Sondage trimestriel ASDEQ-Léger marketing: Les mesures du budget du Québec
2010-2011 sont bien accueillies

MONTRÉAL, le 15 juill. /CNW Telbec/ - L'économie québécoise continuera sur sa lancée, selon la vaste majorité des économistes consultés lors du récent sondage trimestriel mené par Léger Marketing auprès des membres de l'Association des économistes québécois (ASDEQ). En effet, 60% des économistes interrogés estiment que la situation économique du Québec se maintiendra au cours des six prochains mois, et 32% d'entre eux croient même à une amélioration durant cette période, alors que seulement 7% pensent qu'elle va se détériorer.

Le point de vue relativement optimiste des spécialistes de l'économie observé depuis l'automne 2009 faiblit quelque peu malgré tout, puisqu'en mars dernier, 45% des économistes sondés estimaient que la situation économique s'améliorerait au Québec. Cette proportion a donc chuté de 13 points au cours des derniers mois. Toutefois, une plus large part des économistes consultés est confiante que la situation économique se maintiendra au cours des six prochains mois, passant de 51% en mars 2010 à 60% en juillet 2010.

Le plan visant à rétablir l'équilibre budgétaire du gouvernement du Québec est bien accueilli

Les principales mesures adoptées lors du budget provincial 2010-2011 ont été soumises à l'appréciation des économistes dans le cadre de ce sondage. Or, les membres appuient en très grande majorité la presque totalité d'entre elles, notamment l'accentuation de la lutte à l'évasion fiscale (taux d'accord de 97%), l'indexation des tarifs gouvernementaux (93%), l'augmentation progressive des tarifs d'électricité de 1 cent/kWh entre 2014 et 2018 (88%), la réduction de la croissance des dépenses de 3,2% à 2,8% jusqu'au retour de l'équilibre budgétaire (88%), et la hausse des frais de scolarité universitaire à compter de l'automne 2012 (87%). Même l'augmentation de la TVQ d'un point de pourcentage additionnel le 1er janvier 2012 (79%) et l'augmentation de la taxe compensatoire des institutions financières (73%) reçoivent aussi l'assentiment de la majorité des économistes sondés.

La contribution générale pour la santé de 25 $ en 2010, atteignant 200 $ en 2012 s'avère la seule mesure du budget 2010-2011 pour laquelle les opinions sont partagées: 54% appuient cette mesure, alors que 46% y sont opposés.

En somme, ces résultats sont cohérents avec l'appui donné par les économistes, dans le sondage précédent, aux mesures proposées par le Comité des politiques publiques de l'ASDEQ dans un avis intitulé "Un virage s'impose dans les finances publiques du Québec".

Les difficultés de la zone euro : des répercussions anticipées pour l'Amérique du Nord

Plus de la moitié des économistes interrogés (55%) estiment que la création d'un fonds d'urgence de 750 milliards d'euros pour contrer les pressions spéculatives sur l'euro liées au fort taux d'endettement de plusieurs pays de la zone comme la Grèce, l'Espagne, le Portugal, l'Italie et l'Irlande, ainsi que l'adoption de politiques d'austérité, vont freiner la chute de la devise. La majorité des économistes sondés sont optimistes quant à l'évolution de l'euro à court terme. En effet, le retrait de certains pays membres de la zone euro au cours des prochains mois apparaît improbable pour 78% d'entre eux, tout comme 92% excluent l'abandon de l'euro comme monnaie unique dans cette zone à brève échéance.

Cependant, les opinions sont divisées sur la capacité des gouvernements en difficultés financières à maintenir leurs engagements de réduction des déficits budgétaires malgré les pressions sociales : 47% estiment que ces gouvernements ne pourront tenir leurs engagements, alors que 37% pensent qu'ils atteindront leurs objectifs. De plus, 44% estiment que les mesures d'austérité adoptées par les pays européens auront pour effet de replonger l'Europe dans la récession, tandis que 38% ne partagent pas cet avis.

Finalement, pour une majorité des économistes consultés (57%), ces mesures d'austérité budgétaires adoptées par plusieurs pays de la zone euro auront des répercussions négatives sur la situation économique nord-américaine, bien qu'un tiers d'entre eux (34%) soient d'avis contraire.

