Repli temporaire de l'Indice Scotia des prix des produits de base en février

- Les aciéristes japonais acceptent une hausse de 55 % du prix du charbon à coke métallurgique de l'Ouest canadien pour le premier trimestre de l'exercice 2010; les prix du minerai de fer devraient bondir encore plus.

TORONTO, le 29 mars /CNW/ - L'Indice des produits de base de la Banque Scotia, qui évalue les tendances influant sur le prix de 32 des principales exportations canadiennes, s'est replié de 0,7 % en février par rapport au mois précédent.

"Les inquiétudes des marchés financiers face aux risques associés à la dette souveraine en Grèce, au Portugal et en Espagne ont réduit l'appétit des investisseurs en matière de risque au début de février, ce qui a entraîné un déplacement vers les valeurs sûres du Trésor en dollars américains et un repli temporaire des prix des produits de base libellés en dollars", explique Patricia Mohr, vice-présidente, Études économiques, et spécialiste, Marché des produits de base à la Banque Scotia. "Malgré cette évolution, l'indice global demeure 25,7 % au-dessus de son creux cyclique d'avril 2009 et il devrait rebondir en mars, poussé par le retour de l'appétit au risque."

Métaux et minéraux

L'indice des métaux et minéraux a reculé de 3 % en février par rapport au mois précédent, dans la foulée d'un repli temporaire des prix des métaux de base, de l'or et de l'argent, bien que les prix aient repris de la vigueur en mars. "L'Indice Scotia des prix des produits de base bénéficiera d'une forte poussée en avril grâce au rajustement à la hausse qu'occasionnera la négociation annuelle du prix des contrats pour le charbon à coke de l'Ouest canadien livré au Japon", ajoute Mme Mohr. "Le prix des contrats pour le charbon à coke métallurgique de première qualité de Teck Resources passera de 128 $ US la tonne (FAB à Vancouver) à 200 $ US pour le trimestre d'avril à juin. Nippon Steel, JFE Steel Corp, Sumitomo et d'autres ont accepté cette hausse, à la suite du règlement au même prix de la BHP Billiton Mitsubishi Alliance (BMA) en Australie."

Bien que ce règlement s'applique uniquement au trimestre d'avril à juin, la déclaration de force majeure faite le 24 mars par BMA (principal exportateur mondial de charbon à coke) sur ses expéditions au départ de Hay Point (Australie) - en raison des dommages causés au port par un cyclone - a fait grimpé les prix au comptant internationaux dans la fourchette des 230 $ US à 240 $ US, ce qui devrait se traduire par des prix de contrat encore élevés au deuxième trimestre. BHP Billiton s'est assurée de passer d'un prix de référence annuel à des prix trimestriels afin de mieux s'aligner sur des prix au comptant beaucoup plus élevés. Le resserrement de l'offre mondiale de produits de qualité supérieure et les contraintes portuaires et ferroviaires qui entravent l'Australie ont contribué à cet envol des prix. En 2009, la Chine est probablement devenue un importateur net "permanent" de charbon à coke métallurgique de première qualité, étant donné l'insuffisance de ses approvisionnements intérieurs en charbon de qualité supérieure.

"Les producteurs canadiens de minerai de fer bénéficieront eux aussi d'énormes gains de prix en 2010, si on se fie aux négociations de contrats annuels en cours entre les sociétés minières australiennes et brésiliennes et les aciéristes d'Asie et d'Europe", poursuit Mme Mohr. "Les prix seront poussés à la hausse par le rétablissement de la production d'acier et de la demande de minerai de fer dans les pays du G7 de même que par l'expansion de la capacité des aciéries chinoises. Les importations de minerai de fer ont atteint des niveaux records en Chine au printemps dernier (hausse de 40,2 % en 2009), car la production d'acier a été aiguillonnée par le gigantesque programme national de dépenses en infrastructures. La production d'acier de la Chine représente désormais près de la moitié de la production mondiale, soit 46,6 % en 2009."

