Sondage Association des économistes québécois-Léger marketing: Les économistes et la population: des points d'accord et des divergences quant aux conditions propices à la prospérité

MONTRÉAL, le 12 juill. 2012 /CNW Telbec/ - Le sondage a été réalisé par Internet, du 20 juin au 4 juillet 2012, auprès des membres de l'Association des économistes québécois. Dans l'ensemble, 192 des 592 membres de l'Association rejoints par courriel ont répondu au sondage, ce qui confère aux résultats de l'étude une précision de ± 6,1%, et ce, 19 fois sur 20.

Il fait suite à une enquête effectuée en avril dernier, par le même organisme auprès de 1 001 Québécoises et Québécois. La marge d'erreur serait de ± 3.1%, et ce, 19 fois sur 20. Les résultats de cette précédente enquête sont présentés afin de les comparer avec ceux des membres de l'Association des économistes québécois.

Selon les membres de l'Association des économistes québécois, la prospérité réside principalement dans l'abondance de l'emploi et des salaires convenables (40%). Il appert que la population québécoise partage d'ailleurs cette perception à 37%. Par ailleurs, les économistes interrogés sont significativement plus nombreux que le grand public à croire qu'une société prospère se définit avant tout par l'innovation (respectivement 17% et 10%). Pour leur part, les citoyens accordent une plus grande importance à une forte croissance économique. En somme, les premiers s'intéressent à la cause, les seconds à l'effet.

Parmi les acteurs qui peuvent davantage contribuer à l'atteinte de la prospérité au Québec, la moitié des économistes consultés (46%) privilégie les entreprises privées, alors que les Québécois penchent plutôt pour les citoyens (37%). Malgré cette divergence, les deux groupes s'entendent pour reléguer l'État au dernier rang des acteurs pouvant le mieux contribuer à un Québec plus prospère, bien que pour le grand public son importance est plus prononcée comparativement aux économistes (respectivement 27% et 16%). Ils s'entendent également sur le fait que l'État pourrait le mieux contribuer à créer un Québec davantage prospère, en adoptant une gestion plus saine des fonds publics (59%).

Les attentes des économistes et de la population québécoise à l'égard de la contribution des entreprises privées et des citoyens sont différentes. Les économistes interrogés sont deux fois plus nombreux que les Québécois (45% contre 24% pour la population générale) à estimer que les entreprises privées devraient investir davantage pour moderniser leurs équipements et leurs machines afin d'être plus productives et compétitives et ainsi mieux contribuer à l'atteinte de la prospérité au Québec. De leur côté, les Québécois en général sont plus nombreux (20% contre 4% pour les économistes) à croire que c'est en payant plus d'impôts que les entreprises privées pourront mieux contribuer à créer un Québec davantage prospère.

Quant à la contribution citoyenne, les économistes s'attendent à ce que les citoyens investissent plus dans leur éducation ou dans celle de leur enfant (47%) pour assurer la prospérité du Québec, alors que le grand public considère plutôt qu'ils devraient avant tout encourager les entreprises québécoises par leurs achats (47%).

La santé des finances publiques : enjeu de la prospérité québécoise

Une nette majorité d'économistes et de Québécois (respectivement 57% et 59%) juge que la prospérité au Québec repose largement sur la santé des finances publiques. En ce qui a trait aux autres enjeux, l'amélioration de la productivité a été citée, dans une plus forte proportion, par les économistes (68%), tandis que l'accessibilité des services publics (36%) est avancée par le grand public. Selon M. Jean-Michel Cousineau, président du Comité des politiques publiques de l'Association des économistes québécois ; «Si la productivité augmente comme le souhaite les économistes, cela peut contribuer à 1) accroître la contribution fiscale des entreprises; 2) améliorer la santé des finances publiques; 3) accroître l'accès aux services publics; 4) mieux lutter contre la pauvreté,...ce que la population souhaite.»

Mieux redistribuer pour créer la richesse

La plupart des économistes et des Québécois interrogés s'accordent pour dire qu'une plus grande redistribution des revenus contribuerait à la prospérité du Québec. Le taux d'accord à l'égard de cette affirmation est significativement plus élevé au sein de la population  (70%) que chez les économistes 47%). Il en va de même pour le taux d'accord à l'égard du fait que le succès des entreprises bénéficie surtout aux entreprises elles-mêmes (respectivement 58% et 30%).

Seulement deux économistes (23%) et Québécois (18%) sur dix sont d'accord pour dire que les syndicats contribuent à la prospérité du Québec, contre 40% et 48% respectivement qui pensent l'opposé. Par ailleurs, 66% des économistes estiment que les groupes de pression et des lobbys ne contribuent pas à la prospérité québécoise comparativement à 53% des citoyens interrogés.