La faiblesse de la productivité au Québec est préoccupante

La vaste majorité des économistes interrogés (87%) dans ce sondage est préoccupée par la faiblesse de la productivité au Québec : 36% affirment être très préoccupés et 51% se disent assez préoccupés. Seulement 12% se considèrent peu ou pas du tout préoccupés par cette question.

Les solutions à apporter au problème de la productivité au Québec apparaissent multiples aux yeux des économistes interrogés. En effet, aucune des mesures soumises à leur choix n'obtient un appui massif. Les mesures jugées les plus efficaces par un plus grand nombre sont l'accroissement de l'innovation (17%), l'augmentation des investissements en éducation (17%), l'accroissement des investissements en machinerie et en outillage (16%) et la lutte contre le décrochage scolaire (14%).

La création de l'Autorité canadienne de réglementation des valeurs mobilières est perçue comme un recul important du secteur financier de certaines provinces, dont celui du Québec

Plus de la moitié des économistes consultés (54%) estiment que la proposition de Loi sur les valeurs mobilières du gouvernement fédéral créant l'Autorité canadienne de réglementation des valeurs mobilières, déposée par le ministre Flaherty le 26 mai dernier, implique à long terme un recul important du secteur financier du Québec et de celui de certaines provinces canadiennes. Seulement 23% ne partagent pas cet avis, alors que 23% disent ne pas être en mesure de répondre à cette question. Par ailleurs, les économistes interrogés estiment dans une proportion de 47 % que la création de l'Autorité canadienne de réglementation des valeurs mobilières ne représente pas un gain important pour le secteur financier canadien. Un peu plus du quart (26%) ont une opinion contraire et 27% ont indiqué ne pas savoir quel impact résulterait de cette initiative du gouvernement fédéral sur le secteur financier canadien.

Il est à noter toutefois qu'une majorité des économistes interrogés dans ce sondage (59%) pensent qu'à l'instar de ce qui est observé dans plusieurs domaines au cours des dernières années, le phénomène de mondialisation accrue entraînera un mouvement graduel de centralisation, à l'échelle nationale comme internationale, des organismes de surveillance et de réglementation des marchés financiers.

Méthodologie

Le sondage a été réalisé par Internet, du 23 juin au 8 juillet 2010, auprès des économistes membres de l'Association des économistes québécois (ASDEQ). Dans l'ensemble, 233 des 831 membres inscrits à l'Association ont répondu au sondage, ce qui confère aux résultats de l'étude une précision de +/- 5%, et ce, 19 fois sur 20.

Ce sondage s'inscrit dans une série de sondages que l'ASDEQ et Léger Marketing réalisent chaque trimestre afin de présenter le point de vue des économistes québécois sur la situation économique du Québec ainsi que sur différentes questions liées à l'actualité économique.

L'ASDEQ

L'ASDEQ, fondée en 1975, est la principale association professionnelle indépendante regroupant les économistes québécois, résidant au Québec ou ailleurs. L'ASDEQ vise à assurer la promotion professionnelle de ses quelque 831 membres et à favoriser le développement et la diffusion des connaissances économiques. L'ASDEQ est une association active et ouverte dont plusieurs de ses membres sont consultés par nos décideurs publics et occupent des responsabilités importantes au sein de grandes organisations publiques et privées.

Résultats détaillés du sondage

L'ASDEQ comprend 831 membres qui ont été contactés par courrier électronique et dont 233 (28%) ont répondu au sondage.

    
    Tableau 1 - Évolution de la situation économique du Québec à court terme

     Question : À votre avis, au cours des six prochains mois, la situation
                       économique du Québec va-t-elle :

    -------------------------------------------------------------------------
                     Juillet 2010  MARS 2010  OCT. 2009  MAI 2009  FÉV. 2009
                             %          %          %          %          %
                        (n égale   (n égale   (n égale   (n égale   (n égale
                           233)       205)        213)      228)       156)
    -------------------------------------------------------------------------
    Se détériorer            7%         3%         7%        27%        82%
    -------------------------------------------------------------------------
    Se maintenir            60%        51%        50%        47%        17%
    -------------------------------------------------------------------------
    S'améliorer             32%        45%        42%        24%         1%
    -------------------------------------------------------------------------
    Sans opinion             1%         1%         1%         2%         0%
    -------------------------------------------------------------------------