Le prix au comptant du minerai de fer indien (63 % de Fe) livré dans le nord de la Chine - un indicateur clé - a grimpé jusqu'à la plage des 154 $ US à 157 $ US la tonne à la fin mars, dans un contexte marqué par un resserrement de l'offre mondiale de minerai de qualité supérieure, par l'inquiétude associée à la possibilité que l'Inde augmente sa taxe sur les exportations et par les projections qui indiquent une baisse de la disponibilité à l'exportation du minerai de fer indien, en raison de la demande intérieure du pays. Les prix au comptant demandés par l'Inde se situent actuellement 122 % au-dessus du prix du contrat annuel en vigueur pour les fines australiennes de Hamersley livrées dans le nord de la Chine (69,52 $ US la tonne). On peut donc s'attendre à une très forte hausse du prix des contrats annuels au terme des négociations relatives à l'exercice 2010 (qui commence en avril). L'Inde se situe au troisième rang (derrière l'Australie et le Brésil) des pays exportateurs de minerai de fer vers la Chine, malgré un recul de ses exportations au cours de l'exercice 2009.

Pétrole et gaz

Après avoir fait des gains substantiels au cours des derniers mois, l'indice du pétrole et du gaz a glissé de 4,5 % en février par rapport au mois précédent, alors que la baisse des prix d'exportation du gaz naturel canadien et le fléchissement des prix du brut moyen et lourd à Hardisty (Alberta) ont effacé le léger gain des prix du brut léger à Edmonton. Le prix du brut WTI est passé de 78,38 $ US le baril en janvier à 76,45 $ US en février, mais il a remonté jusqu'à 81 $ US à ce jour en mars, atteignant ainsi son plus haut niveau depuis septembre 2008, juste avant la crise du crédit.

"Malgré une muraille d'inquiétudes quant aux perspectives de rétablissement de l'économie mondiale, la demande mondiale de pétrole a amorcé sa reprise, en hausse de 1,78 million de barils par jour, ou de 2,1 %, d'une année par rapport à l'autre, s'établissant à 86,15 millions de barils par jour en février", explique Mme Mohr. "La Chine demeure le moteur de la croissance, mais la consommation a également redémarré aux États-Unis en février, en hausse de 2,7 % d'une année par rapport à l'autre, marquée par la vigueur des matières premières d'alimentation et des produits spécialisés tels les naphtes, les lubrifiants et l'asphalte."

En revanche, les prix du gaz naturel au NYMEX ont chuté jusqu'à 3,87 $ US à peine le million de BTU, en raison d'un printemps hâtif et de la baisse de la courbe de prix de l'industrie associée à l'aménagement de nouveaux gisements de shales et de sables compacts à faible coût aux États-Unis. Les prix sont maintenant inférieurs au prix correspondant du charbon, qui est de 4,25 $ US à 4,30 $ US le million de BTU.

Produits forestiers

Contrairement aux indices du pétrole et du gaz et des métaux et minéraux, l'indice des produits forestiers a connu une forte progression de 8,1 % en février par rapport au mois précédent. Bien que le nombre de mises en chantier résidentielles aux États-Unis n'ait que légèrement augmenté depuis le creux d'avril 2009, les prix du bois d'œuvre et des panneaux OSB ont bondi jusqu'à des niveaux vraiment rentables, alors que les négociants américains ont regarni leurs stocks dans un contexte marqué par des interruptions de production et un faible niveau de stockage aux scieries. Quelque 43 % de la capacité des scieries du Canada et des États-Unis est actuellement interrompue.

Le prix de la pâte kraft blanchie de résineux du Nord s'est élevé de 30 $ US, atteignant 880 $ US la tonne aux États-Unis en février et 910 $ US au début de mars, bond attribuable au tremblement de terre survenu au Chili.

"Le tremblement de terre d'une magnitude de 8,8 survenu au Chili, dont l'épicentre se situait dans sa principale région productrice de pâte, a réduit de 7,5 % la capacité mondiale du marché de la pâte, ce qui a créé des ondes de choc sur les marchés mondiaux de la pâte", conclut Mme Mohr. "Les prix pourraient atteindre de nouveaux records au deuxième trimestre."

Études économiques Scotia propose à sa clientèle une analyse approfondie des facteurs qui façonnent les perspectives du Canada et de l'économie mondiale, notamment l'évolution macroéconomique, les tendances des marchés de change et des capitaux, le rendement des produits de base et de l'industrie ainsi que les enjeux relatifs aux politiques monétaires, fiscales et gouvernementales.

SOURCE Banque Scotia - Rapports économiques

Renseignements : Renseignements: Patricia Mohr, Études économiques Scotia, (416) 866-4210, pat_mohr@scotiacapital.com; ou Patty Stathokostas, Relations publiques, (416) 866-3625, patty_stathokostas@scotiacapital.com

Profil de l'entreprise

Banque Scotia - Rapports économiques

Renseignements sur cet organisme

Banque Scotia

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.