/R E P R I S E -- Un test de dépistage du cancer de la bouche vise à prévenir la chirurgie radicale/

Étude de la Société canadienne du cancer choisie pour la Grande subvention canadienne pour l'innovation de cette année

TORONTO, le 6 avril 2016 /CNW/ - En janvier 2015, Sean O'Donoghue, 47 ans, père de deux enfants en bas âge, a consulté un dentiste pour une lésion sur la langue. Le dentiste lui a dit que la lésion guérirait probablement d'elle-même. Après plusieurs mois, la lésion n'avait pas guéri et des douleurs aux oreilles toujours plus intenses s'y étaient ajoutées. Il s'est rendu plusieurs fois à l'urgence de l'hôpital pour y être traité, mais rien ne semblait efficace, malgré les divers médicaments prescrits.

En juin, Sean a été dirigé vers un spécialiste par son médecin de famille, que la lésion inquiétait. Une biopsie demandée par le spécialiste a indiqué que la lésion sur la langue de Sean était un cancer agressif de stade 4. Quelques semaines plus tard, au cours d'une opération de 14 heures, Sean a subi l'ablation de 90 % de la langue, puis une reconstruction avec des tissus provenant de son abdomen. Les chirurgiens ont aussi constaté que le cancer s'était propagé à ses ganglions lymphatiques et à sa mâchoire. Sept semaines de radiothérapie et de chimiothérapie ont suivi.

Sean est rentré chez lui, et a dû faire face à de nombreux effets secondaires du traitement de même qu'avec une douleur et des difficultés à avaler et à parler. « C'est étrange de ne pas reconnaître notre propre voix, et c'est particulièrement triste quand nos enfants ne nous comprennent pas », disait-il.

Sean est décédé à la fin du mois de mars à Toronto, entouré de sa famille et de ses amis.

Ses funérailles ont eu lieu le 30 mars. Un de ses souhaits au moment de sa mort était de sensibiliser plus de gens au cancer de la bouche et de soutenir la recherche afin que personne n'ait à souffrir autant que lui.

Sean était l'un des quelque 4400 Canadiens qui ont reçu un diagnostic de cancer de la bouche l'an dernier. Le taux de survie prévu après 5 ans pour un cancer de la bouche est de 63 %, mais chez beaucoup de patients, ce cancer n'est pas décelé assez tôt pour pouvoir être traité avec succès. Un test efficace de détection plus précoce fait cruellement défaut pour le cancer de la bouche.

Grâce à une Subvention pour l'innovation de 200 000 $ que lui a accordé la Société canadienne du cancer, le Dr Marco Magalhaes élabore un nouveau test qui permet de détecter un cancer de la bouche au stade précoce et de déterminer quelles lésions précancéreuses évolueront vers un cancer, afin d'orienter les décisions relatives au traitement.

Comme Sean, de nombreuses personnes atteintes d'un cancer de la bouche (notamment d'un cancer de la langue, des joues et des gencives) sont traitées par une intervention chirurgicale radicale (qui peut être une ablation partielle ou totale de la langue ou de la mâchoire, avec incision dans le cou), et par une radiothérapie. En plus d'être défigurées par de tels traitements, ces personnes ont souvent, et pendant longtemps, du mal à parler et à s'alimenter.

« Dans la plupart des cas de précancers de la bouche, une chirurgie étendue n'est pas nécessaire, mais à l'heure actuelle, nous ne pouvons pas différencier les patients qui en ont besoin de ceux qui n'en ont pas besoin », précise le Dr Magalhaes, pathologiste buccal à la Faculté de médecine dentaire de l'Université de Toronto et au Centre Sunnybrook des sciences de la santé. Dans le cadre de cette nouvelle étude, il évaluera des échantillons de biopsies en utilisant des marqueurs fluorescents pour « illuminer » des protéines anormales présentes dans des lésions buccales précancéreuses à haut risque qui doivent être enlevées par voie chirurgicale.

« Notre capacité de détecter les cancers de la bouche et nos critères pour évaluer les lésions précancéreuses dans des échantillons de tissus ont très peu changé depuis 30 ans, déclare le Dr Magalhaes. La méthode actuelle de détection d'un cancer ou de lésions précancéreuses consiste à faire une inspection visuelle de la bouche et à examiner les échantillons de biopsies pour vérifier s'ils contiennent des cellules anormales. Cependant, cette méthode ne permet pas d'établir avec exactitude si les lésions précancéreuses vont devenir cancéreuses et doivent être enlevées ou s'il n'y a aucun risque à les surveiller sans les traiter.