           Tableau 2 - Les difficultés financières de la zone euro

    Question : L'euro est soumis à de fortes pressions spéculatives qui sont
     liées au haut taux d'endettement des pays qui font partie de la zone
     euro, dont la Grèce, l'Espagne, le Portugal, l'Italie et l'Irlande.
     Face à ce mouvement spéculatif, un fonds d'urgence de 750 milliards
       d'euros a été créé (440 milliards d'euros venant des pays de la
          zone et le reste du FMI) et plusieurs pays ont adopté des
            politiques budgétaires fort restrictives pour réduire
                       substantiellement leur déficit.
                                (n égale 233)

    -------------------------------------------------------------------------
                                              OUI          NON    NE SAIT PAS
    -------------------------------------------------------------------------
    Pensez-vous que la création du fonds
    d'urgence et les politiques budgétaires
    restrictives vont freiner la chute
    de l'euro ?                               55%          32%          13%
    -------------------------------------------------------------------------
    Prévoyez-vous le retrait de certains
    pays membres de la zone euro au cours
    des prochains mois ?                      16%          78%           6%
    -------------------------------------------------------------------------
    Prévoyez-vous l'abandon de l'euro
    comme monnaie unique de la zone au
    cours des prochains mois ?                 3%          92%           5%
    -------------------------------------------------------------------------
    Croyez-vous que les pays ayant adopté
    des plans de réduction du déficit
    budgétaire pourront tenir leurs
    engagements malgré les pressions
    sociales qui s'exercent ?                 37%          47%          16%
    -------------------------------------------------------------------------
    Est-ce que les mesures d'austérité
    adoptées par les pays européens
    auront pour effet de replonger
    l'Europe dans la récession ?              38%          44%          18%
    -------------------------------------------------------------------------
    Est-ce que les mesures d'austérité
    adoptées par les pays européens
    auront des répercussions négatives
    sur la situation économique de
    l'Amérique du Nord ?                      57%          34%           9%
    -------------------------------------------------------------------------


          Tableau 3 - Le budget 2010-2011 du gouvernement du Québec

    Question : Dans son budget 2010-2011, le gouvernement du Québec a annoncé
      un plan visant à renouer avec l'équilibre budgétaire en 2013-2014
                     et à commencer à réduire la dette.

    Êtes-vous en accord avec les mesures adoptées qui seront mises en
                     application à court et moyen terme :
                                (n égale 233)

    -------------------------------------------------------------------------
                  TOTAL   Totalement  Plutôt    TOTAL     Plutôt   Totalement
                    EN        en        en       EN         en         en
                  ACCORD    accord    accord  DÉSACCORD  désaccord  désaccord
    -------------------------------------------------------------------------
    Accentuation
    de la lutte
    contre
    l'évasion
    fiscale.        97%       72%       25%       3%         1%          2%
    -------------------------------------------------------------------------
    Indexation
    des tarifs
    gouverne-
    mentaux.        93%       55%       38%       6%         6%          0%
    -------------------------------------------------------------------------
    Augmentation
    progressive
    du prix de
    l'électricité
    jusqu'à
    un cent par
    kilowattheure
    entre 2014
    et 2018.        88%       62%       26%      11%         6%          5%
    -------------------------------------------------------------------------
    Réduction de
    la croissance
    des dépenses
    de 3,2% à
    2,8% à compter
    de 2011-2012
    jusqu'au retour
    à l'équilibre.  88%       50%       38%      10%         7%          3%
    -------------------------------------------------------------------------
    Hausse des
    frais de
    scolarité
    universitaire
    à compter de
    l'automne
    2012.           87%       60%       27%      13%        11%          2%
    -------------------------------------------------------------------------
    Augmentation
    de la TVQ
    d'un point de
    pourcentage
    additionnel
    le 1er janvier
    2012 (en sus de
    l'augmentation
    prévue le 1er
    janvier 2011).  79%       40%       39%      21%        15%          6%
    -------------------------------------------------------------------------
    Augmentation
    de la taxe
    compensatoire
    des institutions
    financières.    73%       37%       36%      15%        12%          3%
    -------------------------------------------------------------------------
    Contribution
    générale pour
    la santé de
    25 $ en 2010
    atteignant
    200 $ en 2012.  54%       24%       30%      46%        21%         25%
    -------------------------------------------------------------------------
    Note : les % restant correspondent au taux de "sans opinion".


