Projet de règles budgétaires 2017-2018 en éducation - « Les inquiétudes du personnel de l'éducation se confirment » - Louise Chabot, présidente de la CSQ

MONTRÉAL, le 10 mai 2017 /CNW Telbec/ - « Tout comme d'autres acteurs du milieu de l'éducation, nous sommes franchement préoccupés par certaines dispositions du projet de règles budgétaires soumis à la consultation par le ministre. Malheureusement, avec l'adoption du projet de loi no 105, on se doutait qu'il y aurait de sérieuses dérives qui fragiliseraient notre système d'éducation. Le projet de règles qu'on nous présente reflète ce que nous dénonçons en matière de décentralisation ».

Telle est la réaction de la présidente de la Centrale des syndicats du Québec (CSQ), Louise Chabot, à la suite de la présentation du projet de nouvelles règles budgétaires en éducation.

L'iniquité au détriment des élèves

La Centrale juge notamment que le type de décentralisation mis de l'avant compromet l'égalité des chances en éducation : « Il fragilise le rôle de chef d'orchestre que doit jouer la commission scolaire pour répartir équitablement les services professionnels et de soutien. Ces services doivent répondre aux besoins des élèves en tenant compte des défis particuliers des établissements », soutient Louise Chabot.

Cela est d'autant plus préoccupant, car « la tendance actuelle est de répondre aux demandes faites à la pièce par chacune des écoles, sans vision d'ensemble des besoins. On peut alors se retrouver avec une offre de services déséquilibrée où des élèves, à certains endroits, ne pourront avoir accès aux services dont ils ont besoin. Au bout du compte, ce sont les élèves qui en subiront les impacts négatifs », ajoute la présidente.

Miser sur la stabilité des ressources

Concernant l'ajout de 1 500 ressources annoncé dans le dernier budget, la CSQ a de sérieuses réserves quant à l'impact réel que cela pourrait avoir sur la réussite. En effet, le fait que des budgets soient transférés directement dans les établissements, sans coordination des commissions scolaires, va favoriser la création de postes à temps partiel et augmenter la précarité des nouveaux embauchés. Pour la Centrale, cela est loin d'être attrayant pour le personnel et met en péril la stabilité des ressources et des services. Non seulement cela crée des postes précaires, mais il est également plus difficile de combler les postes.

Des risques accentués de sous-traitance

Louise Chabot rappelle également qu'en plus de nuire à une répartition équitable des ressources, la décentralisation qui se concrétise dans le projet de règles budgétaires risque d'accentuer le recours à la sous-traitance : « Il peut être tentant pour les établissements d'utiliser les sommes disponibles localement pour recourir à des services offerts par des organisations externes à l'école, surtout dans un contexte où les services professionnels et de soutien des commissions scolaires ont été réduits considérablement à la suite des compressions budgétaires. »

Elle ajoute que « cela ne favorise pas la pérennité des services. Si les sommes disponibles ne permettent plus d'obtenir les services ou encore si les organisations qui les offrent cessent leurs activités, ce sont les élèves qui en paient le prix. Il est beaucoup plus efficace et pertinent de miser sur le personnel scolaire, présent à long terme, qui connaît bien les besoins des élèves et qui a l'expertise pour y répondre. »

Corriger la situation rapidement

Rappelons que, lors des consultations particulières sur le projet de loi no 105, la CSQ et ses fédérations du réseau scolaire avaient déjà soulevé ces préoccupations et qu'il est déplorable que le ministre n'ait pas davantage tendu l'oreille au personnel de l'éducation et ait poursuivi dans cette voie.

« Le ministre Proulx doit affirmer clairement que ce qui doit guider les décisions en matière de répartition des ressources, c'est d'abord et avant tout le principe d'équité. C'est l'un des piliers sur lequel repose notre système d'éducation et il a le devoir de le protéger. Nous espérons que cela se traduira concrètement dans la future politique sur la réussite éducative », conclut Louise Chabot.

Profil de la CSQ en éducation

La CSQ est l'organisation syndicale la plus importante en éducation et en petite enfance. Elle représente plus de 200 000 membres, dont près de 130 000 font partie du personnel de l'éducation. De ce nombre, plus de 65 000 membres sont représentés par la Fédération des syndicats de l'enseignement (FSE-CSQ), 27 000 membres sont représentés par la Fédération du personnel de soutien scolaire (FPSS-CSQ) et 7 200 membres sont représentés par la Fédération des professionnelles et professionnels de l'éducation du Québec (FPPE-CSQ).

Twitter : @csq_centrale

 

SOURCE Centrale des syndicats du Québec

Renseignements : Marie-Eve Imonti, Attachée de presse, CSQ, Cellulaire : 514 917-9641, Courriel : imonti.marie-eve@lacsq.org


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.