/R E P R I S E -- Les syndiqué-es sont outrés - L'Université de Montréal fait
preuve de mépris/

MONTRÉAL, le 20 oct. /CNW Telbec/ - Le Syndicat des chargées et chargés de cours de l'Université de Montréal (SCCCUM-CSN), qui rassemble quelque 2433 passionnés de l'enseignement, est particulièrement outré par la rebuffade qu'il vient de subir de la part de l'administration de l'université. Celle-ci a rejeté du revers de la main, hier, la totalité de ses revendications en vue du renouvellement de la convention collective, qui a pris fin le 31 août.

Dans un souci de qualité de l'enseignement, une des demandes des chargé-es de cours qui leur tient particulièrement à cœur est la limitation de la taille des groupes-cours. Or l'université refuse catégoriquement d'en discuter... tout simplement.

En ce qui concerne les salaires, le syndicat réclame un rattrapage salarial de 7,7 % étalé sur trois ans et des augmentations de 12 % réparties sur la même période afin de réduire l'écart qui les sépare de la rémunération des professeurs. Or l'université propose 1 % d'augmentation annuellement tout en estimant que le rattrapage salarial n'est pas nécessaire. Pourtant, les calculs du syndicat effectués à partir des données reconnues par l'université démontrent que les salaires des chargé-es de cours sont au moins de 7,7 % inférieurs à ceux des professeurs.

Bien sûr, parallèlement à cette situation, rappelons que les hauts dirigeants de l'institution n'ont pas hésité à se voter des augmentations rétroactives équivalant à 50 % de ce que le syndicat revendique pour ses enseignants.

Non, non et non !

Qu'il s'agisse de propositions des chargé-es de cours concernant les allocations de départ à la retraite, les programmes d'intégration et de perfectionnement, les attributions de cours ou autres, les réponses de la direction de l'université sont toujours les mêmes : non.

Par ailleurs, le conseil exécutif du syndicat constate que les dirigeants de l'université s'attaquent directement à la liberté syndicale et à la fonction de représentation syndicale en contestant le pointage attribué aux libérations syndicales et au nombre de libérations pour représentation syndicale.

Attitude de mépris

Le président du syndicat, Francis Lagacé, explique : "L'Université de Montréal s'en prend à la légitimité du syndicat et à la convention collective, comme en témoigne le nombre de griefs qui augmente sans cesse. Elle veut retourner à l'arbitraire patronal. Par exemple, l'université désire pouvoir annuler n'importe quel cours sans compensation pour les chargé-es de cours jusqu'à deux semaines avant le début d'un cours. Ainsi, un enseignant pourrait se retrouver du jour au lendemain sans travail et sans dédommagement."

En observant l'attitude de la direction, un mot vient spontanément à la bouche de nombreux chargé-es de cours : mépris.

SOURCE CSN

Renseignements : Renseignements: Benoit Aubry, Service des communications de la CSN, (514) 704-3297 (cellulaire); Source: Confédération des syndicats nationaux


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.