Un maire trouvé coupable d'agression sexuelle contre une employée réintègre son poste, tandis que la victime est laissée pour compte

QUÉBEC, le 25 mai 2016 /CNW Telbec/ - Une employée de la municipalité de Baie-Trinité sur la Côte-Nord vient de retrouver sa voix pour dénoncer une grande injustice qu'elle a subie. En effet, Caroline Lamarre n'a pas pu réintégrer son travail après avoir été victime d'une agression sexuelle commise par son employeur, le maire de la municipalité, Denis Lejeune. Après sa condamnation, le maire a pu poursuivre son mandat. 

« C'est seulement vendredi dernier lorsque le juge la Cour Supérieure a levé l'ordonnance de non-publication sur son propre nom que la victime a pu dénoncer publiquement ce qui est arrivé. Il y a si peu d'employés dans la petite municipalité, que nommer l'injustice aurait été aussi vu comme nommer la victime » a expliqué Steve Bargoné, l'avocat du SCFP qui a plaidé le dossier pour lever l'ordonnance de non-publication.

La situation étant délicate et difficile, c'est par l'entremise de son avocat que Caroline Lamarre a décidé de rendre publique son histoire.

Rappelons que Caroline Lamarre a porté plainte contre son employeur en juin 2013. Denis Lejeune a été trouvé coupable en juillet 2015 et sa sentence a été rendue le 29 janvier 2016. Le maire a écopé de 120 heures de travaux communautaires, une probation de deux ans et il devait faire un don de 4 000 $. Étant donné qu'il n'a pas eu à purger plus de 30 jours de prison, la loi permettait à Lejeune de rester en poste. Ce qu'il a fait.

« Caroline Lamarre aimait son travail. Elle veut retourner travailler. Elle a des enfants à nourrir. Pourquoi se serait à elle de payer ce prix ? » questionne Steve Bargoné.

À la suite de cette sentence, le Regroupement des femmes de la Côte-Nord, en collaboration avec le CALACS de la région Côte-Nord, a lancé une pétition pour dénoncer le fait que le maire demeure en poste. Cette pétition a été déposée à l'Assemblée nationale, ce qui déboucha sur le dépôt du projet de loi 83 qui empêcherait un élu condamné au criminel de siéger.

Comptant plus de 110 000 membres au Québec, le SCFP représente environ 70 % de l'ensemble des employés municipaux au Québec, soit 31 600 membres. Le SCFP est de plus présent dans les secteurs suivants : les affaires sociales, les communications, l'éducation, les universités, l'énergie, les sociétés d'État et organismes publics, les transports aérien et urbain, ainsi que le secteur mixte.

 

SOURCE Syndicat canadien de la fonction publique (FTQ)

Renseignements : Lisa Djevahirdjian, Service des communications SCFP, 514 831-3815; Steve Bargone, SCFP, tel (418) 254-8860


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.