                    Tableau 4 - La productivité au Québec

    Question : La faiblesse de la productivité au Québec constitue-t-elle
                 une de vos préoccupations ? Êtes-vous... ?
                                (n égale 233)

    -------------------------------------------------------------------------
                                                                         %
    -------------------------------------------------------------------------
    Très préoccupé(e)                                                   36%
    -------------------------------------------------------------------------
    Assez préoccupé(e)                                                  51%
    -------------------------------------------------------------------------
    Peu préoccupé(e)                                                    10%
    -------------------------------------------------------------------------
    Pas du tout préoccupé(e)                                             2%
    -------------------------------------------------------------------------
    Sans opinion                                                         1%
    -------------------------------------------------------------------------


    Tableau 5 - Opinions quant aux mesures qui contribueraient à améliorer
                          la productivité au Québec

     Question : Quelle mesure, parmi les suivantes, contribuerait LE PLUS à
               améliorer la productivité au Québec selon vous ?
            Et quelle serait la SECONDE mesure la plus efficace ?
                                (n égale 233)

    -------------------------------------------------------------------------
                                                       1re mesure   2e mesure
    -------------------------------------------------------------------------
    Accroître l'innovation                                 17%          22%
    -------------------------------------------------------------------------
    Investir davantage en éducation                        17%          15%
    -------------------------------------------------------------------------
    Accroître les investissements en machinerie
    et outillage                                           16%           9%
    -------------------------------------------------------------------------
    Enrayer le décrochage scolaire                         14%          12%
    -------------------------------------------------------------------------
    Améliorer l'organisation du travail                    12%          16%
    -------------------------------------------------------------------------
    Intervenir davantage auprès des enfants en bas
    âge, spécialement dans les milieux défavorisés         10%           9%
    -------------------------------------------------------------------------
    Stimuler l'entrepreneuriat                              8%           9%
    -------------------------------------------------------------------------
    Augmenter les investissements en technologies
    de l'information                                        6%           8%
    -------------------------------------------------------------------------


                       Tableau 6 - Marchés financiers

     Question : À l'instar de ce qui est observé dans plusieurs domaines au
         cours des dernières années, croyez-vous que le phénomène de
     mondialisation accrue entraînera un mouvement graduel de centralisation,
        à l'échelle nationale comme internationale, des organismes de
         surveillance et de réglementation des marchés financiers ?
                                (n égale 233)

    -------------------------------------------------------------------------
                                                                         %
    -------------------------------------------------------------------------
    Oui                                                                 59%
    -------------------------------------------------------------------------
    Non                                                                 22%
    -------------------------------------------------------------------------
    Sans opinion                                                        19%
    -------------------------------------------------------------------------


     Tableau 7 - Implications à long terme de la création de l'Autorité
             canadienne de réglementation des valeurs mobilières

       Question : Pensez-vous que la proposition de Loi sur les valeurs
       mobilières du gouvernement fédéral créant l'Autorité canadienne
      de réglementation des valeurs mobilières, déposée par le ministre
             Flaherty le 26 mai dernier, implique à long terme :
                                (n égale 233)

    -------------------------------------------------------------------------
                                              Oui          Non    Ne sait pas
    -------------------------------------------------------------------------
    Un gain important pour le secteur
    financier canadien.                       26%          47%          27%
    -------------------------------------------------------------------------
    Un recul important du secteur
    financier de certaines provinces,
    dont celui du Québec.                     54%          23%          23%
    -------------------------------------------------------------------------
    

SOURCE Association des économistes québécois (ASDEQ)

Renseignements : Renseignements: ASDEQ: Jean-Michel Cousineau, président du Comité des politiques publiques de l'ASDEQ, (514) 731-0356, jean.michel.cousineau@umontreal.ca; Léger Marketing: Sandrine Lépinay, Vice-présidente adjointe, (514) 982-2464, slepinay@legermarketing.com


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.