Sans psychologues dans le réseau public : aller simple assuré à l'urgence

MONTRÉAL, le 18 juin 2015 /CNW Telbec/ - Les organisations syndicales représentant les psychologues du réseau public de la santé et des services sociaux (l'APTS, la FP-CSN, la FSSS-CSN, le SQEES-FTQ et la CSQ), ainsi que diverses organisations de la société civile, tirent la sonnette d'alarme : l'abolition de la prime de rétention versée aux psychologues aggravera le problème d'accessibilité aux services psychologiques pour la population québécoise. Résultat : des gens vulnérables sont laissés sur le carreau, tandis que d'autres passent carrément par l'urgence pour recevoir des soins. Pour les organisations syndicales, le gouvernement n'a pas mesuré les conséquences de sa décision unilatérale sur l'attente aux urgences, l'alourdissement du fardeau des groupes communautaires, mais surtout sur les personnes les plus vulnérables de notre société.

Face au manque d'écoute du gouvernement, les psychologues se mobilisent aujourd'hui et demain devant divers établissements partout au Québec afin de sensibiliser la population sur les effets désastreux du retrait de la prime et inciter le gouvernement à changer de cap « Quand on regarde les conditions offertes dans le secteur privé, il est clair que c'est par conviction, par choix personnel, que les psychologues du réseau public y font carrière. Nous aurons un problème majeur si la situation se détériore au point où les jeunes psychologues, comme les plus expérimentés, jugeront les sacrifices trop importants pour travailler le secteur public », ont résumé les porte-parole des organisations syndicales aujourd'hui à l'occasion d'un rassemblement devant l'établissement Notre-Dame du CHUM. Étaient notamment présents : la vice-présidente de l'APTS, Martine Robert, le président de la FSSS-CSN, Jeff Begley, la porte-parole de la FP-CSN et psychologue au CHU Sainte-Justine, Dominique Pallanca, ainsi que le vice-président de la CSQ, Pierre Jobin

Rappelons que cette mesure de rétention, retirée le 30 mars dernier, avait pour objectif d'inciter les psychologues à demeurer dans le réseau public. Sans cette mesure, le gouvernement reconnaissait lui-même que les psychologues se tourneraient vers le privé, entraînant du même coup une inévitable baisse de l'accessibilité aux soins psychologiques publics et une importante perte d'expertise dans le réseau. Or, les problèmes d'accès aux services de psychologues sont déjà bien réels. Les conséquences sont majeures tant au niveau de la santé publique que de la gestion. Les personnes qui ne peuvent consulter un psychologue du réseau public au moment où elles en ont besoin peuvent voir leur santé mentale et physique se dégrader, ce qui entraîne toutes sortes de conséquences sociales, dont une augmentation de l'itinérance.

Pour les organisations syndicales, le gouvernement cherche à réaliser des économies sur le dos des plus vulnérables. À long terme toutefois, cela coûtera plus cher, car les personnes qui ne peuvent recevoir les services de psychologues se tourneront vers les urgences des grands centres hospitaliers qui, on le sait, sont déjà surchargées.

Les groupes communautaires sous pression
Quelques représentants d'organismes d'aide ont pris la parole aux côtés des représentants syndicaux. Le coordonnateur du Réseau d'aide aux personnes seules et itinérantes de Montréal (RAPSIM), Pierre Gaudreault, considère que l'accès à des services psychologiques dans le secteur public est essentiel. « Depuis plusieurs années, nous plaidons pour qu'on agisse en amont. La prévention demeure le meilleur moyen afin de venir en aide aux personnes itinérantes. Déjà, l'accueil et les services offerts dans le réseau de la santé et des services sociaux sont déficients et malheureusement souvent mal adaptés aux défis particuliers que représente cette population marginalisée. L'accessibilité aux services publics est névralgique ».

De son côté, le Réseau alternatif et communautaire des organismes en santé mentale de l'île de Montréal (RACOR) déplore que les politiques d'austérité du gouvernement prennent encore une fois pour cible des personnes parmi les plus vulnérables. « L'austérité, en santé mentale, cela veut dire plus de gens en détresse! On entend moins parler des listes d'attente en santé mentale et pourtant elles sont bien réelles, tout comme leurs conséquences pour les personnes à la recherche d'aide. Le réseau public ne peut miser uniquement sur la médicalisation des problèmes de santé mentale; les services de psychologie doivent faire partie des réponses offertes. Ces coupes entraînent également un alourdissement pour les organismes communautaires qui n'ont pas les ressources nécessaires pour répondre adéquatement aux demandes », explique la directrice générale du réseau, Julie Nicolas.

À propos
L'Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS), la Fédération des professionnèles (FP-CSN), La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN), le Syndicat québécois des employé-es de services (SQEES-FTQ) et la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) représentent un peu plus de 2200 psychologues offrant des services dans les établissements publics de la santé et des services sociaux.

 

SOURCE Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS)

Renseignements : Source : APTS, FSSS-CSN, FP-CSN, SQEES-FTQ, CSQ; APTS : Francis Boucher, conseiller aux communications APTS : 514-609-2906; FSSS-CSN : Jean-Pierre Larche, Information secteur public CSN : 514 605-0757; FP-CSN : Ariane Pichette-Neveu, Information secteur public CSN : 514 529-3615; SQEES-FTQ : Mélanie Malenfant : 514 210-8451; CSQ : Claude Girard, Information CSQ : 514 237-4432


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.