Richard Deschamps, Chef intérimaire d'Union Montréal, annonce la dissolution de sa formation politique

MONTRÉAL, le 9 mai 2013 /CNW Telbec/ - En début d'après-midi, Monsieur Richard Deschamps a annoncé qu'Union Montréal mettrait fin à ses activités. La dissolution du parti suivra son cours dans les prochains jours après que les procédures légales et techniques aient été complétées.

Malheureusement, sans refaire l'histoire, les divers témoignages entendus à la Commission Charbonneau au cours des derniers mois, ont atteint de plein fouet et ont érodé l'image de marque d'Union Montréal. L'ensemble des élus qui sont restés et qui m'entourent aujourd'hui ont continué à travailler avec acharnement, passion, comme ils l'ont toujours fait pour leurs arrondissements respectifs et pour l'ensemble des Montréalais et Montréalaises en général », a déclaré Richard Deschamps.

Après plusieurs rencontres et discussions au sein des caucus et des instances du parti, et après avoir écouté les commentaires et l'opinion de leurs concitoyens dans leurs quartiers et leurs arrondissements respectifs les élus actuels d'Union Montréal ont convenu de remettre leur démission en bloc dès aujourd'hui.

Ils ont également convenu d'enclencher et d'entamer toutes les démarches nécessaires afin de terminer les activités d'Union Montréal.

« Lors d'une dernière réunion du comité de direction, j'ai donné des instructions et des directives supportées par des résolutions afin que les activités du parti soient terminées en conformité avec les exigences du DGEQ. Des relations constantes sont d'ailleurs établies entre l'agent officiel et le DGEQ qui aura la responsabilité ultime de fermer les livres du parti en vertu des normes comptables reconnues et des lois qui nous gouvernent à cet effet. L'ensemble des élus (es) souhaitent également que toutes les sommes d'argent cumulées, après avoir respecté le paiement de l'ensemble de nos obligations, soient retournées au fonds consolidé de la Ville de Montréal afin de ne maintenir aucune ambiguïté avec la population. Les élus (es) qui m'entourent renoncent ainsi, au montant d'argent qui aurait pu servir à l'organisation de la prochaine élection. Cependant, nous considérons dans le contexte actuel que notre intégrité personnelle et que notre crédibilité vaut bien plus que toute somme d'argent cumulée au sein d'un parti politique même si cet argent a été cumulé dans des activités légales de financement depuis 2009.

La Commission Charbonneau continuera son travail au cours des prochaines semaines et des prochains mois. Nous attendons avec intérêt le rapport de la Commission. Nous espérons savoir bientôt si des individus sans scrupules et manquant d'éthique se sont servis du parti politique Union Montréal pour récolter des sommes d'argent pour leurs propres fins dans les coffres du parti, dont les états financiers ont été vérifiés par des firmes comptables de renom au cours de toutes ces années.

Nous pourrons au moins accréditer l'hypothèse oubliée que plusieurs élus (es) et des membres qui ont œuvré au sein d'Union Montréal travaillaient de bonne foi au bénéfice de leurs concitoyens montréalais.

Nous ne prenons pas cette décision légèrement. On ne jette pas 12 ans de travail par-dessus bord avec divers collègues dont nous reconnaissons l'immense travail et les nombreuses qualités sans un pincement au cœur. Cependant, nous vivons dans la réalité et parce que nous sommes réalistes et pragmatiques nous arrivons à cette malheureuse conclusion », a conclu l'ex-chef intérimaire d'Union Montréal.

Bref historique

Dans les années 2000, le gouvernement du Québec décide de procéder à une réingénierie du monde municipal québécois, ce qui entraîne, dans un premier temps, la fusion de toutes les municipalités de l'île de Montréal.

C'est sur cette toile de fond que naît l'Union des citoyens et des citoyennes de l'île de Montréal. Gérald Tremblay, ancien ministre québécois de l'Industrie, du Commerce, de la Science et de la Technologie, fait le saut en politique municipale. Le 26 août 2001, se tient le congrès de fondation de l'Union des citoyens et des citoyennes de l'île de Montréal (UCIM).

L'histoire du parti aura été marquée à deux reprises par des restructurations majeures de la carte électorale de Montréal devenue une seule ville le 1er janvier 2002.

En novembre 2005, Gérald Tremblay obtient un second mandat et un 3e en 2009.

C'est en 2007, que l'Union des citoyens et des citoyennes de l'île de Montréal (UCIM) est devenue Union Montréal.

La décennie qui a transformé Montréal

« Il faut reconnaître que le bilan de nos réalisations est impressionnant et nous pouvons en être fiers. Pour n'en nommé que quelques-unes : les infrastructures ont bénéficié d'une attention toute particulière avec des investissements majeurs. Elles en avaient bien besoin, compte tenu de l'indifférence dont elles avaient été victimes durant des décennies. Le transport en commun et le transport actif sont devenus des outils essentiels du développement de Montréal. Nous avons augmenté les espaces verts et désormais, la question environnementale fait partie de nos réflexions dans tous les domaines. Le Centre de la biodiversité de l'Université de Montréal est venu enrichir L'Espace pour la vie qui accueille maintenant le nouveau Planétarium. La vie culturelle montréalaise n'a jamais été aussi mobilisatrice et les créateurs aussi nombreux à choisir Montréal. Les secteurs de l'Acadie-Chabanel, l'Acadie-Bourassa, les Bassins du Nouveau Havre et Griffintown sont en train de retrouver leur lustre. D'autres vont très bientôt subir la même cure de rajeunissement.

Je salue Gérald Tremblay avec qui et grâce à qui nous avons accompli beaucoup de choses au cours des dernières années. Je souhaite bonne route à l'ensemble de mes collègues qui dorénavant siègeront comme indépendants. Je suis persuadé qu'ils continueront dans un contexte très difficile à bien servir les Montréalais, car, peut-être par idéalisme, je sais que cela est possible. Nous poursuivrons tous notre route. Pour ma part, je me consacrerai à bien servir mes concitoyens de LaSalle qui m'ont fait l'honneur de m'accorder le très grand privilège, dont j'essaie d'être digne tous les jours, de les représenter, a conclu Richard Deschamps.

SOURCE : UNION MONTREAL

Renseignements :

Louise Fournier
Union Montréal
Cell. : 514-567-6972

Profil de l'entreprise

UNION MONTREAL

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.