/R E P R I S E -- Dépôt du projet d'entente collective pour les travailleuses
des services de garde en milieu familial - Le premier pas vers des conditions
de travail acceptables/

MONTRÉAL, le 1er mars /CNW Telbec/ - Les travailleuses des services de garde en milieu familial membres du Syndicat québécois des employées et employés de service, section locale 298 (FTQ), posent aujourd'hui un premier geste qui leur permettra d'obtenir de meilleures conditions de travail. En effet, les représentantes du comité de négociation déposent les demandes syndicales en vue d'une entente collective auprès du ministère de la Famille et des Aînés.

"À l'heure actuelle, les responsables de services de garde en milieu familial n'ont pratiquement aucune protection sociale. Tout est à faire afin que ces femmes puissent bénéficier de conditions minimales de travail, comme la possibilité de prendre des congés ou des dispositions relatives à la santé et à la sécurité du travail. C'est pourquoi nous souhaitons entreprendre rapidement les discussions avec le gouvernement du Québec pour pouvoir convenir d'une entente collective dans les plus brefs délais", a déclaré Daniel Boyer, président du SQEES-298 (FTQ).

Améliorer les conditions de travail

Le projet d'entente collective déposé aujourd'hui au ministère de la Famille et des Aînés dresse la liste des revendications des responsables de services de garde en milieu familial représentées par le SQEES-298 (FTQ). Elles concernent notamment la rémunération, la protection du pouvoir d'achat, la formation continue, l'aménagement du temps de travail, le régime de retraite, les assurances collectives et les modalités de remplacement.

Un régime particulier de relations de travail

C'est à la suite de l'adoption de la Loi 51 par l'Assemblée nationale en juin 2009 que le SQEES-298 (FTQ) a entrepris les consultations qui ont mené à ce projet d'entente collective. Rappelons que cette loi crée un régime particulier de relations de travail pour les responsables de services de garde en milieu familial.

Rappelons qu'en 2003 le gouvernement du Québec avait retiré à ces milliers de femmes le droit à la syndicalisation par l'adoption sous bâillon de la Loi 8. Cette Loi a été déclarée inconstitutionnelle par la Cour supérieure en 2008, jugement que le gouvernement a choisi de ne pas porter en appel. C'est ainsi que la Loi 51 a vu le jour.

"La route a été longue mais, enfin, nous commençons officiellement les négociations pour l'amélioration des conditions de travail de ces femmes qui voient au bien-être et la sécurité de nos enfants. Nous mettrons tout en œuvre pour parvenir rapidement à une entente qui sera au bénéfice de nos membres responsables de services de garde en milieu familial", a ajouté Lynda Michaud, conseillère syndicale.

Le comité de négociation est formé de Denise Sirois-Côté, Aline Doucet et Lynda Michaud.

Le SQEES-298 (FTQ) représente plus de 20 000 membres partout au Québec, dont la majorité dans le secteur de la santé et des services sociaux. Il est affilié à la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec, la plus grande centrale syndicale québécoise, avec plus d'un demi-million de membres.

SOURCE Syndicat québécois des employées et employés de service, section locale 298 (FTQ)

Renseignements : Renseignements: Mélanie Malenfant, Conseillère aux communications et au développement de projets, SQEES-298 (FTQ), (514) 705-0298

Profil de l'entreprise

Syndicat québécois des employées et employés de service, section locale 298 (FTQ)

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.