L'économie québécoise se maintiendra au cours des six prochains mois selon une majorité d'économistes

Actuellement, la majorité (65%) des répondants de l'Association des économistes québécois estime que la situation économique du Québec va se maintenir au cours des trois prochains mois, et 11% croient qu'elle va s'améliorer. Les économistes consultés maintiennent donc le regain d'optimisme qu'ils avaient affiché lors du sondage de mars 2012 après leurs pronostics plus moroses de l'automne dernier. En effet, lors du sondage d'octobre 2011, plus du tiers des économistes interrogés (35%) croyait que la situation économique allait se détériorer au cours des mois subséquents, alors que ce taux demeure à 23 % en mars et juillet 2012.

L'ASSOCIATION DES ÉCONOMISTES QUÉBÉCOIS

L'Association des économistes québécois est une association professionnelle à but non lucratif fondée en 1975 dans le but de répondre aux besoins et aux intérêts des économistes œuvrant dans divers secteurs d'activités au Québec : entreprise privée, secteur public, milieux syndicaux, associations, monde universitaire, etc. Elle est également ouverte à toute personne intéressée par les questions économiques quelle que soit sa formation.

L'Association a pour finalités le développement et la diffusion du savoir économique, l'éclairage des débats publics et la valorisation du rôle de l'économiste.

En accord avec  son slogan « Pour des choix éclairés», l'Association est reconnue comme un interlocuteur crédible et impartial dans les débats économiques. L'Association accueille chez ses membres l'expression des différences de points de vue et d'opinions

Résultats détaillés du sondage

L'Association des économistes québécois comprend 689 membres, dont 592 ont été contactés par courrier électronique. Parmi ceux-ci, 192 (32% des membres) ont répondu au sondage.

Tableau 1 - Évolution de la situation économique du Québec à court terme

Question : Au cours des six prochains mois, est-ce que la situation économique du Québec devrait, à votre avis:

  JUILLET
2012
(n=192)
MARS
2012
(n=175)
OCT.
2011
(n=183)
JUIN
2011
(n=173)
MARS
2011
(n=164)
NOV.
2010
(n=198)
JUIL.
2010
(n=233)
MARS
2010
(n=205)
OCT.
2009
(n=213)
MAI
2009
(n=228)
FÉV.
2009
(n=156)
Se détériorer 23% 23% 35% 8% 8% 12% 7% 3% 7% 27% 82%
Se maintenir 65% 63% 58% 65% 62% 70% 60% 51% 50% 47% 17%
S'améliorer 11% 11% 7% 26% 30% 17% 32% 45% 42% 24% 1%
Sans opinion 2% 3% 1% 1% 0% 1% 1% 1% 1% 2% 0%

Tableau 2 - Idée d'une société prospère

Question : Parmi les définitions suivantes, laquelle correspond le mieux à l'idée que vous avez d'une société prospère

  MEMBRES
Juillet 2012
(n=192)
GRAND PUBLIC
Avril 2012
(n=1 001)
Une société où l'emploi abonde et les salaires sont convenables 40% 37%
Une société qui innove 17% * 10%
Une société qui a une forte croissance économique 16% 23%
Une société qui a les moyens d'offrir un large éventail de services publics gratuitement ou à un faible coût (dont la santé et l'éducation) 15% 21%
Une société où il y a peu de gens pauvres 11% 7%
Ne sait pas / Refus 2% 2%

Tableau 3 - Acteur pouvant le mieux contribuer à l'atteinte de la prospérité au Québec

Question : Parmi les acteurs suivants, lequel peut davantage contribuer à l'atteinte de la prospérité au Québec?

  MEMBRES
Juillet 2012
(n=192)
GRAND PUBLIC
Avril 2012
(n=1 001)
Les entreprises privées 46% * 29%
Les citoyens 32% 37%
L'État 16% 27% *
Ne sait pas / Refus 6% 8%

Tableau 4 - La contribution de l'État québécois

Question : En vous basant sur votre définition de la prospérité au Québec, telle que répondu précédemment, comment l'État pourrait-il le mieux contribuer à créer un Québec plus prospère?

