Projet Énergie Est - Le gouvernement doit suspendre l'autorisation d'effectuer des relevés sismiques donnée à TransCanada

QUÉBEC, le 3 nov. 2015 /CNW Telbec/ - En autorisant la compagnie TransCanada à effectuer des relevés sismiques avec des explosifs tout près d'une réserve naturelle protégée du fleuve Saint-Laurent, soit les battures de Saint‑Augustin‑de‑Desmaures, David Heurtel vient de prouver une fois de plus qu'il n'a pas le jugement requis pour exercer les importantes fonctions de ministre de l'Environnement du Québec. Mathieu Traversy, porte‑parole du Parti Québécois en matière de développement durable, d'environnement et de lutte contre les changements climatiques, n'arrive pas à s'expliquer comment David Heurtel a pu en arriver à prendre une décision aussi insensée. Il lui demande de suspendre le certificat d'autorisation octroyé à TransCanada.

Rappelons que les battures de Saint-Augustin-de-Desmaures abritent une biodiversité extrêmement riche, entre autres 200 espèces d'oiseaux, une flore significativement diversifiée, et trois espèces de plantes endémiques, c'est‑à‑dire qu'on ne retrouve nulle part ailleurs dans le monde.

Le BAPE, lui, n'a toujours pas débuté ses travaux et demeure dans l'attente de l'annonce du tracé définitif de l'oléoduc. « Il y aura bientôt des explosions près de Saint‑Augustin‑de‑Desmaures, mais le BAPE n'aura même pas complété son évaluation environnementale. TransCanada va effectuer des relevés sismiques dans une réserve naturelle, mais elle refuse de fournir un avis de projet et une étude d'impact environnemental. Et on ne sait toujours pas s'il y aura un port pétrolier quelque part sur les rives du Saint-Laurent! Le ministre se rend-il compte que les étapes ne sont pas dans le bon ordre, et qu'il fait rire de lui par TransCanada? », se questionne le porte-parole.

Par ailleurs, il est inacceptable que le gouvernement libéral autorise des travaux, alors que TransCanada ne reconnaît même pas le pouvoir de décider du Québec en matière d'environnement sur ce projet d'oléoduc. « Décidément, David Heurtel est incapable de protéger les intérêts environnementaux et de faire respecter les lois du Québec. Rappelons-nous : il a autorisé des forages dans une pouponnière de bélugas, il refuse d'évaluer les émissions globales de GES du projet Énergie Est de TransCanada, il a donné un mandat de façade au BAPE et, aujourd'hui, on apprend qu'il autorise des travaux préliminaires pour faire avancer un projet dont on ignore encore tout et dont les Québécois ne veulent pas. Nous sommes en droit de nous demander si le ministre travaille pour les intérêts des citoyens, ou pour ceux de TransCanada », a déclaré Mathieu Traversy.

« David Heurtel, depuis plusieurs mois et dans l'ensemble des dossiers qui le concernent, fait l'exact contraire de ce à quoi les Québécois sont en droit de s'attendre de leur ministre de l'Environnement. Il n'est pas crédible et ne possède aucune autorité. L'idéal serait qu'il quitte ses fonctions, immédiatement après avoir suspendu le certificat d'autorisation accordé à TransCanada », a réclamé Mathieu Traversy.

 

SOURCE Aile parlementaire du Parti Québécois

Renseignements : Antonine Yaccarini, Directrice adjointe aux relations avec les médias, Aile parlementaire du Parti Québécois, 418 643-2743


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.