Tribune des leaders du secteur minier au Québec : inquiétude, instabilité et incertitude freinent le marché et menacent le développement des prochaines années

MONTRÉAL, le 13 mars 2013 /CNW Telbec/ - Plus de 200 représentants de l'industrie minière étaient réunis aujourd'hui à la première Tribune des leaders du secteur minier du Québec, organisée par la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) et les firmes KPMG SECOR et Fasken Martineau, pour discuter de la situation d'investissement et des enjeux d'avenir pour ce moteur de développement économique du Québec.

« Inquiétude, instabilité et incertitude : voilà ce que l'industrie minière, mobilisée ici aujourd'hui, nous dit depuis des mois et ce qui nous a amenés à organiser cette journée d'échanges », déclare François-William Simard, directeur Stratégie et affaires économiques à la FCCQ. « Un mythe circule depuis trop longtemps : celui que les minières ne paient pas leur juste part. Or, les chiffres parlent clairement et les redevances ne sont que la pointe de l'iceberg d'une fourchette de taxes, impôts, obligations fiscales et compensations que les minières doivent acquitter pour développer leurs projets ».

Pour illustrer une partie de cet apport à la santé économique du Québec, l'Association minière du Québec, qui a compilé les données 2008-2012 de l'industrie, évalue la contribution fiscale annuelle des entreprises minières à 932 M$ par année.

« Les retombées dont l'industrie minière est responsable, autant localement qu'au niveau national, sont malheureusement trop peu mentionnées sur la place publique. Plus souvent, domine un discours dénigrant et faussé qui ne tient compte des 40 000 emplois hautement rémunérés qui dépendent de ce secteur, ainsi que des nombreux fournisseurs qui travaillent avec l'industrie, ni des bénéfices directs et indirects pour les municipalités concernées », affirme M. Bryan Coates, Vice-président aux finances et chef de la direction financière chez Osisko et président du comité Mines de la FCCQ.

À la suite de cette journée de conférences et panels, la FCCQ retient trois principaux constats :

  1. Les changements que le gouvernement souhaite apporter au régime de redevances, notamment en instaurant un régime hybride, auront un impact sur l'entièreté du marché minier, mais en particulier sur les sociétés juniors qui entament leurs projets de développement et n'ont pas encore les moyens d'absorber les coûts de cette nouvelle imposition. Ces jeunes industries risquent grandement de fermer leurs portes si ces nouvelles réglementations sont adoptées par le gouvernement.
  2. Le régime de redevance a été modifié il y a seulement trois ans, et l'imprévisibilité et l'incertitude produites par cette remise en discussion ultérieure suscite une grande inquiétude auprès des investisseurs. L'instabilité dans le marché minier risque d'affecter grandement notre production qui ne représente déjà que 1% de toute la production minière mondiale. Nous risquons d'assister à un exode des investisseurs qui ont commencé à déserter le Québec depuis déjà six mois et à investir sur d'autres marchés, où les conditions d'investissement sont davantage prévisibles et stables.
  3. De milliers d'emplois qui sont soutenus par le développement de cette industrie, sont actuellement menacés. Nous avons déjà pu assister à différents exemples appuyant cette crainte au cours des dernières semaines.

La FCCQ a par ailleurs été particulièrement étonnée par le livre blanc déposé par le gouvernement du Québec en vue de son Forum sur les redevances minières, qui aura lieu dans deux jours. « Étonnés par le fait que, à la suite d'une analyse très juste et pointue du marché minier au Québec, les recommandations présentées à la fin de ce document sont paradoxales et déconnectés face aux constats qui précèdent » affirme M.  Simard.

En conclusion, la FCCQ fera valoir au gouvernement, lors du Forum sur les redevances minières du 15 mars, que celui-ci doit revenir sur ses propositions et garder le statu quo sur le régime de redevances minières. Tout en assurant un rendement aux Québécois, tout changement ultérieur des conditions d'investissement pourraient avoir des effets très néfastes sur la compétitivité de notre secteur minier.

À propos de la FCCQ
Grâce à son vaste réseau de plus de 150 chambres de commerce et 1200 entreprises du Québec, la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) représente plus de 60 000 entreprises et 150 000 gens d'affaires exerçant leurs activités dans tous les secteurs de l'économie et sur l'ensemble du territoire québécois.

Plus important réseau de gens d'affaires et d'entreprises au Québec, la FCCQ est l'ardent défenseur des intérêts de ses membres au chapitre des politiques publiques, favorisant ainsi un environnement d'affaires innovant et concurrentiel.

SOURCE : Fédération des chambres de commerce du Québec

Renseignements :

Camilla Sironi
Conseillère aux communications
Fédération des chambres de commerce du Québec
Tél. : 514 844-9571 p. 3227
Cell : 514 647-4745
camilla.sironi@fccq.ca

Profil de l'entreprise

Fédération des chambres de commerce du Québec

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.