Selon l'UNICEF, des millions d'enfants sont privés d'éducation en Syrie, où sévit le conflit

Des photos et une vidéo peuvent être téléchargées au http://uni.cf/1LOQt9b.

GENÈVE et DAMAS, le 16 sept. 2015 /CNW/ - Tandis qu'à l'échelle mondiale les élèves retournent à l'école ce mois-ci, plus de deux millions d'enfants en Syrie ne pourront pas en faire autant. Selon l'UNICEF, 400 000 autres enfants risquent d'abandonner l'école en raison du conflit, de la violence et des déplacements.

Alors que le conflit en Syrie entame sa cinquième année, la crise continue d'anéantir des années d'acquis dans le domaine de l'éducation. En Syrie, certains enfants ne sont jamais allés à l'école, et d'autres ont perdu jusqu'à quatre années de scolarité.

« En tant que Canadiennes et Canadiens, nous savons que l'éducation joue un rôle essentiel dans la vie d'un enfant et dans ses possibilités d'avoir un avenir prometteur et productif. Au cours des dernières semaines, nous avons constaté à quel point il est difficile de répondre à cette crise humanitaire sans précédent. Des enfants et des familles se bousculent dans les camps et les communautés d'accueil de l'Iraq à l'Égypte, et des migrants franchissent les frontières de pays européens en nombres record. Malgré cette situation, nous ne devons pas oublier les millions d'enfants qui vivent toujours en Syrie, qui est ravagée par la guerre, et dont l'avenir est en jeu. Eux non plus ne sont pas à l'école », a déclaré David Morley, le président et chef de la direction d'UNICEF Canada.

« Nous avons été encouragés par la générosité de la population canadienne dans le cadre de cette crise et, grâce au programme de jumelage du gouvernement du Canada, les dons effectués par des Canadiennes et des Canadiens permettront de venir en aide à deux fois plus d'enfants et de familles, et de leur procurer un soutien essentiel à leur survie ainsi que des programmes d'éducation pour que ces enfants ne deviennent pas une génération perdue. Nous encourageons la communauté internationale à continuer de répondre à cette crise au fur et à mesure qu'elle évolue et à se préoccuper en priorité de la santé, de la protection et de l'éducation des enfants », a-t-il ajouté.

Écoles détruites, endommagées ou utilisées comme abris
D'un bout à l'autre du pays, 5 000 écoles ne peuvent pas être utilisées, car elles ont été détruites, endommagées, converties en abris pour les familles déplacées ou réquisitionnées pour un usage militaire. De nombreux parents craignent d'envoyer leurs enfants à l'école en raison des dangers sur la route et à l'école elle-même. En 2014 seulement, au moins 60 écoles ont été attaquées, parfois délibérément. Le corps enseignant a également payé un lourd tribut : plus d'un quart des enseignantes et enseignants ont d'ailleurs abandonné leur poste.

« Les services publics syriens de base, y compris l'éducation, ont été limités au maximum. Nous devons en faire beaucoup plus pour empêcher l'effondrement des établissements scolaires et multiplier les possibilités pour les enfants d'avoir accès à une éducation, partout au pays », a expliqué Hanaa Singer, la représentante de l'UNICEF en Syrie.

L'UNICEF intervient pour venir en aide à trois millions d'enfants
L'UNICEF dispose d'un vaste réseau de partenaires locaux sur le terrain qui s'emploient à venir en aide à quelque trois millions d'enfants. Pour la première fois depuis le début du conflit, un programme d'éducation non formelle a été mis en œuvre afin de réduire le nombre d'enfants non scolarisés. L'UNICEF produit localement des fournitures et des manuels scolaires qui sont distribués aux élèves dans le besoin.

Partout en Syrie, les enfants font preuve d'un degré exceptionnel de résilience et de persévérance à poursuivre leurs études. Pour passer leurs examens l'été dernier, au moins 20 pour cent des élèves ont dû traverser les lignes de feu. Ceux et celles qui ont entrepris ce voyage périlleux devaient franchir d'innombrables points de contrôle et risquaient d'être pris dans de violents combats.

« Même dans les pires circonstances, les enfants syriens continuent de demander à apprendre, car ils aspirent à un avenir meilleur. Selon les estimations, près de quatre millions d'enfants ont été en mesure de fréquenter l'école l'année dernière. Nous devons toutes et tous investir dans les enfants de la Syrie, car ils représentent l'avenir du pays qu'ils contribueront à reconstruire une fois la paix rétablie », a ajouté Hanaa Singer.

Initiative « Non à une génération perdue »
En plus des 2,2 millions d'enfants ciblés par la campagne de retour à l'apprentissage et dans le cadre de l'initiative « Non à une génération perdue », l'UNICEF lance un programme d'autoapprentissage à l'intention de 500 000 enfants qui ont perdu des années de scolarité. Le programme est concentré dans les régions les plus durement touchées par le conflit et où les écoles sont fermées. Un programme d'apprentissage accéléré permettra également à 200 000 enfants de rattraper les cours manqués afin de pouvoir réintégrer le programme d'éducation formelle.

Afin de garantir des espaces d'apprentissage en nombre suffisant, au moins 600 clubs scolaires ont été ouverts à l'échelle nationale. Dans les régions qui abritent de très nombreux enfants déplacés, 600 écoles ont été restaurées et 300 pavillons scolaires préfabriqués sont livrés afin d'accueillir 300 000 élèves supplémentaires.

L'UNICEF est déterminé à protéger le droit des enfants d'avoir accès à l'éducation en Syrie. Pour être en mesure de continuer de répondre aux besoins des enfants en matière d'éducation, l'organisme demande 68 millions de dollars US d'ici la fin de l'année. De cette somme, 12 millions de dollars sont nécessaires immédiatement.

Jusqu'au 31 décembre 2015, le gouvernement du Canada jumèlera chaque don admissible de particuliers canadiens versé à des organismes de bienfaisance enregistrés au Canada en réponse aux conséquences du conflit en Syrie, jusqu'à concurrence de 100 millions de dollars. Les Canadiennes et les Canadiens peuvent faire un don pour soutenir les programmes d'intervention de l'UNICEF au unicef.ca.

À propos de l'UNICEF
L'UNICEF a sauvé la vie d'un plus grand nombre d'enfants que tout autre organisme humanitaire. Nous travaillons sans relâche afin de venir en aide aux enfants et à leur famille, et faisons tout ce qui est nécessaire pour assurer la survie de chaque enfant. Nous fournissons des soins de santé et des vaccins, apportons des secours d'urgence, donnons accès à de l'eau potable et à de la nourriture, et offrons ainsi une sécurité alimentaire, de même qu'un accès à l'éducation, et bien plus encore.

Entièrement tributaire de contributions volontaires, l'UNICEF vient en aide aux enfants sans égard à leur origine ethnique, leur religion ou leur opinion politique. En tant que membre des Nations Unies, l'UNICEF est présent dans plus de 190 pays, soit plus de pays que n'importe quel autre organisme. Notre persévérance et notre portée sont sans égales. Nous sommes déterminés à assurer la survie de chaque enfant, où qu'il soit.

SOURCE UNICEF Canada

Renseignements : Pour obtenir de plus amples renseignements ou pour organiser des entrevues, veuillez communiquer avec : Nancy Radford, Spécialiste des communications, UNICEF Canada, 514 288-5134 poste 8425/cell. : 514 232-4510

RELATED LINKS
http://www.unicef.ca

FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.