Sondage TD : Les bébé-boumeurs s'exposent à une situation financière difficile pour pouvoir subvenir aux besoins des enfants boomerang

En partenariat avec l'expert en relations familiales Gary Direnfeld, TD Canada Trust propose des conseils sur la façon d'aimer avec autorité en matière de finances.

MONTRÉAL, le 7 mai 2013 /CNW/ - Un bon nombre de parents ont le sentiment qu'ils doivent soutenir financièrement leurs enfants adultes, que ce soit en les accueillant à nouveau à la maison même après l'obtention de leur diplôme ou en les aidant à régler le solde de leur carte de crédit. En fait, 15 % des bébé-boumeurs québécois admettent être prêts à aller jusqu'à mettre leur propre sécurité et leur avenir financiers en péril pour venir en aide à leurs enfants adultes.

Une nouvelle étude de TD Canada Trust révèle que la majorité des boumeurs du Québec ont aidé financièrement leurs enfants adultes d'une façon ou d'une autre. Ils les ont hébergés à la maison sans exiger de loyer (40 %), ont financé de grosses dépenses comme l'achat d'une nouvelle voiture ou d'un ordinateur (30 %), les ont aidés à régler des dépenses mensuelles comme l'épicerie ou le loyer (23 %), et ont contribué au remboursement du solde de leur carte de crédit ou d'autres dettes (20 %).

Simon Leclerc, directeur de succursale à TD Canada Trust, prévient qu'un trop grand soutien financier - combiné au fardeau des versements hypothécaires, de l'épargne-retraite et même des soins à des parents âgés - peut mettre à rude épreuve les finances des bébé-boumeurs.

« De nos jours, le taux de chômage élevé chez les jeunes, la hausse des frais liés aux études postsecondaires et le prix élevé des propriétés font que plus de jeunes personnes sont susceptibles de dépendre financièrement de leurs parents assez longtemps après avoir atteint l'âge adulte », explique M. Leclerc. « Comme parent, il est naturel de vouloir venir en aide à vos enfants lorsqu'ils sont aux prises avec des difficultés financières, mais il est également important que ce soutien ne compromette pas votre propre stabilité financière et vos objectifs d'épargne-retraite. »

Gary Direnfeld, expert en relations familiales et travailleur social, affirme qu'il faut aimer avec un peu d'autorité pour éviter de créer un cycle de dépendance et pour maintenir une dynamique familiale saine.

« Certains parents veulent être aimés à tout prix de leurs enfants, mais comme parents, c'est également notre rôle d'enseigner l'indépendance financière à nos enfants, pour qu'ils soient capables de composer avec la frustration, de surmonter les épreuves et de connaître la valeur de l'argent », dit M. Direnfeld. « Même lorsque l'argent n'est pas un enjeu, en fixant des limites et en étant capables de dire "non" aux enfants dès leur jeune âge, nous formons de jeunes personnes responsables, ce qui nous évite de nous retrouver ensuite avec une génération d'adultes dépendants. »

On trouvera ci-dessous des conseils supplémentaires de MM. Leclerc et Direnfeld en ce qui concerne la façon dont les parents de la génération des bébé-boumeurs peuvent aimer avec autorité lorsqu'il s'agit des finances familiales.

1. Ayez des conversations ouvertes et honnêtes

« Ne tenez pas pour acquis que tout le monde est sur la même longueur d'onde. Dites clairement ce que vous êtes et faites comprendre que vous n'êtes pas disposé à fournir un appui financier », affirme M. Leclerc. Par exemple, si des enfants adultes reviennent s'installer à la maison, devront-ils payer un loyer ou seront-ils responsables d'assumer leurs dépenses au sein du ménage? Et quelles seront les conséquences si vous envisagez de déménager dans un endroit plus petit? »

« Si la perspective d'un soutien pèse lourdement sur vos finances, communiquez ces préoccupations et expliquez les motifs de votre décision de limiter vos dépenses ou de dire "non" », mentionne M. Direnfeld. « Le plus grand défi est de résister à la réaction négative de départ et de demeurer ferme. Selon les circonstances, certaines familles jugent bon de demander l'assistance d'une tierce partie, comme un conseiller financier ou un travailleur social. »

