Secteur public : la CSN obtient ses mandats de grève

MONTRÉAL, le 1er oct. 2015 /CNW Telbec/ - L'ensemble des fédérations du secteur public de la CSN, représentant 170 000 membres du secteur public, ont obtenu leur mandat de grève au terme d'une consultation menée partout au Québec au cours des quatre dernières semaines. En moyenne, les salariés du secteur public de la CSN ont voté à plus de 85 % en faveur d'une grève tournante de 6 jours pouvant être déclenchée en Front commun cet automne.

« L'ampleur de la participation des salarié-es du secteur public démontre le ras-le-bol généralisé de nos membres par rapport au mépris dont fait preuve le gouvernement à leur égard, martèle Francine Lévesque, vice-présidente de la CSN. Nos membres en ont plus qu'assez des blocages importants que nous constatons à l'ensemble de nos tables de négociation. Voilà pourquoi ils n'ont pas hésité à se doter de mandats de grève nous permettant d'augmenter notre rapport de force. Le gouvernement ne peut plus ignorer le mouvement de contestation qu'il a lui-même provoqué en ignorant nos revendications et en proposant des reculs qui ramèneraient nos conditions de travail 30 ans en arrière. »

« Avec toutes les compressions budgétaires qui sont imposées en cette période d'austérité, notre réseau de la santé et des services sociaux vit des moments extrêmement difficiles, souligne le président de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN), Jeff Begley. En proposant un gel de salaire, le gouvernement voudrait nous appauvrir. En voulant dégrader les conditions dans lesquelles nous exerçons notre travail, le gouvernement vient directement miner notre capacité à offrir des services publics de qualité. Et ça, c'est l'ensemble de la population du Québec qui va en souffrir. C'est cette préoccupation qui a mené nos membres à voter massivement pour la grève. »

Les employé-es de soutien des commissions scolaires, des cégeps et des organismes gouvernementaux ont également voté pour la grève. Pour la vice-présidente de la Fédération des employées et employés des services publics (FEESP-CSN), Marjolaine Côté, le résultat des votes ne fait aucun doute sur leur détermination. « Le gouvernement voudrait accentuer la précarité d'emploi du personnel de soutien, qui touche déjà des milliers de travailleuses et de travailleurs qui ne savent ni où ni quand ils travailleront au cours d'une année. De toute ma vie dans ce secteur, je n'ai jamais vu de mandats de grève aussi forts. Les assemblées étaient bondées : les gens ont pu non seulement exprimer toute leur colère envers les offres du gouvernement, mais également nous donner les moyens nécessaires pour débloquer nos tables de négociation. »

Le réseau collégial s'apprête aussi à débrayer prochainement. « Le gouvernement ne désire qu'augmenter la charge des enseignantes et des enseignants des cégeps, indique Nicole Lefebvre, vice-présidente de la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ-CSN). En combinant l'ensemble des reculs demandés, la partie patronale voudrait non seulement augmenter nos heures d'enseignement et de préparation de cours, mais également le nombre d'élèves par classe. Alors qu'il coupe de nombreuses ressources mises à la disposition des élèves, le gouvernement s'attaque directement à nos conditions d'enseignement, sans aucun égard envers la valeur de nos emplois. »

« Le gouvernement considère qu'on peut presser le citron indéfiniment, s'insurge Michel Tremblay, président de la Fédération des professionnèles (FP-CSN). Le nombre de problèmes de santé psychologique liés au travail atteint déjà des sommets inégalés dans nos réseaux. Les compressions budgétaires et les surcharges de travail ont un effet direct sur les services à la population. Nos gens sont épuisés. Et le gouvernement voudrait nous demander, encore une fois, d'en faire plus avec moins, dans des conditions de travail de plus en plus difficiles? Cela relève ou bien de la pensée magique ou bien d'une obsession idéologique, ou encore d'une irresponsabilité dangereuse. »

Le gouvernement ne doit plus attendre avant d'octroyer les marges de manœuvre nécessaires à ses négociateurs, souligne Francine Lévesque. « Si le gouvernement en avait la réelle volonté, nous pourrions en arriver à un règlement très rapidement. Notre objectif a toujours été d'en arriver à des ententes négociées. Et nous entendons déployer tous les moyens nécessaires pour y parvenir avant d'avoir recours à la grève. Voilà pourquoi nous serons des milliers dans les rues de Montréal ce samedi, avec nos partenaires du Front commun, pour dénoncer haut et fort l'attitude du gouvernement aux tables de négociations et faire valoir la légitimité de nos revendications. Nous appelons l'ensemble de la population à manifester avec nous, afin que nous puissions sauvegarder nos services publics. »

À propos
La CSN regroupe plus de 325 000 travailleuses, dont 170 000 œuvrent dans les réseaux publics de la santé et des services sociaux, de l'éducation, de l'enseignement supérieur et des organismes gouvernementaux. Leurs conventions collectives sont échues depuis le 31 mars 2015.

 

SOURCE CSN

Renseignements : François L'Écuyer, Communications - secteur public CSN, 514 949-8973

RELATED LINKS
www.csn.qc.ca

FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.