Un discours du Trône sans correctifs pour l'économie du Québec

QUÉBEC, le 17 oct. 2013 /CNW Telbec/ - Une semaine après avoir fait connaître les attentes du Québec en vue du discours du Trône, le gouvernement du Québec constate que le gouvernement fédéral ne rectifie pas le tir sur les dossiers qui font pourtant consensus contre lui.

Des décisions qui nuisent à l'économie du Québec
Dans le cadre du discours du Trône prononcé hier, le gouvernement fédéral, loin d'avoir répondu aux attentes du Québec, persiste dans sa volonté d'imposer aux Québécois des décisions qui nuisent à leur économie. « On demandait au gouvernement fédéral de corriger le tir, force est de constater qu'avec ce discours, il rate la cible pour le Québec », constate le ministre Alexandre Cloutier.

La formation de la main-d'œuvre, les valeurs mobilières et les fonds de travailleurs sont des dossiers qui témoignent de la spécificité économique du Québec et qui font largement consensus. Or, dans le discours du Trône, le gouvernement conservateur a continué d'ignorer l'appel des Québécois pour qu'il cesse de s'attaquer à ce qui fonctionne bien au Québec.

« Le gouvernement fédéral nage en pleine contradiction. Dans son discours, il dit vouloir respecter les compétences du Québec, mais il continue d'empiéter à pieds joints dans la formation de la main-d'œuvre et dans le domaine des valeurs mobilières. Notre gouvernement va rester debout pour défendre les intérêts économiques des Québécois et va talonner ce gouvernement pour qu'il respecte nos compétences et notre économie », a indiqué le ministre Cloutier.

Lac-Mégantic : aucun engagement concret
En ce qui a trait au resserrement des règles concernant la sécurité du transport des matières dangereuses, Québec s'attend à ce que le gouvernement fédéral agisse rapidement pour répondre concrètement à la résolution adoptée sous le leadership de la première ministre du Québec, Pauline Marois, lors de la dernière Conférence des premiers ministres. D'ailleurs, le Québec avait fait connaître ses attentes spécifiques au gouvernement fédéral lors de la dernière rencontre des ministres des Transports à Winnipeg.

« Le gouvernement fédéral avait grandement négligé sa responsabilité quant au transport des matières dangereuses. Dans ce discours, il n'a donné aucune indication spécifique et ne s'est donné aucun calendrier pour proposer de nouvelles règles. Il n'appartient pas uniquement aux compagnies de transport d'assurer la sécurité de leurs convois. Les Québécois s'attendent à ce qu'Ottawa assume ses responsabilités dès maintenant. C'est la vitalité économique et la sécurité de nos communautés qui en dépend », tient à rappeler le ministre Cloutier.

Le flou persiste au sujet du pont Champlain
Le gouvernement Marois est également insatisfait du silence du gouvernement fédéral concernant la question du péage sur le pont Champlain. « C'est un non-sens d'instaurer un péage sur l'axe de commerce le plus important du Québec. Le gouvernement Harper doit respecter l'avis du Québec, des 82 villes de la Communauté métropolitaine de Montréal et du Bureau des partenaires et doit rapidement indiquer qu'il abandonne l'idée de taxer davantage les gens de la grande région de Montréal », indique le ministre Cloutier.

Assurance-emploi : Ottawa ne règle en rien les problèmes qu'il a créés
Alors que des centaines de citoyens et de groupes de travailleurs et d'employeurs de partout au Québec ont fait état, aux audiences de la Commission nationale d'examen, des effets négatifs de la réforme de l'Assurance-emploi du gouvernement fédéral, le discours du Trône n'a fait aucune mention d'une quelconque volonté de ce dernier de reculer sur la réforme qu'il a unilatéralement mise en œuvre en janvier dernier. « En tournant le dos aux problèmes qu'il a lui-même créés, le gouvernement fédéral s'entête à travailler contre l'économie du Québec », déclare le ministre Cloutier.

Des mauvaises orientations pour la lutte à l'itinérance
Le gouvernement du Québec dénonce la direction que veut donner le gouvernement conservateur aux politiques d'aide à l'itinérance avec l'approche « Logement d'abord » et lui demande plutôt de reconduire la Stratégie des partenariats de lutte contre l'itinérance (SPLI) telle qu'elle était, soit en respectant les orientations québécoises.  « Il y a un consensus fort parmi les groupes communautaires et les intervenants québécois en matière de lutte à l'itinérance sur le fait que le programme actuel fonctionne bien et donne d'excellents résultats. Dans ce domaine, la recette unique n'existe pas et l'approche du gouvernement fédéral, uniquement axée sur le logement, ne correspond pas aux besoins du Québec », a tenu à rappeler le ministre Cloutier.

Le gouvernement du Québec restera à l'affut pour avoir sa juste part

Aide au logement au Nunavik
Le gouvernement tient aussi à rappeler au fédéral les problèmes inquiétants que vivent les autochtones et les Inuits du Nord-du-Québec.  « Nous voulons l'assurance que les indications données au sujet de l'aide au logement dans le nord du Canada seront équitables envers le Québec et que nos communautés nordiques recevront leur juste part », indique Alexandre Cloutier qui est également ministre responsable du Nord-du-Québec.

Contrats des Chantiers maritimes
Dans le cadre de l'ouverture annoncée des contrats de construction des navires de la Garde côtière, le gouvernement du Québec restera vigilant pour s'assurer que le Chantier Davie obtiendra sa juste part de contrats fédéraux. « Le Québec a été totalement ignoré lors de l'octroi de 33 milliards de dollars de contrats pour la construction des derniers navires militaires. Il est hors de question que cela se reproduise pour la construction des bateaux civils », a dit le ministre Cloutier.

Le retour du déséquilibre fiscal
« En annonçant qu'il va renouer avec les surplus budgétaires après 2015 tout en maintenant son intention de réduire les Transferts en Santé de près de 8,6 milliards au cours de dix prochaines années, le gouvernement Harper accentuera le déséquilibre fiscal.  Encore une fois, Ottawa va couper ses transferts pour faire des surplus sur le dos des Québécois », s'indigne le ministre Alexandre Cloutier.

Les Québécois tireront les conclusions qui s'imposent
« Ce que ce discours du Trône nous démontre, c'est que le gouvernement fédéral prend des décisions qui affaiblissent la structure économique du Québec. Si les Québécois ne veulent plus être en réaction face aux décisions économiques du gouvernement fédéral, ils devront prendre conscience que c'est seulement par la souveraineté du Québec qu'ils pourront être maîtres de leurs décisions », a conclu le ministre délégué à la Gouvernance souverainiste, Alexandre Cloutier.

Source :

Jean Briand
Attaché de presse
Cabinet du ministre délégué aux
Affaires intergouvernementales canadiennes, à la Francophonie canadienne
et à la Gouvernance souverainiste
Téléphone : 418 321-0992

SOURCE : Cabinet du ministre délégué aux Affaires intergouvernementales canadiennes et à la Gouvernance souverainiste

Renseignements :

Jean Briand
Attaché de presse
Cabinet du ministre délégué aux
Affaires intergouvernementales canadiennes, à la Francophonie canadienne
et à la Gouvernance souverainiste
Téléphone : 418 321-0992

Profil de l'entreprise

Cabinet du ministre délégué aux Affaires intergouvernementales canadiennes et à la Gouvernance souverainiste

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.