2. Charité bien ordonnée commence par soi-même

M. Leclerc mentionne qu'il est essentiel de donner la priorité à votre épargne-retraite durant vos années les plus lucratives. Par conséquent, les parents devraient examiner leur plan financier avant de donner un coup de pouce à leurs enfants. « Les membres de la génération Y ont des dizaines d'années devant eux pour travailler et amasser de l'argent, mais ce n'est pas le cas pour les bébé-boumeurs », fait remarquer M. Leclerc. « Si les parents ne peuvent pas subvenir à leurs propres besoins à la retraite, ils risquent alors de transférer un fardeau financier sur les épaules de leurs enfants. »

« Pour faciliter l'épargne-retraite, établissez des paiements par prélèvement automatique dans un REER et, idéalement, dans un CELI, comme réserve d'urgence. Un programme d'épargne automatique peut aider les parents à résister à la tentation de dépenser une fortune pour leurs enfants plutôt que d'épargner en prévision de leur avenir. »

3. Budgétez et planifiez votre générosité

Cinquante-six pour cent des parents québécois estiment que, même si leurs enfants adultes ne sont plus aux études, ils leur versent une aide financière de 100 $ à 300 $ chaque mois. La recherche révèle également que 14 % des parents ont aidé leurs enfants à amasser une mise de fonds pour l'achat de leur première maison. Peu importe le montant de l'aide financière fournie par les parents, M. Leclerc affirme qu'il est essentiel de la budgéter.

« Avant de contribuer à une mise de fonds, consultez un planificateur financier et un expert en prêts hypothécaires afin d'en comprendre les répercussions financières et, surtout, de vous assurer que toutes les parties en ont vraiment les moyens », précise M. Leclerc. « Si votre enfant a économisé une mise de fonds appréciable et montré qu'il était apte à assumer la responsabilité d'un prêt hypothécaire, votre apport financier supplémentaire à une mise de fonds peut lui permettre d'économiser des milliers de dollars à long terme si vous en avez les moyens. »

4. Soyez un modèle et dispensez une éducation financière

MM. Leclerc et Direnfeld sont tous deux d'avis que le fait d'éduquer les enfants aux questions d'argent dès leur plus jeune âge peut empêcher la création d'un cycle de dépendance. Cependant, dans le cas des parents qui peinent à soutenir financièrement leurs enfants adultes aujourd'hui même, ils recommandent une attitude ferme, mais mesurée. « Les parents doivent passer graduellement d'un rôle de source d'aide financière à un rôle de conseiller financier et aider leurs enfants à établir un plan en vue de maîtriser leurs dépenses et de rembourser leurs dettes », estime M. Leclerc.

Selon, M. Direnfeld, les enfants adultes doivent comprendre que l'indépendance signifie qu'on doit assumer les conséquences de ses actes, et les parents doivent laisser les enfants apprendre cette leçon à partir de leur propre expérience plutôt que de décider de les aider financièrement en raison d'un sentiment de culpabilité. « La valeur d'un modèle de comportement se limite à la qualité de l'exemple que vous donnez. Montrez à vos enfants que vous les rendez responsables de leurs propres décisions », mentionne M. Direnfeld.

À propos du sondage de TD Canada Trust sur l'importance d'aimer avec autorité en matière de finances

Le Groupe Banque TD a confié au groupe Environics Research (www.environics.ca) le mandat de mener un sondage personnalisé en ligne auprès de 2 155 parents canadiens d'enfants adultes qui ne sont pas aux études, dont 514 parents québécois. Les réponses ont été recueillies entre le 10 et le 25 janvier 2013.

À propos de TD Canada Trust

TD Canada Trust offre des services bancaires personnels et commerciaux à plus de 11,5 millions de clients. Elle propose une vaste gamme de produits et de services, notamment des comptes de chèques et d'épargne, des cartes de crédit, des prêts hypothécaires, des services bancaires aux entreprises, la protection de crédit, l'assurance médicale de voyage ainsi que des conseils en matière de gestion des finances courantes. TD Canada Trust propose des services bancaires confortables grâce à son service primé et à la commodité de ses services bancaires mobiles, par téléphone, par Internet ou par GAB accessibles en tout temps, ainsi que dans plus de 1 100 succursales prévoyant des heures d'ouverture pratiques pour mieux servir les clients. Pour obtenir plus de renseignements, veuillez visiter le site www.tdcanadatrust.com. TD Canada Trust est la banque canadienne de détail du Groupe Banque TD, la sixième banque en importance de l'Amérique du Nord.



 

SOURCE : TD Canada Trust

Renseignements :

Marianne Bohémier
Morin Relations Publiques
514-289-8688, poste 250
marianne@morinrp.com

Tara Sirinyan
Groupe Banque TD
514-289-0265
tara.sirinyan@td.com


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.