  MEMBRES
Juillet 2012
(n=192)
GRAND PUBLIC
Avril 2012
(n=1 001)
En gérant mieux les fonds publics 59% 59%
En redistribuant mieux la richesse pour atténuer les inégalités sociales 18% 24%
En intervenant moins dans l'activité économique / S'abstenir d'intervenir dans l'activité économique* 7% 3%
En étant plus éco-responsable (politiques publiques, lois, etc.) 7% 5%
En intervenant davantage dans l'activité économique 5% 5%
En augmentant l'accessibilité aux services publics 3% 3%
Ne sait pas / Refus 1% 3%

*Note : l'énoncé « en intervenant moins dans l'activité économique » n'a été posé qu'aux membres de l'Association des économistes québécois. Le grand public a répondu à l'énoncé « s'abstenir d'intervenir dans l'économie »

Tableau 5 - La contribution des entreprises privées

Question : En vous basant sur votre définition de la prospérité au Québec, comment les entreprises privées pourraient-elles le mieux contribuer à créer un Québec plus prospère?

  MEMBRES
Juillet 2012
(n=192)
GRAND PUBLIC
Avril 2012
(n=1 001)
En investissant davantage en capital physique pour être plus compétitives et productives 45% * 24%
En créant plus d'emploi de bonne qualité 19% 27%
En investissant davantage dans la formation de leurs employés 17% 12%
En opérant dans un environnement moins réglementé 6% *
En payant plus d'impôts 4% 20% *
En ayant plus de souplesse dans les conditions de travail des employés 3% 7%
En mettant en œuvre des méthodes de production plus saines pour protéger l'environnement 2% 5%
Ne sait pas / Refus 4% 5%

Tableaux 6 - La contribution des citoyens

Question : En vous basant sur votre définition de la prospérité au Québec, comment les citoyens pourraient-ils le mieux contribuer à créer un Québec plus prospère?

  MEMBRES
Juillet 2012
(n=192)
GRAND PUBLIC
Avril 2012
(n=1 001)
En investissant davantage dans leur éducation (formation) ou/et celle de leurs enfants 47% * 19%
En s'impliquant davantage dans la vie publique (communautaire, publique) 17% 16%
En encourageant par ses achats les entreprises québécoises 13% 47% *
En travaillant davantage (plus d'heures et/ou plus d'efforts) 12% * 5%
En payant plus pour l'utilisation des services publics 8% 5%
En protégeant mieux l'environnement 2% 4%
Ne sait pas / Refus 2% 4%

Tableau 7 - Enjeux importants pour l'atteinte de la prospérité au Québec

Question : Quels sont les enjeux les plus importants pour l'atteinte de la prospérité au Québec?

Deux choix possibles MEMBRES
Juillet 2012
(n=192)
GRAND PUBLIC
Avril 2012
(n=1 001)
L'amélioration de la productivité 68% * 26%
La santé des finances publiques 57% 59%
L'accessibilité des services publics (dont l'éducation et la santé) 19% 36% *
La lutte contre la pauvreté 14% 27% *
La protection de l'environnement 4% 12% *
Le financement des retraites 2% 10% *
Ne sait pas / Refus 0% 2%

Tableau 8 & 9 - La prospérité au Québec

Question : Êtes-vous en accord, en désaccord, ou ni en accord, ni en désaccord avec les énoncés suivants :
(n=192)

  En accord En désaccord Ni en accord,
ni en désaccord
Ne sait pas /
Refus
Une plus grande redistribution des revenus contribuerait à la prospérité du Québec. 47% 24% 28% 1%
Le succès des entreprises bénéficie surtout aux entreprises elles-mêmes. 30% 44% 24% 2%
Les syndicats contribuent à la prospérité du Québec. 23% 40% 35% 2%
Les groupes de pression et les lobbys contribuent à la prospérité du Québec. 6% 66% 27% 1%

Question : Êtes-vous en accord, en désaccord, ou ni en accord, ni en désaccord avec les énoncés suivants :
Comparaison membres et grand public

Total % en accord MEMBRES
Juillet 2012
(n=192)
GRAND PUBLIC
Avril 2012
(n=1 001)
Une plus grande redistribution des revenus contribuerait à la prospérité du Québec. 47% 70% *
Le succès des entreprises bénéficie surtout aux entreprises elles-mêmes. 30% 58% *
Les syndicats contribuent à la prospérité du Québec. 23% 18%
Les groupes de pression et les lobbys contribuent à la prospérité du Québec. 6% 11%

 

SOURCE ASSOCIATION DES ECONOMISTES QUEBECOIS (ASDEQ)

Renseignements :

Association des économistes québécois
Jean-Michel Cousineau, président du Comité des politiques publiques de l'Association des économistes québécois
(514) 731-0356
jean.michel.cousineau@umontreal.ca

Léger Marketing
Aubert L.-Descôteaux, Chargé de recherche en affaires publiques
(514) 982-2464
adescoteaux@legermarketing.com

Profil de l'entreprise

ASSOCIATION DES ECONOMISTES QUEBECOIS (ASDEQ)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.