Temps de réponse à Urgences-santé - Des idées, mais pas de moyens supplémentaires

MONTRÉAL, le 12 juill. 2015 /CNW Telbec/ - À la suite d'une rencontre avec le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) et après qu'une entente soit intervenue entre l'employeur Urgences-Santé et le Syndicat du préhospitalier, dans le cadre d'un arbitrage de grief patronal, celui-ci annonce la fin de son moyen de pression entamé il y a un peu plus d'un an. Rappelons qu'afin de souligner les problèmes de pénurie de ressources ambulancières, le syndicat avait appelé ses membres à ne plus facturer les usagers si le temps écoulé entre les appels les plus urgents et l'arrivée de l'ambulance excédait 15 minutes.

Un problème enfin reconnu
L'entente intervenue le jeudi 9 juillet prévoit la cessation du moyen de pression, sans admission de la part du syndicat, parce qu'enfin le problème est reconnu par le Ministère et l'employeur. D'ailleurs, les parties ont tenu une rencontre le mardi 7 juillet afin de poursuivre les discussions visant à réduire le temps de réponse et à améliorer l'offre de service. Lors de cette rencontre, le MSSS s'est dit satisfait du rapport final sur l'organisation du travail, résultat d'un consensus entre le syndicat et Urgences-santé. Ainsi, les recommandations, qui visent notamment l'amélioration de l'offre de service, pourront être mises de l'avant sans contestation.

« Après avoir eu l'impression de prêcher dans le désert, on sent maintenant que le problème est admis et que les différents intervenants ont la volonté de se mettre en mode solution », fait remarquer Réjean Leclerc, président du syndicat, pour qui le problème n'est pas pour autant réglé.

Des pistes de solutions intéressantes, mais insuffisantes
Lors de la rencontre avec le MSSS et Urgences-santé, plusieurs pistes de solutions ont été envisagées, notamment en ce qui a trait au temps d'intervention intrahospitalier. « Ce qu'il faut comprendre, c'est qu'une portion importante du temps de réponse dépend des centres hospitaliers sur lesquels nous n'avons pas de prise. Le Ministère semble avoir compris que pour libérer rapidement une ambulance, il doit convenir de mesures applicables aux centres hospitaliers afin de réduire les délais de prise en charge du patient », explique Réjean Leclerc. Le MSSS évalue également la possibilité qu'Urgences-santé développe le transport alternatif, entre autres pour le transport interétablissement, et ce, en utilisant l'expertise de paramédics en fin de carrière. Le syndicat a également appris que la direction médicale du secteur préhospitalier révisait la priorisation des appels. 

Cela dit, le syndicat est déçu de constater que ces solutions devront se faire dans les limites des budgets déjà alloués. « On reconnaît le problème, on semble développer des idées et puis on nous dit carrément qu'en période d'austérité, cela devra se faire sans argent frais », déplore Réjean Leclerc. Même réaction du côté de la FSSS-CSN. Le vice-président, Dany Lacasse, insiste sur le fait « que malgré les bonnes intentions, il faudra tôt ou tard investir et cela devra se faire sur l'ensemble du réseau. On ne peut pas couper d'un côté en pensant que cela n'aura pas d'effet sur l'ensemble du système. Il faut davantage de ressources humaines et matérielles et pas seulement pour le préhospitalier ».

Pour sa part, le représentant du secteur préhospitalier à la FSSS-CSN, Jean Gagnon, entend suivre la situation de près : « Bien que le problème semble admis du côté du MSSS, les paramédics de Montréal-Laval ne pourront pas tenir le rythme qu'ils ont connu ces dernières années. » Ce sur quoi Réjean Leclerc renchérit : « Ce n'est pas un enjeu exclusivement syndical, c'est une question de santé publique, tout le monde a intérêt à ce que ce problème soit durablement réglé. »

À propos du syndicat
Le Syndicat du préhospitalier représente les 950 paramédics à l'emploi de la Corporation d'Urgences-Santé. Il est affilié à la FSSS-CSN qui compte près de 130 000 syndiqués-es œuvrant dans les secteurs public et privé. Pour sa part, la CSN regroupe plus de 325 000 membres présents dans la plupart des secteurs d'activité.

 

SOURCE CSN

Renseignements : Jonathan Aspireault-Massé, Service des communications de la CSN, Cellulaire : 514 378-1753, Bureau : 514 598-2159, Jonathan.aspireault-masse@csn.qc.ca

RELATED LINKS
www.csn.qc.ca

FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.