Selon Ernst & Young, le secteur de la biotechnologie a fait preuve de
résilience dans une conjoncture difficile

Les compressions de coûts ont permis aux sociétés de biotechnologie canadiennes de tenir le coup, mais l'arrêt des activités de recherche et de développement pourrait freiner la croissance future

MONTRÉAL, le 29 avr. /CNW Telbec/ - Non seulement le secteur de la biotechnologie du Canada a-t-il traversé la crise économique mondiale en 2009, mais il a clôturé l'année en affichant une forte hausse des revenus et une baisse marquée de ses pertes grâce, notamment, à d'importantes compressions de coûts selon le rapport annuel d'Ernst & Young intitulé Beyond Borders portant sur la situation mondiale de la biotechnologie.

Au Canada, le secteur a fait preuve d'une grande résilience en 2009, les revenus des sociétés ouvertes de la biotechnologie ayant augmenté de 9 % pour s'établir à 2 163 millions de dollars US, par rapport à 1 979 millions de dollars US en 2008. En outre, les pertes combinées des sociétés du secteur ont littéralement fondu de 90 %, passant de 1,1 milliard de dollars US à 70 millions de dollars US.

Si les centres de biotechnologie établis ont globalement franchi le seuil de la rentabilité pour la première fois de l'histoire, le fossé entre les sociétés qui jouissent déjà d'un accès à du capital et celles qui n'en ont pas s'est creusé davantage en 2009, rendant le financement des activités de recherche et de développement encore plus difficile pour les sociétés émergentes. Les dépenses de recherche et de développement ont chuté de 44 % au Canada pour s'établir à 354 millions de dollars US en 2009, par rapport à 626 millions de dollars US l'année précédente.

"La compression marquée des dépenses est un couteau à deux tranchants, selon Paul Karamanoukian, responsable du secteur des sciences de la vie d'Ernst & Young au Canada. Bien que ces compressions aient permis au secteur de tenir le coup dans l'immédiat, elles pourraient à plus long terme se révéler dommageables, la croissance future du secteur étant tributaire des dépenses de recherche et de développement effectuées."

Le nombre de sociétés du secteur a aussi chuté en 2009, suivant la tendance des cinq dernières années au cours desquelles le nombre total de sociétés canadiennes est passé de 474 à 325, alors qu'en 2009, le nombre de sociétés ouvertes a diminué, passant de 72 à 64.

"Nous avons assisté à une démonstration de la loi du plus fort, les plus petites sociétés ayant connu la débâcle ou ayant fusionné avec de plus grandes, relate M. Karamanoukian. Si les sociétés les plus solides sont bien placées pour saisir les occasions de croissance attendues de la reprise, les liquidités actuelles de plus de la moitié des sociétés ouvertes ne suffiront pas à répondre aux besoins de la prochaine année."

Outre la hausse des revenus et la baisse des pertes combinées, la capitalisation boursière des sociétés du secteur a bondi de 52 % au cours de la dernière année, ce qui constitue une autre bonne nouvelle. Il est tout de même trop tôt pour crier victoire. Malgré les compressions de coûts et la croissance des revenus, l'indice de survie du secteur a à peine bougé. Même en tenant compte de la progression marquée de sa capitalisation boursière, le secteur n'a toujours pas entièrement repris la perte de terrain de 61 % qu'il avait subie en 2008.

"Le secteur a survécu à la crise financière, mais tout n'est pas gagné, poursuit M. Karamanoukian. Le secteur de la biotechnologie au Canada devra démontrer sa capacité à se remettre pleinement des revers essuyés au cours des dernières années et mobiliser les capitaux voulus en 2010, qui sera pour lui une année charnière."

Voici d'autres constatations importantes :

    
    -   Au Canada, le capital de risque destiné aux sociétés fermées de la
        biotechnologie a chuté à 100 millions de dollars US, soit moins du
        tiers des capitaux moyens mobilisés au cours des dix dernières
        années.
    -   Plus de 40 % du capital de risque a été mobilisé au Québec, suivi de
        la Colombie-Britannique avec 25 % et de l'Ontario avec 20 %.
    -   Les capitaux mobilisés au Canada ont fortement augmenté en 2009,
        atteignant 733 millions de dollars US, soit un bond de plus de
        255 millions de dollars US par rapport à 2008, quoique plus de 40 %
        de ce montant proviennent d'une seule opération de financement.
    -   Les alliances stratégiques au Canada ont atteint des sommets,
        six d'entre elles ayant permis de mobiliser plus de 10 millions de
        dollars US au titre de financement initial.
    -   Au Canada, le marché des fusions et acquisitions a tourné au ralenti,
        alors qu'une seule opération d'importance pour un montant avoisinant
        les 500 millions de dollars US a été conclue.
    -   Les sociétés domiciliées en Ontario ont mobilisé 402 millions de
        dollars US au total, soit plus que toute autre province, alors que
        les capitaux mobilisés au Québec, en Alberta et en Colombie-
        Britannique ont atteint respectivement 161 millions de dollars US,
        84 millions de dollars US et 67 millions de dollars US.
    

À propos d'Ernst & Young

Ernst & Young est un chef de file mondial des services de certification et fiscalité, services transactionnels et services consultatifs. À l'échelle mondiale, les 144 000 membres de notre personnel sont unis par nos valeurs partagées et un engagement indéfectible envers la qualité. Nous nous distinguons en aidant nos gens, nos clients et nos collectivités à réaliser leur potentiel.

Pour en savoir plus, visitez le site ey.com/ca.

Ernst & Young désigne le réseau mondial des sociétés membres d'Ernst & Young Global Limited. Chacune de ces sociétés est une entité juridique distincte. Ernst & Young Global Limited, société privée à responsabilité limitée par garanties du Royaume-Uni, n'offre aucun service aux clients.

L'organisation Ernst & Young est divisée en cinq territoires géographiques et les entreprises peuvent être membres des entités suivantes : Ernst & Young Americas LLC, Ernst & Young EMEIA Limited, Ernst & Young Far East Area Limited et Ernst & Young Oceania Limited. Ces entités n'offrent aucun service aux clients.

SOURCE EY (Ernst & Young)

Renseignements : Renseignements: Marie-Ève Graniero (514) 874-4313, marie-eve.graniero@ca.ey.com; Brooke Morris, (604) 899-3597, brooke.morris@ca.ey.com; Samantha Goldsilver, (416) 943-3458, samantha.goldsilver@ca.ey.com


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.