Un grand nombre de Québécois vivent d'un chèque de paie à l'autre et sont
incapables d'économiser pour leur retraite

TORONTO, le 14 sept. /CNW/ - Les résultats d'un sondage national révèlent que de nombreux travailleurs québécois, tout comme ceux des autres provinces, manquent d'argent et qu'ils n'ont pas les moyens d'économiser pour leur retraite.

Selon le Sondage national de la Semaine nationale de la paie de 2009, réalisé auprès des employés par l'Association canadienne de la paie (ACP) et publié aujourd'hui, 34 % des employés québécois déclarent qu'ils auraient de la difficulté à s'acquitter de leurs obligations financières si leur chèque de paie leur était remis même une semaine plus tard.

Malgré ces statistiques frappantes, les Québécois se tirent mieux d'affaire que les employés des autres provinces canadiennes. À l'échelle nationale, 59 % des employés affirment qu'ils éprouveraient des difficultés financières si on leur enlevait un seul chèque de paie.

"Le Québec semble avoir traversé la récession plus facilement que les autres provinces, déclare Richard Rousseau, président sortant du conseil d'administration de l'ACP, mais lorsqu'un tiers de la main-d'œuvre vit au jour le jour, nous avons raison d'être inquiets."

Le sondage a également révélé que 51 % des employés québécois étaient incapables d'économiser plus de 5 % de leur revenu net en vue de leur retraite, soit approximativement le même pourcentage que la moyenne nationale. Les experts financiers recommandent généralement aux gens un taux d'économie pour la retraite d'environ 10 %.

Près d'un quart des travailleurs québécois (26 %) déclarent avoir tenté d'économiser plus d'argent qu'il y a un an à cause de l'incertitude économique, mais qu'ils avaient été incapables de le faire (en comparaison avec 31 % à l'échelle nationale). Un autre 51 % (42 % à l'échelle nationale) dit n'avoir même pas tenté d'économiser des fonds supplémentaires. La plupart des participants au sondage déclarent pourtant qu'ils auront besoin de 750 000 $ à 3 millions de dollars pour s'assurer une retraite confortable.

Le sondage révèle par ailleurs un certain optimisme, 60 % des Québécois croient que l'économie connaîtra une amélioration dans leur ville et un grand nombre s'attend à recevoir une augmentation de salaire modeste au cours de la prochaine année. Quelque 46 % des Québécois s'attendent à obtenir une augmentation de salaire, soit plus que la moyenne nationale de 31 %.

Résultats à l'échelle nationale

Par groupe d'âge, les jeunes travailleurs de l'ensemble du Canada sont les plus mal en point, 45 % des 18 à 34 ans affirmant qu'ils auraient de la difficulté ou beaucoup de difficulté à répondre à leurs obligations financières courantes si leur chèque de paie était retardé, et un autre 21 % déclarant que la situation serait plus ou moins difficile.

Par famille, la situation est plus précaire pour les familles monoparentales dont 72 % disent qu'ils auraient de la difficulté à répondre à leurs obligations si leur chèque de paie était remis plus tard.

La majorité des Canadiens (70 %) affirment que s'ils gagnaient un million de dollars à la loterie, leur priorité serait de payer leurs dettes. Viennent ensuite contribuer le maximum à leur régime de retraite (35 %) et investir (30 %).

L'argent règne toujours en roi et maître auprès des Canadiens en matière de rémunération. Un gros 65 % des répondants déclarent qu'il est plus important pour eux de recevoir un salaire plus élevé de leur employeur, en comparaison à de meilleurs avantages de soins de santé (25 %), et le financement de la formation professionnelle (10 %).

Plus de 2 800 employés de l'ensemble du pays ont participé au sondage qui comportait une marge d'erreur de 2,3 %, 19 fois sur 20.

À propos de l'ACP

Les professionnels de 1,5 million d'organisations dans l'ensemble du Canada sont responsables d'assurer le versement exact et en temps opportun de 730 milliards de dollars en salaires et avantages sociaux, 30 milliards en remises législatives au Ministère du Revenu du Québec, 200 milliards en remises législatives au gouvernement fédéral et 80 milliards en prestations de retraite et de maladie, le tout en se conformant à plus de 22 mesures législatives québécoises et plus de 163 mesures législatives fédérales et autres.

L'Association canadienne de la paie (ACP) a exercé son influence sur les pratiques et les processus associés à la paie auprès de milliers d'employeurs depuis 1978. En tant que source qui fait autorité en matière de connaissance sur la paie canadienne, l'ACP jour un rôle clé en ce qui concerne les processus législatifs et les pratiques de centaines de milliers d'employeurs des grandes, moyennes et petites entreprises, ainsi qu'auprès des fournisseurs de services de paie et de logiciels.

La Semaine nationale de la paie (du 14 au 18 septembre) célèbre les réalisations des professionnels de la paie et de l'ACP en soulignant la dimension et l'envergure du secteur de la paie et son impact sur les employeurs, les employés et les gouvernements d'un bout à l'autre du Canada.

SOURCE Association canadienne de la paie

Renseignements : Renseignements: Rachel Sa, PR POST, (416) 777-0368, rachel@prpost.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.