Quatre choses que les Québécois préfèrent faire plutôt que de penser à l'assurance

Un sondage de TD Assurance montre que la majorité des Québécois préfèrent éviter les décisions liées à l'assurance

MONTRÉAL, le 6 mai 2014 /CNW/ - Un nouveau sondage indique qu'il y a de nombreuses tâches déplaisantes que les Québécois seraient prêts à faire plutôt que de penser à leur assurance et de se renseigner sur les options de protection qui s'offrent à eux. En effet, un récent sondage commandé par TD Assurance montre que 56 % des personnes interrogées au Québec préfèrent pelleter de la neige, passer un samedi à faire du lavage, aller chez le dentiste et même attendre en file pour passer à la sécurité à l'aéroport plutôt que de penser à leur protection d'assurance ou d'en discuter.

Le sondage national s'est également intéressé à la capacité des Québécois à évaluer les risques et les probabilités que certains événements surviennent. Il a permis de constater que, dans l'ensemble, les Québécois sous-estiment généralement les risques. Par exemple, le sondage montre que 72 % des personnes interrogées au Québec sous-estiment les chances d'une entrée par effraction à leur domicile, qui s'établissent à 1 sur 200 selon Statistique Canada. En outre, 6 Québécois sur 10 (62 %) ayant répondu au sondage se considèrent comme plus prudents que le reste de la population, bien que, statistiquement, cela ne puisse être le cas.

« Quand les risques sont méconnus, il peut être difficile de choisir une assurance qui offre la protection appropriée », affirme Jean Roy, vice-président à TD Assurance. « Nous encourageons les clients à discuter avec leur assureur pour mieux comprendre leur protection. Nous tâchons d'aider les clients à évaluer leurs options en fonction des risques et à tenir compte des considérations nécessaires pour choisir la protection qui répondra le mieux à leurs besoins. »

Selon le sondage, les participants sont aussi susceptibles de surestimer les risques éventuels que de les sous-estimer. Lorsqu'on leur a demandé quelles étaient les probabilités d'être blessé, même légèrement, dans un accident d'auto pendant une année normale, 30 % des participants ont sous-estimé ces probabilités, mais 36 % les ont surestimées. Selon des statistiques de Transports Canada, les risques sont d'environ 1 sur 130.

« Des études ont démontré que bien des gens préfèrent éviter de penser à des situations négatives, même s'ils croient que ces situations sont susceptibles de se produire », déclare le docteur Edwin Weinstein, psychologue et président du Brondesbury Group, qui a conseillé la TD lors de ses recherches dans le cadre de ce projet. « Magasiner des produits d'assurance représente un moment dans la vie où l'on est obligé de songer à des situations que l'on préférerait éviter. Il n'y a rien d'étonnant à ce que les gens préfèrent pelleter de la neige que de penser à la possibilité que des incidents désagréables puissent survenir. »

Les résultats à l'échelle canadienne nous disent que l'évaluation des risques diffère selon le sexe et le groupe d'âge. Par exemple, les hommes sont plus susceptibles que les femmes à s'estimer supérieurs à la moyenne en ce qui a trait à la prudence et à la santé. Près des trois quarts des hommes (72 %) affirment être plus prudents que les autres, comparativement à seulement 62 % des femmes. À 53 %, les hommes sont aussi plus susceptibles que les femmes de croire qu'ils sont plus en santé que les autres personnes de leur âge - seulement 44 % des femmes se considérant au-dessus de la moyenne en matière de santé. Au Québec, les personnes âgées de plus de 65 ans sont deux fois plus susceptibles que les participants plus jeunes à croire qu'ils ont moins de chance d'être atteints d'une maladie grave, avec 41 % des participants de ce groupe d'âge ayant choisi cette option, contre 19 % chez les participants plus jeunes.

« C'est bien de voir la vie de façon positive, mais il est aussi important d'être préparé », ajoute M. Roy. « Selon nous, la bonne attitude à adopter est d'espérer le meilleur, tout en se préparant aux difficultés. Par exemple, une assurance protection contre les créanciers - sur un prêt hypothécaire, un prêt automobile ou même une carte de crédit - peut faire en sorte que l'on est en mesure d'honorer son prêt en cas d'événement imprévu venant compromettre sa capacité d'effectuer des versements. »

Le rapport de TD Assurance sur l'état de l'assurance

TD Assurance a confié à Research House (un membre d'Environics Group) le mandat de mener un sondage en ligne auprès de 1 000 Canadiens âgés de 18 ans et plus, dont 245 Québécois. Les réponses ont été recueillies entre le 18 et le 24 mars 2014. Les analyses et l'interprétation ont été effectuées par le Brondesbury Group.

TD Assurance

TD Assurance offre une vaste gamme de produits pour aider ses clients à se protéger, notamment la protection de crédit ainsi que l'assurance auto, habitation, maladie, vie et voyage. Comptant plus de 4 millions de clients, TD Assurance offre ses produits et services par l'intermédiaire d'un réseau de plus de 1 150 succursales TD Canada Trust, ainsi que des services par Internet et par téléphone. Pour de plus amples renseignements, rendez-vous au www.tdassurance.com.

SOURCE : TD Assurance

Renseignements :

Marianne Bohémier
Morin Relations Publiques
514 289-8688, poste 250
marianne@morinrp.com    
 
Fiona Hirst
Groupe Banque TD
514 289-1670
fiona.hirst@td.com


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.