Rupture des pourparlers au Musée

La Société refuse de protéger ses employés contre la sous-traitance

OTTAWA, le 7 oct. /CNW Telbec/ - Les pourparlers entre l'Alliance de la Fonction publique du Canada et la Société du Musée canadien des civilisations se sont rompus en soirée après que la direction du Musée a demandé aux employés de retirer leur proposition visant la protection de leurs emplois contre la sous-traitance.

Les employées et employés du Musée canadien des civilisations et du Musée de la guerre sont en grève depuis le 21 septembre. À la fin du mois d'août, ils avaient voté à 92 % pour la grève. Le 18 septembre, les pourparlers se sont enlisés. Cet après-midi, les parties se sont réunies de nouveau au bureau du médiateur fédéral, mais n'ont pu conclure d'entente puisque l'employeur a rejeté la principale revendication des employés sur la sécurité d'emploi.

"Au cours de la rencontre, l'employeur a indiqué qu'il était prêt à discuter des questions en suspend, mais non sans d'abord insisté pour que notre équipe abandonne sa position sur la protection contre la sous-traitance, a souligné Daniel Poulin, président de la section locale 73096 de l'AFPC. Après plusieurs heures de discussion, la Société a clairement indiqué qu'elle voulait conserver sa prérogative sur la sous-traitance et la mise en disponibilité," a-t-il ajouté.

"En raison de la conjoncture économique, les travailleuses et les travailleurs veulent obtenir des garanties qu'ils ne perdront pas leur emploi et que les emplois ne seront pas confiés au plus bas soumissionnaire du secteur privé, de dire Maria Fitzpatrick, vice-présidente exécutive régionale de l'AFPC pour la région de la capitale nationale. La Société du Musée canadien des civilisations est une société très bien financée qui gère deux des plus prestigieux musées dans la région d'Ottawa/Gatineau, si non de l'ensemble du Canada. Les employeurs qui estiment vraiment leurs employés n'hésitent pas à offrir une sécurité d'emploi. Pour les travailleuses et les travailleurs des musées, cette protection est essentielle et signifie qu'il faut interdire la sous-traitance."

L'équipe de négociation de l'AFPC a réaffirmé sa volonté de négocier tout en précisant que toute négociation future doit inclure des mesures de protection contre la sous-traitance.

SOURCE AFPC

Renseignements : Renseignements: Ariel Troster, Communications AFPC, (613) 292-8363 (cell.)


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.