Publication d'un guide pour la construction de bâtiments jusqu'à 12 étages en bois - Le CIFQ déplore la réaction des lobbys du ciment et de l'acier

QUÉBEC, le 20 août 2015 /CNW Telbec/ - Le Conseil de l'industrie forestière du Québec (CIFQ) déplore la réaction des lobbys du ciment et de l'acier à la suite de l'annonce, lundi dernier, par le gouvernement du Québec, de la publication d'un guide visant à encadrer les constructions en bois massif de 12 étages et moins. Ces propos remettent en cause la crédibilité de cette mesure, alors que le gouvernement du Québec n'a fait que simplifier l'accès, pour les professionnels du bâtiment, à un matériau qui diminue l'empreinte environnementale des constructions et dont la performance, tant en termes de durabilité et de sécurité des usagers, a été maintes fois démontrée.

La construction de bâtiments en bois massif de 12 étages ou moins, quoiqu'innovante, n'est pas une première. Elle s'inscrit dans une tendance mondiale. D'ailleurs, il est déjà possible de construire des bâtiments en bois massif de plus de 6 étages au Canada en vertu du Code national du bâtiment actuel. À preuve, un projet de 13 étages à Québec et un autre de 14 étages à Ottawa ont déjà été approuvés par les autorités ainsi que par les services de sécurité incendie de ces villes respectives. Plusieurs autres projets sont attendus à Montréal, Toronto et Vancouver. Pour ce faire, on doit démontrer à la Régie du bâtiment du Québec (RBQ) que l'ensemble des règles de sécurité et des exigences du Code sont respectées. Or, le processus de démonstration de conformité aux exigences du Code est un processus long et coûteux, ce qui décourage souvent les promoteurs qui voudraient recourir au bois.

« Les professionnels du bâtiment et leurs clients sont de plus en plus soucieux de l'environnement et recherchent des solutions afin de réduire l'empreinte environnementale de leurs projets, estime M. André Tremblay, président-directeur général du CIFQ. Le bois étant issu d'une ressource renouvelable et locale nécessitant peu d'énergie pour sa transformation, il est donc naturel qu'il soit de plus en plus considéré pour la construction de bâtiments. Les constructions de plus de 6 étages en bois massif sont une nouvelle réalité incontournable et les directives publiées par la RBQ permettent de clarifier et de mieux encadrer le processus d'approbation pour ces bâtiments afin que ceux-ci répondent aux règles les plus strictes en matière de sécurité. »

Contrairement à ce que prétendent les lobbys du ciment et de l'acier, le processus suivi par la RBQ a fait preuve de rigueur et s'appuie sur les connaissances scientifiques les plus à jour. Mentionnons, par exemple, les essais de résistance au feu réalisés en collaboration avec le Conseil national de recherche scientifique du Canada (CNRC). De plus, les codes de constructions étant de juridiction provinciale, le gouvernement agit donc ici en toute légitimité.

Rappelons qu'en 2009, le lobby du ciment s'opposait vigoureusement à l'adoption par le gouvernement de la Colombie-Britannique d'un code permettant les constructions de 6 étages en bois, et ce, avec les mêmes tactiques de dénigrement de la sécurité des constructions en bois. Néanmoins, ce type de construction est aujourd'hui autorisé par le Code national du bâtiment et plus d'une centaine de bâtiments ont été construits depuis.

« Le lobby du ciment accuse le gouvernement de s'immiscer dans le choix des matériaux alors que ce choix, rappelons-le, revient aux professionnels. Le gouvernement ne fait que permettre l'usage du bois au même titre que le béton ou l'acier dans les constructions de 12 étages et moins. Il s'agit d'une nouvelle réalité dans nombreux pays et plutôt que de dénigrer les constructions bois, nous invitons l'industrie du béton et de l'acier à s'inspirer du  groupe Canam, le plus important manufacturier de structures métalliques en Amérique du Nord qui offre des structures en bois ou hybrides bois-acier, et qui voit plutôt d'un bon œil cette récente annonce », a déclaré M. Tremblay.

À propos du CIFQ
Le Conseil est le porte-parole de l'industrie forestière du Québec. Le CIFQ compte plus 160 membres réguliers, de sciage résineux et feuillus, de déroulage, de pâtes, papiers, cartons et panneaux œuvrant au Québec, ainsi que 180 membres associés. Ces derniers génèrent un chiffre d'affaires de15,9 milliards $ chaque année, soit près de 4 milliards $ en salaires et avantages sociaux dont près de 1,5 milliard $ est retourné aux gouvernements sous forme de taxes et d'impôts payés par les entreprises et les travailleurs.

SOURCE Conseil de l'industrie forestière du Québec

Renseignements : Mario St-Laurent,Directeur des communications, Conseil de l'industrie forestière du Québec (CIFQ), 418 657-7916, poste 402, 418 559-8776, mario.st-laurent@cifq.qc.ca


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.