/R E P R I S E -- Budget fédéral - Malgré un budget contenant quelques bonnes mesures, Projet Montréal est déçu que le développement urbain ne soit pas une priorité/

MONTRÉAL, le 21 mars 2013 /CNW Telbec/ - Projet Montréal constate que le budget fédéral 2013-2014 contient un engagement solide visant à maximiser le potentiel de développement économique et social des grandes villes canadiennes. Bien que nettement en deçà de nos besoins, les investissements en infrastructures, en logement social et au niveau de la lutte à l'itinérance tentent de répondre à des enjeux cruciaux pour notre métropole. « Ce que nous attendions du fédéral pour les prochaines années n'est rien de moins qu'une vaste politique nationale de développement urbain, en plus des investissements dans les infrastructures de la région de Montréal, la plus négligée des métropoles du pays. Ce budget est tout au plus un premier pas dans cette direction », a fait valoir Richard Bergeron, chef de Projet Montréal et aspirant maire.

Projet Montréal accueille favorablement la volonté du gouvernement fédéral d'appuyer les projets d'infrastructure locale par l'entremise d'un fonds d'amélioration des collectivités de 32,2 milliards et d'un nouveau Fonds Chantiers Canada de 14 milliards. « Il reste à voir quelle sera la part de ces fonds destinés au Québec et qu'est-ce que le gouvernement provincial s'engagera d'investir dans la métropole », a enchaîné Richard Bergeron. Projet Montréal constate également une certaine volonté d'aider les collectivités en s'engageant à investir 119 millions dans la lutte à l'itinérance et 253 millions dans le logement abordable. Ces sommes sont par contre insuffisantes pour couvrir des enjeux pancanadiens. « Dans le contexte économique actuel, on devrait investir davantage pour répondre à ces enjeux et soutenir la croissance économique et le développement social », a-t-il ajouté.

Le Plan d'action économique renferme plusieurs mesures favorisant le développement et la croissance pour nos entreprises montréalaises. Les allègements fiscaux sur les nouveaux investissements, les crédits temporaires à l'embauche pour les petites entreprises et le support à l'innovation et l'exportation contribueront à l'essor de nos entreprises et on ne peut que s'en réjouir. Par contre, à l'instar de l'Ontario avec un plan d'investissement massif pour le sud de la province, le Québec ne récolte pas de nouveaux investissements au niveau du développement économique. « Compte tenu de la lente reprise économique, nous nous attendions à une bonification majeure des budgets de la Banque de développement économique du Canada. Nous sommes perdants au profit du sud de l'Ontario » a poursuivi Richard Bergeron.

Absence d'une politique nationale des transports collectifs urbains électrifiés

« L'avenir des métropoles et des autres grandes villes canadiennes passe obligatoirement par notre capacité à les doter d'infrastructures performantes, notamment, dans le domaine des transports. C'est de cette façon que nous pourrons tirer notre épingle du jeu au moment inévitable où les ressources en énergies fossiles deviendront plus rares et plus chères », a enchaîné Richard Bergeron. Le Canada demeure toujours le seul pays du G8 à ne pas avoir de politique nationale de développement des transports urbains, ce que la Fédération canadienne des municipalités dénonce depuis plus de vingt ans. Avec un baril de pétrole qui se transige présentement à plus de 100 $ sur les marchés et un litre d'essence à la pompe qui se détaille autour de 1.35 $ à Montréal, le gouvernement fédéral doit d'urgence contribuer à offrir une alternative aux citoyens. « Malgré une liste de projets prioritaires pour l'île de Montréal totalisant près de sept milliards de dollars, il est décevant de constater l'absence de volonté du gouvernement fédéral à investir dans le développement du transport collectif à Montréal, comme il l'a fait, entre autres, pour Toronto », a ajouté Richard Bergeron.

Le développement des transports collectifs urbains électrifiés est le moyen privilégié de favoriser le développement économique de nos grandes villes, l'atteinte des objectifs nationaux et régionaux de réduction des gaz à effet de serre, l'amélioration de la qualité de vie de plus de la moitié de la population du pays. Le tout en renforçant la réputation du Canada comme l'un des pays les plus dynamiques et attractifs de la planète. Il est incompréhensible que le gouvernement fédéral en place ne comprenne pas quelque chose d'aussi évident.

Aucun fonds dédiés au remplacement du Pont Champlain

En terminant, Projet Montréal tient à souligner que le gouvernement fédéral s'est engagé à construire un nouveau pont afin de remplacer le pont Champlain qui relie l'île de Montréal à la rive sud du fleuve Saint-Laurent. Toutefois, à la lecture de ce budget, nous nous attendions à retrouver un budget et un échéancier pour l'ensemble du projet et non pas seulement pour la construction d'un pont-jetée entre l'Île de Montréal et l'Île des Sœurs. « L'absence d'un plan directeur, d'un échéancier précis et d'un budget détaillé des sommes qui devront être attribuées à chaque étape du remplacement du Pont Champlain nous inquiète quant à la volonté du gouvernement fédéral d'aller de l'avant avec le remplacement de cette infrastructure majeure. Nous aurions souhaité plus de précision au budget dans ce dossier », a conclu Richard Bergeron.

Projet Montréal est le parti municipal qui propose à la population de Montréal une autre façon de vivre en ville, centrée sur la qualité de vie de la population qui y habite, en respect de toutes les communautés, basée sur le respect de l'environnement, garante d'une économie prospère et équitable et ce, dans le respect de la capacité de payer des citoyens. Projet Montréal s'engage à concilier les aspects économiques, sociaux et environnementaux d'un développement municipal équitable et durable, répondant à nos besoins présents sans compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs.

SOURCE : VILLE DE MONTREAL - CABINET DE LA 2E OPPOSITION

Renseignements :

Catherine Maurice
Attachée de presse de la 2e opposition
514 872-3153
514 601-5542
catherine.maurice@ville.montreal.qc.ca

Profil de l'entreprise

VILLE DE MONTREAL - CABINET DE LA 2E OPPOSITION

Renseignements sur cet organisme


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.