un meilleur avenir, il est essentiel qu'on investisse dès maintenant au sein d'interventions éducatives efficaces, tant au national qu'au provincial. »

Bien que la recherche médicale sur le TDAH continue à faire de grands progrès, le TDAH demeure le plus sous-diagnostiqué des troubles psychiatriques traitables au Canada. D'ailleurs, les résultats d'un récent sondage auprès de la population générale révèlent qu'il y a encore beaucoup trop d'opinions erronées sur ce trouble.

En fait, la plupart des Canadiens ne COMPRENNENT pas le TDAH. Dans ce sondage, on révèle que seulement 12% des répondants associent les symptômes d'hyperactivité/impulsivité d'un enfant à un TDAH. Également, 27% croient que les symptômes sont plutôt liés au manque de discipline des parents envers leurs enfants, 18% suggèrent que ces enfants présentent de tels symptômes en raison d'un manque d'exercice physique alors que 17% croient qu'ils sont juste trop fatigués.

Voici d'autres résultats présentés dans ce sondage:

  • 36% des Canadiens croient FAUSSEMENT que le TDAH disparaît en vieillissant.
  • Malheureusement, SEULEMENT 40% des Canadiens pensent qu'une personne atteinte d'un TDAH peut pleinement s'épanouir à la maison, au travail et à l'école avec le soutien approprié.
  • Pire encore, 20% des Canadiens croient qu'une personne atteinte d'un TDAH devra combattre son trouble tout au long de sa vie. Ces gens pourraient avoir raison, mais heureusement, il existe des traitements.

Ce manque persistant de compréhension face au TDAH perpétue le sous-diagnostic et le sous traitement de ce trouble. En effet, on estime que près de 90% des adultes affectés par le TDAH ne sont pas traités pour leur condition, entrainant ainsi la continuité de la stigmatisation et l'isolement des familles aux prises avec un TDAH.

« En plus de soutenir les familles touchées par le TDAH et de veiller à leurs intérêts, l'objectif de notre organisme est de maintenir le dialogue sur le TDAH avec le grand public et les différents gouvernements, souligne Heidi Bernhardt du CADDAC. Nous pensons que les impacts significatifs de ce trouble ne sont pas pris au sérieux par nos gouvernements. C'est pourquoi, en cette semaine de sensibilisation au TDAH, le CADDAC demande à tous les individus de reconnaître le TDAH afin que les gouvernements emboitent le pas à leur tour. » Pour les Canadiens qui souhaitent être davantage sensibilisés au TDAH, visitez le http://adhdawarenessweek.ca/fr/.

LE CADDAC ET D'AUTRES ORGANISMES CANADIENS QUI APPORTENT LEUR APPUI AU RAPPORT SUR LES CONSÉQUENCES SOCIOÉCONOMIQUES DU TDAH VEULENT QUE DES ACTIONS SOIENT ENTREPRISES POUR QU'UN CHANGEMENT S'OPÈRE!

Nous croyons que lorsque les gouvernements investissent pour l'obtention de diagnostics appropriés et de traitements multimodaux pour combattre le TDAH, des avantages socioéconomiques considérables en découlent.

Pour ces raisons, le CADDAC souhaite que :

  • Partout au Canada, les ministères de la Santé reconnaissent officiellement que le TDAH pose un risque pour le développement et la santé.
  • Les services d'éducation et de formation, les collèges et les universités ainsi que les ministères reconnaissent officiellement que le TDAH pose un risque pour le développement et la formation scolaire.
  • Les ministères de la Justice et les services correctionnels reconnaissent que toutes personnes atteintes d'un TDAH risquent d'avoir des démêlés avec la justice et peuvent devenir des contrevenants récidivistes.
  • Les ministères du Travail et de l'Emploi reconnaissent que le TDAH est un facteur de risque pour le chômage et le sous-emploi.
  • Les ministères des Services sociaux reconnaissent qu'un TDAH non traité peut avoir des conséquences sur leurs coûts.

À propos du trouble du déficit d'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH)

Touchant plus d'un million de Canadiens, le TDAH est le trouble psychiatrique le plus répandu chez les enfants. Il n'atteint pas plus les garçons que les filles1 et affecte autant les enfants que les adultes. Le TDAH qui affecte une personne ne la définit pas. Bien qu'il n'y ait pas de remède pour enrayer ce trouble, la plupart des patients sont en mesure de le gérer grâce à des traitements appropriés qui leur permettent de réussir à l'école, au travail et dans leur vie personnelle et ainsi, mener une vie productive.

À propos du CADDAC

Le CADDAC est un organisme national sans but lucratif. Au Canada, il est chef de file des organismes de soutien en matière d'éducation, de sensibilisation et de défense des droits des personnes atteintes d'un trouble de déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH). Via son site Internet, www.caddac.ca, le CADDAC rend disponible une grande quantité d'information pour les parents, les adultes, les enfants/adolescents, les éducateurs et les professionnels de la santé. Il fournit aussi des renseignements sur ses conférences et activités éducatives à venir.

Pour plus amples renseignements sur la Semaine de sensibilisation au TDAH, visitez le http://adhdawarenessweek.ca/fr/. Pour accéder au rapport récemment rendu public par notre organisme, consultez le www.caddac.ca.

RÉFÉRENCES


1 CADDAC. www.caddac.ca/cms/page.php?67


Bas de vignette : "le TDA/H au Canada (Groupe CNW/Centre for ADHD Awareness Canada (CADDAC))". Lien URL de l'image : http://photos.newswire.ca/images/download/20131015_C9745_PHOTO_FR_32019.jpg

SOURCE : Centre for ADHD Awareness Canada (CADDAC)

Renseignements :

Geneviève Déry
Conseillère en communication
Spectrum Advisors
514 377-1264
genevieve.dery@spectrumadvisors.ca

Heidi Bernhard
Directrice générale
CADDAC
905 471-3524
heidi.bernhardt@caddac.ca

Profil de l'entreprise

Centre for ADHD Awareness Canada (CADDAC)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.