« Si mon cancer avait été détecté plus tôt, je n'aurais peut-être pas eu besoin d'une chirurgie aussi étendue, disait Sean. Les choses auraient pu se passer beaucoup mieux pour moi. »

« Le cancer de la bouche peut avoir des effets dévastateurs, et une détection précoce peut améliorer considérablement les résultats et la qualité de vie pour les patients, affirme la Dre Siân Bevan, directrice de la recherche à la Société canadienne du cancer. Grâce à l'appui de nos donateurs, la recherche du Dr Magalhaes pourrait avoir un impact concret sur la façon de prendre en charge les personnes ayant des lésions buccales suspectes. »

À propos de la Grande subvention canadienne pour l'innovation

Ce projet se voit attribuer la deuxième Grande subvention canadienne pour l'innovation de la Société canadienne du cancer, une subvention remise annuellement. Entre le 24 novembre 2015 et le Mardi je donne du 1er décembre 2015, la Société canadienne du cancer, l'organisme de bienfaisance national qui finance le plus la recherche sur le cancer au pays, a invité les Canadiens à se donner la main pour recueillir 200 000 $ et financer la Grande subvention canadienne pour l'innovation, un projet de recherche sur le cancer à haut risque et à fort potentiel de retombées.

« Nous avons lancé cette campagne formidable pour impliquer directement les Canadiens dans la recherche sur le cancer l'an dernier, et elle a connu tellement de succès que nous l'avons répétée cette année. Nous sommes ravis de voir affluer les dons, et toutes les personnes qui ont rendu cette subvention possible peuvent se sentir fières d'ainsi créer une occasion de financer plus de recherches, poursuit la Dre Bevan. La Grande subvention canadienne pour l'innovation témoigne de la force que nous avons en unissant nos efforts d'un océan à l'autre pour soutenir les Canadiens touchés par le cancer. »

« Je suis très reconnaissant envers tous les généreux donateurs qui nous permettent de réaliser ce projet de recherche. Il faut trouver de meilleures façons de détecter et de traiter le cancer de la bouche, car il s'agit d'un immense besoin. Avec l'appui généreux des Canadiens, nous sommes encore plus près d'y arriver, » conclut le Dr Magalhaes.

Signes et symptômes de cancer de la bouche : quand faut-il consulter un dentiste ou un médecin?

Lorsque le cancer de la cavité buccale est décelé et traité tôt, les chances de réussite du traitement sont meilleures. Ayez des bilans de santé régulièrement et consultez votre dentiste ou votre médecin si vous avez :

  • des plaques ou taches blanches ou rouges dans la bouche ou sur la lèvre
  • une lésion ou un ulcère qui ne guérit pas dans la bouche ou sur la lèvre
  • une masse ou une région épaissie dans la bouche ou sur la lèvre
  • des dents qui branlent ou des prothèses dentaires qui ne sont plus ajustées
  • un saignement dans la bouche

Certaines personnes courent un risque plus élevé que la moyenne d'avoir un cancer de la cavité buccale. Ce pourrait être votre cas si vous :

  • fumez, utilisez du tabac sans fumée ou faites les deux
  • prenez de l'alcool, surtout si vous en consommez de grandes quantités
  • avez une affection précancéreuse de la cavité buccale

Pour en savoir plus, visitez cancer.ca ou appelez notre Service d'information sur le cancer, un service bilingue et gratuit, au 1 888 939-3333 (ATS : 1 866 786-3934).

Renseignements supplémentaires sur les Subventions pour l'innovation de la Société canadienne du cancer

Avec l'intensification de la concurrence pour les subventions, les comités d'examen par des pairs adoptent une approche plus conservatrice et prudente face aux risques, et mettent davantage l'accent sur la faisabilité que sur l'innovation. « L'objectif du programme de Subventions pour l'innovation est de soutenir des concepts ou des approches non conventionnels pour aborder des problèmes importants liés au cancer, explique la Dre Bevan. Les projets d'innovation comprendront des éléments de créativité, de curiosité, d'enquête, d'exploration et de possibilités. Les projets retenus peuvent être basés sur des idées à risque plus élevé, mais qui auront cependant également un potentiel de réussite plus élevé. Cliquez ici pour obtenir d'autres détails sur les Subventions pour l'innovation.

À propos de la Société canadienne du cancer

La Société canadienne du cancer finance les meilleures recherches sur le cancer au Canada, grâce à nos généreux donateurs et à notre rigoureux processus d'examen par les pairs. Nous sommes l'organisme de bienfaisance national qui investit le plus dans la recherche sur le cancer au Canada, subventionnant chaque année le travail de centaines de chercheurs dans les universités, les hôpitaux et les centres de recherche. Faites votre don aujourd'hui à cancer.ca.

SOURCE Canadian Cancer Society (National Office)

Bas de vignette : "Sean O'Donoghue et ses enfants (Groupe CNW/Canadian Cancer Society (National Office))". Lien URL de l'image : http://photos.newswire.ca/images/download/20160406_C2914_PHOTO_FR_659337.jpg

Renseignements : Rosie Hales, Spécialiste des communications, Société canadienne du cancer, rosie.hales@cancer.ca, 416 934-5338

RELATED LINKS
http://www.cancer.ca

FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.