Prochain budget - « Le gouvernement a les moyens de réinvestir dans nos services publics » - Louise Chabot, présidente de la CSQ

MONTRÉAL, le 14 mars 2016 /CNW Telbec/ - À 72 heures du dépôt du budget du gouvernement Couillard, la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) par la voix de sa présidente, Louise Chabot, presse le gouvernement Couillard d'assurer un financement adéquat des services publics par un réinvestissement substantiel, notamment dans les secteurs de l'éducation et de la petite enfance, durement malmenés au cours des dernières années, et lui propose une série de moyens pour y parvenir.

« Il est évident que l'augmentation de 2,3 % des dépenses de programmes prévue par le gouvernement dans sa dernière mise à jour économique est nettement insuffisante pour assurer le maintien et la pérennité de nos réseaux public d'éducation, de petite enfance et de santé et services sociaux. Si le gouvernement limite son effort à 2,3 %, cela nous condamne à d'autres compressions à venir et à une accentuation de la dégradation de nos réseaux », affirme Louise Chabot.

Pour éviter un tel scénario catastrophe, la leader syndicale soutient que le gouvernement doit donc faire un effort supplémentaire : « Les marges de manœuvre budgétaires existantes permettent une augmentation des dépenses de programmes d'au moins 4,7 %, ce qui permettrait de stopper la détérioration de nos services publics et d'amorcer le réinvestissement requis pour rétablir le niveau de services auquel la population est en droit de s'attendre », soutient la présidente de la CSQ.

La CSQ a donc fait connaitre ce matin, en conférence de presse, les solutions qu'elle propose au gouvernement pour atteindre cet objectif.

« Dans un premier temps, le gouvernement doit absolument renoncer à toute nouvelle baisse d'impôt mais plutôt réinvestir dans les services les surplus qui s'annoncent. De plus, il peut et doit réduire substantiellement les versements au Fonds des générations, d'au moins un milliard par année, et injecter ces sommes dans les dépenses de programmes. Une telle décision ne dépend que de sa volonté, ne remettrait aucunement en question les objectifs de réduction de la dette et aurait des bénéfices importants pour nos services publics À elles seules, ces deux premières mesures apportent au gouvernement une marge de manœuvre supplémentaire intéressante pour mieux financer nos services publics », ajoute la leader syndicale.

La CSQ ne s'arrête pas là et avance deux autres mesures qui permettraient d'atteindre le seuil minimal de 4,7 %.

« Il est essentiel que le gouvernement compense par d'autres revenus les pertes découlant de l'abolition de la taxe santé. Finalement, il a été particulièrement conservateur avec ses prévisions de croissance économique pour les prochaines années, notamment pour 2016-2017, et une estimation plus réaliste de la croissance dégage une marge budgétaire additionnelle », poursuit la présidente de la CSQ.

Louise Chabot a également profité de cette conférence de presse pour rappeler à quel point l'austérité a affecté durement l'ensemble des services publics, tant en petite enfance, en santé et services sociaux, qu'en éducation.

« Nos services publics sont mis à mal depuis plusieurs années. L'accumulation des compressions a causé des torts considérables, il est plus que temps d'y mettre fin. Le gouvernement doit absolument démontrer que nos services publics lui tiennent à cœur. Il devra particulièrement se montrer à la hauteur en éducation avec le large consensus qui se dégage sur la nécessité d'un réinvestissement significatif. Il doit aller au-delà du saupoudrage cosmétique et procéder à un rehaussement majeur des budgets du réseau scolaire », précise Louise Chabot.

Cette dernière rappelle que le secteur de l'éducation a subi des compressions de pas moins d'un milliard de dollars au cours des dernières années : « Outre le manque de ressources financières pour les infrastructures dont plusieurs bâtiments ont des problèmes majeurs de sécurité, il est impératif d'investir dans les services aux élèves et de ramener les élèves au cœur de la raison d'être de notre système public d'éducation. Je pense également que ce soutien à nos enfants commence avant même l'entrée à l'école, dès la petite enfance. C'est pourquoi nous demandons le retour à une contribution unique et universelle pour les services de garde éducatifs à l'enfance », conclut Louise Chabot.

Profil de la CSQ

La CSQ représente plus de 200 000 membres, dont près de 130 000 dans le secteur public. Elle est l'organisation syndicale la plus importante en éducation et en petite enfance au Québec. La CSQ est également présente dans les secteurs de la santé et des services sociaux, des services de garde, du municipal, des loisirs, de la culture, du communautaire et des communications.

 

SOURCE CSQ

Renseignements : Marie-Eve Imonti, Attachée de presse, CSQ, Cellulaire : 514 917-9641, Courriel : imonti.marie-eve@lacsq.org; Twitter : @csq_centrale


FORFAITS PERSONNALISÉS

Jetez un coup d’œil sur nos forfaits personnalisés ou créez le vôtre selon vos besoins de communication particuliers.

Commencez dès aujourd'hui .

ADHÉSION À CNW

Remplissez un formulaire d'adhésion à CNW ou communiquez avec nous au 1-877-269-7890.

RENSEIGNEZ-VOUS SUR LES SERVICES DE CNW

Demandez plus d'informations sur les produits et services de CNW ou communiquez avec nous au 1‑877-269-7890.